Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 janvier 2016 3 27 /01 /janvier /2016 15:52

Un mois jour pour jour après Noël, c'est la fête à Marouette. Le Président, service de protection allégé, a surpris son monde, en dépit de l'heure matinale, en rendant une visite appréciée au groupe du lundi. Malheureusement, personne n'avait prévu de petit compliment. Pas plus de bouquet de fleurs. La cérémonie, sobre mais empreinte de dignité ne s'est pas prolongée car tous avaient du travail sur la planche.

Se rendre à Urdax n'est pas une mince affaire. Il faut quelques fois tourner à gauche plutôt qu'à droite et traverser Peio-Land et ses constructions branlantes

Urdax-Arleun-Express. Lundi 25 janvier 2016.
Urdax-Arleun-Express. Lundi 25 janvier 2016.

Enfin, nous voilà à 17, compris le guide tout sourire, son adjoint en stage d'aguerrissement, et l'éternel contestataire de direction, de distance ou d'altitude, réunis sur la grand-place d'Urdax, Urdazubi si vous préférez. A grosses mailles, on peut affirmer qu'on est alors à 95 m, écrasés par un nombre impressionnant de locaux difficiles à chauffer… Et au milieu coule une rivière. Le vent, certain, fait des risées jusque sur le bassin de la fontaine.

Urdax-Arleun-Express. Lundi 25 janvier 2016.
Urdax-Arleun-Express. Lundi 25 janvier 2016.

Direction le sud. Premièrement pour vérifier l'hygiène des thermes ancestraux installés dans un pré. Secondement pour rendre visite aux oies de Salaberriko borda. Ces oiseaux ne sont plus sauvages depuis longtemps et quand ils tirent la langue, on se rend compte qu'ils n'ont pas de crise de foie. Un chien affalé sur un transat surveille la basse-cour en bullant.

Urdax-Arleun-Express. Lundi 25 janvier 2016.
Urdax-Arleun-Express. Lundi 25 janvier 2016.
Urdax-Arleun-Express. Lundi 25 janvier 2016.

Cheminant sous bois, puis à travers les ajoncs fleuris, on a vite fait de gagner notre place au soleil, puis un large col à 388 m que domine l'Azkar de l'Est de ses 436 m. Une pierre levée, gravée à la gloire du lieu, permet de manger la banane plus commodément. Le vent s'en donne à cœur joie, le fripon, et c'est juste s'il fait bon pour la saison.

Urdax-Arleun-Express. Lundi 25 janvier 2016.

Ne pas s'attarder. En route sur une piste qui doit servir à tester des véhicules amphibies. C'est étrange tous ces laquets d'altitude qui ne se vident qu'en été !

Urdax-Arleun-Express. Lundi 25 janvier 2016.

Les ânes sont toujours parqués, certains peut-être zains, ou pas. Par moment, à l'abri du vent, la promenade est tout à fait charmante, bien qu'on manque de déchausser à chaque pas.

Urdax-Arleun-Express. Lundi 25 janvier 2016.

Autour de nous, la nature fait ce qu'elle peut pour se présenter d'une manière printanière. Les bourgeons sont là, ou du moins on les devine.

Encore des flaques et nous voilà à Loiarako lepoa 441 m. Sur la gauche, la magnifique bâtisse Eltxegia. Le guide qui se proposait de nous emmener déjeuner au restaurant d'altitude Aizparaz, doit changer son fusil d'épaule. En effet, la terrasse de cet établissement est exposée au sud. Y manger serait intenable. Peut-être aussi est-il fermé. Jacques, bien avisé, nous conduit donc sur le flanc nord de l'Arleun-Azkar de l'Ouest où nous trouvons un abri assez ensoleillé mais doté d'une ventilation naturelle encore énergique (vers 490 m).

Urdax-Arleun-Express. Lundi 25 janvier 2016.
Urdax-Arleun-Express. Lundi 25 janvier 2016.
Urdax-Arleun-Express. Lundi 25 janvier 2016.

Bivouac sans couac. Devant nous, Zugarramurdi, son ermitage San Esteban. Plus loin, Sare allongée au pied de la Rhune, tout le Labourd, une partie des Landes et du golfe de Gascogne.

Tout est servi à température. Les nombreuses naissances survenues dans le mois sont célébrées par autant de libations que d'offrandes sous forme de gâteaux. Arrive l'heure des Mages. Les couronnes en métal léger rendent le sacre difficile, après sangria, vins fins et cidre. Il fait quand même froid au point que personne n'est assez fou pour se découvrir devant le charmant couple royal.

Urdax-Arleun-Express. Lundi 25 janvier 2016.
Urdax-Arleun-Express. Lundi 25 janvier 2016.

Vient le temps de reprendre la route. Une courte montée pour basculer sur le versant sud, à travers un bois d'épineux à la santé précaire, jusqu'au chemin des fondrières, à repasser dans l'autre sens.

 

Urdax-Arleun-Express. Lundi 25 janvier 2016.

Les mêmes ânes, qui se demandent ce que des imbéciles comme nous peuvent bien faire dans ce coin dépourvu de benta, à tourner dans tous les sens ?

Urdax-Arleun-Express. Lundi 25 janvier 2016.
Urdax-Arleun-Express. Lundi 25 janvier 2016.

Chemin en pente, vers la gauche, que tous connaissent bien pour y être tombés au moins une fois. Petit pont de bois pour le fun. Chêne étrange, encore doré à la feuille. Brusque virage à droite, vers 290 m, avant la butte aux pylônes appelée Argandoita qui culmine à 351 m. Ruines répondant aux doux noms de Mitxelen et Maritoneko borda, passages boueux, sources, chevaux sonnants, fous et trébuchants, torrent, cascades, marmites, arbres séculaires, houx mâles et femelles, à volonté, gué... Dans ce vallon final, l'ambiance est tropicale.

Urdax-Arleun-Express. Lundi 25 janvier 2016.

A l'entrée du village, passé le cimetière, passée la ruine légendaire, nous voilà faisant grand cas des habitudes alimentaires espagnoles. La route permet à cet endroit de dominer les assiettes de nombreux gourmands occupés à tortorer.

Urdax-Arleun-Express. Lundi 25 janvier 2016.

Bilan de la journée : il faut nettoyer les chaussures à la fontaine.

Merci à Jacques, notre guide, à son adjoint étoilé et aux autres qui ont tous vocation à devenir des apprentis, puis qui sait, des guides de BA.

 

10 ou 11 km : entre 280 et 420 m, selon les appareils de mesure.

Jean-Louis L.

 

Photos :

Claudine A.

Mado.

Urdax-Arleun-Express. Lundi 25 janvier 2016.
Partager cet article
Repost0

commentaires