Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 novembre 2015 7 01 /11 /novembre /2015 08:00

CLIQUEZ POUR AVOIR LA MUSIQUE.

L'Oylarandoi ou l'Oylandoi depuis Saint Étienne de Baïgorry. 26 octobre 2015
L'Oylarandoi ou l'Oylandoi depuis Saint Étienne de Baïgorry. 26 octobre 2015

Une belle journée annoncée, 23 degrés prévus au meilleur moment de la journée mais seulement douze randonneurs ... Ce sont les vacances et les grand-parents sont réquisitionnés. Seuls les plus indignes ou les mieux organisés ont pu se libérer, (dixit une randonneuse facétieuse).

Vu du parking derrière la mairie, le but de notre sortie ( 933 m) ne semble pas si impressionnant . Ses formes sont douces et arrondies, ses pentes parés du vert des prairies, des ors et des roux des feuillages d'automne invitent à la promenade…

L'Oylarandoi ou l'Oylandoi depuis Saint Étienne de Baïgorry. 26 octobre 2015

Mais pas question de flâner avec les gazelles qui ouvrent la marche !

Il faut grimper, grimper, grimper sans relâche. Sur la route, en sous-bois, à découvert, sur des sentiers jonchés de pierres, sur des sentiers herbeux ...

Près d'une petite bergerie nous engrangeons quelques calories pour affronter la deuxième partie de la montée ; cette énergie nous sera bien nécessaire pour résister aux violentes rafales de vent qui nous déstabilisent pendant la dernière partie de l'ascension.

L'Oylarandoi ou l'Oylandoi depuis Saint Étienne de Baïgorry. 26 octobre 2015
L'Oylarandoi ou l'Oylandoi depuis Saint Étienne de Baïgorry. 26 octobre 2015

Il faut parfois s'arc-bouter pour ne pas dévier de l'étroite piste qui peu à peu nous achemine vers la chapelle qui coiffe le sommet.

L'Oylarandoi ou l'Oylandoi depuis Saint Étienne de Baïgorry. 26 octobre 2015
L'Oylarandoi ou l'Oylandoi depuis Saint Étienne de Baïgorry. 26 octobre 2015

Impossible donc de pique-niquer là-haut.

L'Oylarandoi ou l'Oylandoi depuis Saint Étienne de Baïgorry. 26 octobre 2015
L'Oylarandoi ou l'Oylandoi depuis Saint Étienne de Baïgorry. 26 octobre 2015

Le repas sera partagé quelques mètres en contre-bas avec une vue imprenable sur le redoutable Autza, les somptueuses crêtes d'Iparla, le village de Baïgorry dans son écrin de nature , la vallée des Aldudes …

L'Oylarandoi ou l'Oylandoi depuis Saint Étienne de Baïgorry. 26 octobre 2015

Pas question de lézarder aujourd'hui malgré la beauté des paysages.

Nous redescendons par le flanc ouest sur des sentes abruptes tracées par les moutons, au milieux des touffes rases d'ajoncs avant de cheminer sur une piste plus facile qui peu à peu nous rapproche des premières fermes.

L'Oylarandoi ou l'Oylandoi depuis Saint Étienne de Baïgorry. 26 octobre 2015

Trois d'entre nous empruntent une variante ... et sauvent un bélier d'une mort certaine.

Ses superbes cornes aux multiples volutes emprisonnées dans un filet servant de clôture, gisant sur le dos après s'être certainement débattu de longues minutes, le corps glissant vers le bas de la pente, il est littéralement pendu, sans aucune possibilité de se dégager. Si Étienne ne l'avait pas vu, il n'aurait eu aucune chance.

Armés de leurs couteaux nos valeureux guides sectionnent les cordes qui l'emprisonnent et délivrent la pauvre bête sous les yeux attendris de quelques randonneuses.

Comme quoi la vie ne tient qu'à un fil!

Le bélier se relève difficilement, ankylosé par les heures passées dans cette position inconfortable, fait quelques pas mal assurés sous nos yeux attentifs et inquiets puis descend le pré, les cordes coupées toujours accrochées à ses cornes.

Au bout de quelques minutes il a repris des forces. Il s'en tirera certainement.

Nous terminons la randonnée, ravis de cette magnifique sortie mais contents aussi d'avoir sauvé une vie. Les vautours fauves n'étaient pas bien loin.

Nous nous remettons de nos efforts et de nos émotions en prenant un verre au bar sous les platanes et reprenons le chemin de Marouette vers 16 H.

Bilan de cette belle randonnée: 13 km et 845 m de dénivelé parcourus en cinq heures environ (sauvetage du bélier compris).

Claudine A.

 

Photos :

Mado.

Partager cet article
Repost0

commentaires