Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 octobre 2016 3 05 /10 /octobre /2016 17:03
URRIZPILOTA. Randonnée héroïque. Lundi 3 octobre 2016.

Une petite chambrée. Quand même ! Dix promeneurs de grande valeur se retrouvent derrière l'église de Saint-Etienne-de-Baigorry, près d'un repère NGF qui indique 160 m. Les dix soigneusement équipés pour en découdre enfin avec la légendaire arête nord-ouest du Tranpeta, sous la conduite de notre guide Jacques, tout sourire.

Des camions espagnols, chargés de gros tuyaux, descendant du col d'Izpegi, défilent comme dans un corso, spectacle incongru sur le fragile pont de pierre qui enjambe ici la Nive poissonneuse des Aldudes.

Il fait très beau. Léger vent du sud. Cliquetis des bâtons sur le ruban de goudron qui remonte la rive gauche de la Nive puis prend doucement de l'altitude.

 

URRIZPILOTA. Randonnée héroïque. Lundi 3 octobre 2016.

Dans un virage, un cairn (250 m) indique mollement le départ du sentier, simple trace dans les fougères. Les arbres disparaissent. Nous sommes maintenant sur le dos de la bête. Le soleil s'élève en même temps que nous. Un océan de fougères duquel émergent, semés à la volée, des rochers clairs. Des crocus poussent où ils peuvent.

URRIZPILOTA. Randonnée héroïque. Lundi 3 octobre 2016.

De temps en temps une fleur apparue à nos pieds vient nous distraire du paysage flamboyant.

URRIZPILOTA. Randonnée héroïque. Lundi 3 octobre 2016.
URRIZPILOTA. Randonnée héroïque. Lundi 3 octobre 2016.

Si le regard plonge à gauche, plus loin que Xanboroi, il rencontre les fermes blanches de la vallée des Aldudes. S'il se porte à droite, Marmaro en bas, puis la route du col d'Izpegi qui balafre la montagne d'automne. Au-dessus de nos têtes, les effrayantes barres rocheuses du Tranpeta nous menacent, nous aspirent. Tout le monde avance donc d'un bon pas, sinuant d'un bord à l'autre des étroites vertèbres de la monstrueuse créature assoupie.

 

URRIZPILOTA. Randonnée héroïque. Lundi 3 octobre 2016.
URRIZPILOTA. Randonnée héroïque. Lundi 3 octobre 2016.
URRIZPILOTA. Randonnée héroïque. Lundi 3 octobre 2016.

La banane avalée, au premier col remarquable, il est décidé de contourner la montagne par le nord. Ce versant n'est pas pastoral ; mais pas du tout. Dans les plantes qui passent souvent par dessus nos cornes, la trace se perd, apparaît telle un mirage, s’évanouit de nouveau. Il faut tracer son chemin de ressaut en ressaut. C'est l'aventure que tout le monde recherche dans le groupe. Dans ces conditions, autant dire que les petites erreurs d'aiguillage sont vécues avec le plus grand amusement ou selon le cas avec détachement...

URRIZPILOTA. Randonnée héroïque. Lundi 3 octobre 2016.

Une large saignée montante, tracée pas les bergers pour permettre au bétail de boire à la santé du Tranpeta permet de rejoindre la civilisation du barbelé et de la pelouse au col (780 m) sis au sud-est du doux dôme herbeux de la montagne de 809 m qui nous avait tant impressionnés quelques minutes auparavant.

URRIZPILOTA. Randonnée héroïque. Lundi 3 octobre 2016.

ILS SONT TOUS LA !!!

QUI EST LE PHOTOGRAPHE ?

 

La route du versant sud est négligée. Nous fonçons comme l'éclair, toujours sur l'arête, vers le but de notre course, le fameux Urrizpilota (938 m) que nous atteignons, fringants, sur les coups de 13 heures et quelques.

Les dents, les glottes et les estomacs se chargent du ravitaillement des muscles près du repère géodésique. Chablis, gâteaux. Il est alors démontré que la somme de quatre nombres rationnels immangeables peut donner un entier goûteux, naturel, réel mais complexe, pour peu qu'on prenne soin d'ajouter un rasade de rhum. Soleil et bonne humeur. Le toit de la venta d'Izpegi est noyé au loin dans la verdure.

URRIZPILOTA. Randonnée héroïque. Lundi 3 octobre 2016.
URRIZPILOTA. Randonnée héroïque. Lundi 3 octobre 2016.

Le jour avance quand nos reprenons le chemin, passant par un col, à proximité de Domigeleneko etxola (875 m). Notre guide, dans sa grand sagesse décide de passer fort opportunément sur le flanc d'Elhorriko kaskoa. Bien sûr, ça remonte, mais qu'à cela ne tienne, le spectacle de troupeaux de moutons aux cornes travaillées, mites à fromage des montagnes, compense ces menus efforts. Nous voilà peu après dominant le bois, les monuments funéraires d'Elhorrieta lepoa aussi que les constructions modernes mais ruinées de Nekaitzeko lepoa. Descente jusqu'à tangenter la borne 99 (815 m). Puis le sentier de l'arbre mort.

URRIZPILOTA. Randonnée héroïque. Lundi 3 octobre 2016.
URRIZPILOTA. Randonnée héroïque. Lundi 3 octobre 2016.

Drôle de champignon sur un tronc, arbres magnifiques. C'est le pays des coupeurs de tête d'oiseau. Ça fait froid dans le dos !

( Nous avons trouvé - outre deux magnifiques cèpes ! - la tête d'un petit oiseau dans la forêt de hêtres entre Nekaitzeko Lepoa et le col d'Ispéguy : après recherche, je pense qu'il s'agit d'un roitelet triple-bandeau (famille des fauvettes), hôte des forêts de feuillus ou de conifères. Jacques R.)

 

URRIZPILOTA. Randonnée héroïque. Lundi 3 octobre 2016.
URRIZPILOTA. Randonnée héroïque. Lundi 3 octobre 2016.

Un peu dégradé par des coulées de terre, ce sentier ombragé nous amène tranquillement à Izpegi (672 m) où nous usons de la venta du même nom. Traction olé-olé d'un camping-car, bus de touristes qu'on amuse avec le postérieur fendu façon binationale de la guide de Saint-Pé. Détente. Vent frisquet.

 

Bientôt le soir. On s'engouffre dans la vallée du Nekaitzoko erreka dont on entendra les premiers murmures après bien des lacets et bien des glissades. Enfin le goudron à Bidegainea (283 m). Il ne reste plus qu'à regagner notre parking, sur un terrain vallonné, rencontrant en chemin cèpes et châtaignes.

Une fameuse promenade dont tout le monde remercie vivement Jacques, qui cette fois, a tapé dans le mille. Même lui s'en félicite ! Merci aussi à la sommelière et aux pâtissières.

Distance : 16 km. Dénivelé : plus de 1000 m.

Jean-Louis.

 

Photos :

Jean-Louis.

Michel C.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires