Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 mars 2015 6 07 /03 /mars /2015 10:06

Avertissement : Amis lecteurs, depuis quelques temps et vous l'avez peut-être remarqué, OVER-BLOG, pollue le blog avec des fenêtres publicitaires clignotantes ... Ne cliquez surtout pas dessus !

C'est comme toutes les publicités que vous pouvez rencontrer en allant sur internet ...

Bonne lecture ...

Madosita.

Une journée de beau temps. Enfin ! Les présents sont d'attaque en ce jour de Sainte Olive, une concurrente de Saint Pépin de Raisin, un autre bienfaiteur des artères de l'humanité. Treize personnes ont répondu à l'appel de la montagne basque. Ce 13, nombre premier, va nous porter chance tout au long de la promenade : pas d'écobuage, pas de blessé, pas d'égaré, tout le monde les pieds dans l'eau, la tête au soleil.

Les mathématiciens auront compris qu'il faut trois véhicules pour transporter ce noble groupe. Ces derniers sont rangés sur le vaste parking désert de Zugurramurdi (197 m). C''est là, vers 9 h 30, au pays des sorcières, dans le matin frisquet, que de merveilleuses merveilles, confectionnées par une fée pâtissière et matinale, sortent délicieusement sucrées de la boîte. Un régal.

Le tour du Mendibil depuis Zugarramurdi. Jeudi 05 mars 2015.
Le tour du Mendibil depuis Zugarramurdi. Jeudi 05 mars 2015.

A travers les avenues et la grand-place du village, direction le cimetière moderne, suspendu, tout de blanc paré. Chouette endroit pour passer l'éternité !

Le tour du Mendibil depuis Zugarramurdi. Jeudi 05 mars 2015.

Sur chemin agréable encore qu'inégal, quelques ruines, un peu de forêt, des ruisseaux qui cascadent comme c'est leur métier, des fougères grillées par l'hiver, des ajoncs qui piquent, mais de beaux paysages. Le mont Malkor nous domine de ses 508 m

Le tour du Mendibil depuis Zugarramurdi. Jeudi 05 mars 2015.
Le tour du Mendibil depuis Zugarramurdi. Jeudi 05 mars 2015.
Le tour du Mendibil depuis Zugarramurdi. Jeudi 05 mars 2015.

Une route bétonnée, attrapée par une courte montée nous mène à Gaineko borda (encore une), 442 m en laissant à droite les restes d'un premier cheval disposés sur la colline sous forme de squelette. Dans son vaste parc à la française peuplé d'amusants animaux peu farouches et sur sa double terrasse avec vue mer et montagne, nous goûtons un peu de repos et dégustons la banane. Nous sommes au soleil, un peu à l'abri du vent.

Le tour du Mendibil depuis Zugarramurdi. Jeudi 05 mars 2015.
Le tour du Mendibil depuis Zugarramurdi. Jeudi 05 mars 2015.

Atteindre le col d'Ibaineta ou Ibaneta (515 m) par une pente modérée en sous-bois de mélèzes, est un jeu d'enfant. Halte culturelle dans cette accumulation inouïe de monuments anciens de toutes natures. Beau travail.

Le tour du Mendibil depuis Zugarramurdi. Jeudi 05 mars 2015.
Le tour du Mendibil depuis Zugarramurdi. Jeudi 05 mars 2015.

On n'ose marcher sur la moquette humide, risquant à tout moment de profaner une sépulture. Endroit idéal pour durer, entre les contreforts de l'Atxuria et ceux (594 m) du Mendibil. Observons cependant, sans leur enlever le moindre mérite, que nos anciens n'avaient pas à faire beaucoup d'efforts tant les matériaux de construction affleurent sur place. Et puis, peut-on aussi noter un certain conformisme par l'utilisation abusive de la fonction copier/coller.

Le tour du Mendibil depuis Zugarramurdi. Jeudi 05 mars 2015.
Le tour du Mendibil depuis Zugarramurdi. Jeudi 05 mars 2015.

Nous contournons largement la plus importante tourbière d'Espagne qui occupe tout un plateau L'occasion de comparer machinalement le pouvoir calorifique de la tourbe d'Ibaineta et des sorcières de Zugarramurdi. Toujours penser à la transition énergétique. Visite du dolmen de Soroaundi (535 m), placé commodément en bord de trajectoire. On y aurait retrouvé des ossements de palombes datés au carbone 11 de – 7000 ans avant Jean-Claude. Nous n'irons pas plus haut aujourd'hui.

Le tour du Mendibil depuis Zugarramurdi. Jeudi 05 mars 2015.
Le tour du Mendibil depuis Zugarramurdi. Jeudi 05 mars 2015.
Le tour du Mendibil depuis Zugarramurdi. Jeudi 05 mars 2015.

Cap à l'est sur un bon sentier plat, admiration des pins encore décorés de boules blanches de Noël, d'un discret tumulus, puis d'un chêne spectaculaire poussé avec des frères et des cousins hêtres, non loin d'une bergerie dont le nom pourrait être Telletxeko borda (500 m), contournement par le sud d'un enclos de pierres finement frangé de barbelés, passage (492 m) à travers les ajoncs comme le font les sangliers, le long d'un torrent impétueux, traversée du terrain d'une nouvelle borde (461 m) sur lequel quatre randonneurs ont entrepris de se sustenter, installés au chaud sur des rochers, voilà une partie du programme

Le tour du Mendibil depuis Zugarramurdi. Jeudi 05 mars 2015.

Après un lacet, on franchit cette fois l'émissaire de la tourbière. S'ensuit une petite remontée où l'obstacle n'est plus la boue mais un pottok qui a eu la mauvaise idée de défuncter sur le sentier.

Le tour du Mendibil depuis Zugarramurdi. Jeudi 05 mars 2015.

A flanc, comme souvent, nous gagnons les abords du col d'Urbia (435 m) afin de nous restaurer, à mi-parcours, assis sous quelques chênes, à la base des 619 m du Mendibil, face aux remparts de l'Aizparaz (558 m).

La soupe est bonne et arrosée. Les merveilles ont bien voyagé, comme gâteaux et chocolat.

Au commandement de notre guide, laquelle étrenne un nouveau GPS pour l'occasion, nous gagnons le voisinage du super panneau publicitaire qui matérialise Urbiako lepoa. Cette sucette gigantesque, en matériau non comestible, porte un message de paix entre Zugarramurdi, Sare et Ainhoa. De paix à la gloire du commerce international au profit de tous les Peio du coin ? Nous marchons vers l'est sur une large piste qui permet aux habitants d'Extcheriko borda d'aller acheter le journal en 4x4. Bâtisse rénovée avec goût en style dit néoborde. Nous voilà déjà au col de Loiara (441 m). Les balises indiquent qu'il faut contourner le mont Arleun/Azkar (528 m). Deux anciens, peut-être un vrai couple, occupés à digérer, sont vautrés sur un talus. Ils n'ont pas craint de laisser leur bouteille de rouge à moité vide au soleil de mars. Passons sur cette faute de goût.

Le tour du Mendibil depuis Zugarramurdi. Jeudi 05 mars 2015.

Quelques flaques d'eau plus loin, rien de grave, on rencontre deux ânes gris à la mise soignée, l'un sortant de chez le coiffeur, l'autre fraîchement manucuré. On quitte la piste et nos nouveaux amis pour emprunter un sentier qui s'avère être le lit secondaire d'un erreka. Les antennes joliment plantées comme bougies sur gâteau basque caractérisent le mont Argandoieta (351 m) qui veille sur Urdax. Cette montagne est laissée à droite dans notre dernière porte de slalom. Retour sur le bitume, visite d'une scierie où en effet l'on scie, indignation des coeurs sensibles sur le sort de vaches en cure post-traitement de problèmes articulaires aux quatre pattes dans une annexe des thermes de Dax, dévotion à San Esteban, ermitage dont la cloche se manœuvre avec un fil électrique à deux conducteurs sans mise à la terre, fontaine Txirripa, pierres sculptées expressives et lavoir sans lavandière. Arrivée triomphale au bistro de la table ronde et noire des sorcières-brujas vers 16 h. Coup à boire et parade nuptiale d'un splendide duo de gallinacées, occupés à picorer la pelouse en devenir du tenancier. Retour parking, encombré comme les alentours de Jean Dauger les jours de Top 14. Las, des obsèques sont en cours à l'église de l'Assomption et le joli cimetière admiré ce matin pourrait bien recevoir un habitant de plus dès le soir.

On regagne tranquillement notre camp de base de Marouette.

Merci à Mireille, qui, restant par obligation sur les sentiers balisés, nous a permis cependant une belle promenade hors de sentiers battus. Bienvenue à la nouvelle du groupe dont le coaching attentif et avisé a été très réussi, vu de l'extérieur. Prompt rétablissement à la rédactrice en chef (respect...) dont on a appris qu'elle était souffrante en cette fin de période pluvieuse.

 

Erythrone , dent de chien et primevères.
Erythrone , dent de chien et primevères.

Erythrone , dent de chien et primevères.

Bilan : les premiers signes du printemps sont bien visibles et les «floristiciens» vont être gâtés dans les prochains jours ; distance : 14 km ; dénivelé + : 495 m. ; journée de 6 h 30, durée vers quoi il faut tendre. Ce compte rendu est approximatif. Le rédacteur, non professionnel, ne pourra être tenu pour responsable des petites erreurs de distance, de dénivelé ou d'altitude dues aux imprécisions des satellites géostationnaires. Enfin, la mansuétude du peu de lecteurs de cette rubrique confidentielle du blog est aussi réclamée pour les noms de lieux, car la toponymie de Navarre n'est toujours pas bien fixée en ce début de 21ème siècle.

 

Jean-Louis L.

 

Les photos :

Claudine A : lien

Claudine B : lien

Jean-Louis : lien

LE PARCOURS :

Une petite erreur au niveau des tourbières. Je compte sur les indications précises de JLL (lundi 09 mars ) pour corriger ....

Le tour du Mendibil depuis Zugarramurdi. Jeudi 05 mars 2015.
Partager cet article
Repost0

commentaires

B
Meme si vous ramassez vous détritus vous penetre sur une propriete prive sans aval de son proprietaire. quand nous sommes a la borda il n y a aucun probleme on ravitaille meme en boisson les randonneur qui le demande.Effectivement donnez moi votre adresse et j irais pique nique chez vous en votre absence en sans bien entendus votre consentiment et je serais aussi prope que vous.<br /> Cordialement
Répondre
B
ça n'a pas l'air de vous déranger de manger votre banane chez des gens ..? Car oui Gaineko Borda a des propriétaires !!! Comme vous avez pu le remarquer elle est entretenue ! C'est don une maison comme les autres !! Mais attendez, donnez moi votre adresse pour que je vienne pique niqué dans votre jardin sans votre autorisation !!! Je suis ulcérée !
Répondre
B
Si si je suis ulcérée ! c'est un manque de respect envers les propriétaires ! Vous ne savez pas leur vision des choses ! Et moi je la connais, ça les peine de savoir que des randonneurs aillent chez eux sans autorisations ! Et qui plus est, se vante sur internet ! Gaineko Borda c'est ma maison de coeur, j'y vais depuis 2002 ! J'ai vécu des moments magiques dedans, dans ce jardin ou vous mangez votre banane ! et depuis 2002, les gens ne respectent pas et ce crois chez eux... parce que "c'est une belle maison" "il n'y a personne dedans la plupart du temps" ! Il faut changer ça ! La Borda c'est une maison comme les autres ! <br /> Je vois en revanche que vous n'avez pas relever le fais que je vienne pique niqué chez vous sans autorisation ! Votre maison est peut etre jolie ! faites partager !
M
Si j'avais une maison à cet endroit, je serais très heureuse que des randonneurs puissent aussi en profiter, en mon absence, s'ils laissent les lieux dans l'état où ils les ont trouvés. Ce qui est toujours le cas avec ce groupe. Ils ramassent même souvent les papiers, bouteilles ... que d'autres ont laissés avant eux .... Ne soyez donc pas ulcérée ! On est tellement plus heureux quand on fait plaisir en partageant !!!