Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 décembre 2016 6 03 /12 /décembre /2016 10:01
St Vincent - Baygura. 01 décembre 2016.

Temps sec et ensoleillé en ce premier matin de décembre. Ciel entièrement bleu. Du vent du sud, mais juste ce qu'il faut. 20 personnes rassemblées à la chapelle Saint-Vincent (290 m), commune de Hélette. Mireille a entrepris de conduire tout ce joli monde toujours plus haut...

Le franchissement d'un banal portail galvanisé nous propulse dans le domaine merveilleux où vivent les animaux les plus extraordinaires, où poussent les plantes les plus inouïes. Le promeneur n'y est qu'un invité.

 

St Vincent - Baygura. 01 décembre 2016.

Bien sûr que ça monte ! Bien sûr que là où nous allons n'est pas cette petite butte ridicule qui se dresse pourtant devant nous ! Les chemins sont larges, propres et souvent herbeux. Agréable ressenti du terroir à travers les semelles.

St Vincent - Baygura. 01 décembre 2016.
St Vincent - Baygura. 01 décembre 2016.

Tout le groupe avance à grands pas. On atteint vite le premier col de la journée (501 m). C'est un premier éblouissement. A gauche, le sommet nommé sobrement Soiandotxiki ne cache ni les montagnes enneigées dans les lointains, ni les riches plaines basques dorées par le soleil.

 

St Vincent - Baygura. 01 décembre 2016.
St Vincent - Baygura. 01 décembre 2016.
St Vincent - Baygura. 01 décembre 2016.

Contournons la petite montagnette d'ajoncs et de rochers à la cote 603 par le sud pour gagner facilement un nouveau col (604 m) pourvu de tables et de poutres d'orientation. Un groupe fourni nous a précédé sur ce site très connu. Il est l'heure de la banane.

 

St Vincent - Baygura. 01 décembre 2016.
St Vincent - Baygura. 01 décembre 2016.

Cap au sud, avant de prendre brutalement (635 m) vers nord-ouest un sentier plutôt rocheux. Nous longeons les gorges que cet obstiné d'Elhurreko erreka creuse et creuse encore. Il faut avouer qu'il a finement sculpté toute cette partie de la montagne. On ne peut qu'admirer l'artiste en avançant, un pied devant l'autre sur le flanc de Kurutzeko Pareta jusqu'à rejoindre sa crête (772 m).

St Vincent - Baygura. 01 décembre 2016.
St Vincent - Baygura. 01 décembre 2016.

Une halte près d'une base de lancement secrète de rapaces. Sept ou huit vautours sont en stand-by, perchés au dessus du vide. A notre approche, mais sans précipitation, en silence, ils vont décoller un par un, en respectant les consignes de sécurité. Magnifique.

St Vincent - Baygura. 01 décembre 2016.
St Vincent - Baygura. 01 décembre 2016.

Le premier sommet Erregelu (846 m) est toujours aussi pointu.

St Vincent - Baygura. 01 décembre 2016.
St Vincent - Baygura. 01 décembre 2016.
St Vincent - Baygura. 01 décembre 2016.

Une forte délégation va présenter ses hommages au Baigura (892 m), en passant par les tables d'orientation. Les pics du Midi, d'Anie, d'Orhy et combien d'autres, blancs ou sombres se découpent dans le ciel pur. On ne sait où porter le regard tant l'horizon est reculé. On voit très bien le Laina, où nous irons peut-être manger une autre fois, puis l'Haltzamendi qui complète la chaîne.

St Vincent - Baygura. 01 décembre 2016.
St Vincent - Baygura. 01 décembre 2016.
St Vincent - Baygura. 01 décembre 2016.

On regagne Erregelu pour le repas. Vin de Bordeaux (merci G. dont c'est le retour), pâtisseries exquises à profusion.

St Vincent - Baygura. 01 décembre 2016.
St Vincent - Baygura. 01 décembre 2016.

Il est venu le moment de repasser sur notre trace judicieusement choisie le matin. Les jours sont bien courts. Hâtons-nous lentement, laissons-nous glisser vers la plaine.

St Vincent - Baygura. 01 décembre 2016.

Un sous-groupe expérimente un passage aérien. Mireille, attentive, a vite fait de rassembler le troupeau.

 

St Vincent - Baygura. 01 décembre 2016.

Ce temps calme est mis à profit pour observer le ballet de deux parapentistes qui virevoltent à notre verticale, accompagnés, surveillés, par les vautours, encore plus gracieux.

St Vincent - Baygura. 01 décembre 2016.

Un peu de hors piste dans rochers, ajoncs et fougères rousses pour revenir au premier lepo du parcours. Ouvrir une sente, c'est la séquence émotion pour les articulations.

Des grues fuyant le froid, passent et passent :

« Comme un double ruban la caravane ondoie,

Bruit étrangement, et par le ciel déploie

Son grand triangle ailé qui va s'élargissant. »

Un talentueux, ce gars-là !

St Vincent - Baygura. 01 décembre 2016.

L'hélicoptère rouge et blanc habituel fait un point fixe en face de nous.

Le portail. Nous voilà à la chapelle ; tous contents.

Merci à Mireille qui guide fermement avec le sourire, et à tous les autres qui vont, viennent et pâtissent bien diversement.

Distance : 11,3 km. Dénivelé : 650 m.

Jean-Louis L.

 

Les photos :

Jean-Michel.

Michel C.

Mado.

 

Repost 0
29 novembre 2016 2 29 /11 /novembre /2016 10:18
Ibanteli ( 678 m ) depuis Urbia. 28 novembre 2016.
Ibanteli ( 678 m ) depuis Urbia. 28 novembre 2016.
Ibanteli ( 678 m ) depuis Urbia. 28 novembre 2016.
Ibanteli ( 678 m ) depuis Urbia. 28 novembre 2016.

Garés, chaussés et bien couverts, nous traversons et admirons quelques belles maisons de Bera. Et la montée commence. Nous suivons le GR … Quelques primevères … Déjà !

Ibanteli ( 678 m ) depuis Urbia. 28 novembre 2016.
Ibanteli ( 678 m ) depuis Urbia. 28 novembre 2016.

Quelques écharpes de brouillard décorent le paysage …

Ibanteli ( 678 m ) depuis Urbia. 28 novembre 2016.

Crête d’une petite colline bordée de pins : Michèle R a bien envie de ramasser quelques pignes …

Ibanteli ( 678 m ) depuis Urbia. 28 novembre 2016.
Ibanteli ( 678 m ) depuis Urbia. 28 novembre 2016.

Descente abrupte d’un grand pré où des moutons, étonnés, nous regardent passer …

Nous débouchons sur le chemin qui relie le col de Luziniaga au col de Lizarietta et l’empruntons avant de prendre un autre chemin qui ziguezague en forêt et se termine par une dure grimpette.

Ibanteli ( 678 m ) depuis Urbia. 28 novembre 2016.
Ibanteli ( 678 m ) depuis Urbia. 28 novembre 2016.
Ibanteli ( 678 m ) depuis Urbia. 28 novembre 2016.
Ibanteli ( 678 m ) depuis Urbia. 28 novembre 2016.

Au col au pied de l’Ibantelli, nous soufflons un peu …

Celui-ci est bien voilé et Jacques décide de descendre un peu pour le pique-nique. Nous nous installons près d’une jolie stèle.

 

 

Descente : au col de Lizarietta, nous prenons le chemin de Luziniaga et ensuite un peu du GR et la route goudronnée, bétonnée qui nous ramène aux voitures.

Distance parcourue : 16, 6 km. Dénivelé : 678 m. Temps : 5 h.

Un beau, nouveau parcours que nous avait préparé Jacques. Dommage que le beau temps n’était pas de la partie !

Madosita.

 

Les photos :

Claudine B.

Mado.

Repost 0
20 novembre 2016 7 20 /11 /novembre /2016 10:41
Urdax-Loiara-Urbia et autres lieux circonvoisins. Jeudi 17 novembre 2016.
Urdax-Loiara-Urbia et autres lieux circonvoisins. Jeudi 17 novembre 2016.
Urdax-Loiara-Urbia et autres lieux circonvoisins. Jeudi 17 novembre 2016.

  

Quand on a traversé les Champs-Élysées Peio, oppressante enfilade de dépôts de marchandises qui s'étalent maintenant des deux côtés de la route, comme les mors d'un étau géant et commercial, juste après la frontière, c'est toujours un soulagement, un plaisir, de se retrouver à 22 sur la place d'Urdax-le-Pont (98 m), à l'ombre de cet imposant monastère de Salvador. Pas Henri, l'autre, devenu San.

Fontaine, torrent et bief tentent de réchauffer l'atmosphère austère de ruines et de grosses bâtisses navarraises. En ce matin de brise fraîche, laminak et autres inventions extraordinaires ont déjà regagné les grottes voisines pour prendre quelque repos pendant que les humains du cru tâchent déjà à réparer les conséquences de leurs facéties de la nuit.

Après une dégustation de crêpes, excellentes pour donner de l'élan, nous remontons la rive gauche d'Orabideko erreka, fil rouge mais bleu du jour.

 

Urdax-Loiara-Urbia et autres lieux circonvoisins. Jeudi 17 novembre 2016.
Urdax-Loiara-Urbia et autres lieux circonvoisins. Jeudi 17 novembre 2016.
Urdax-Loiara-Urbia et autres lieux circonvoisins. Jeudi 17 novembre 2016.

Tout le monde avance en silence, d'un bon pas le plus souvent, même si de la boue tenace entrave souvent la progression, dès la sortie du village. La colonne visite un élevage d'oies. Elles ne nous prennent pas en grippe. A l'avant, la discussion est animée : Jeanne Bécu qui n'aimait peut-être pas le chou-fleur et un défunt curé de Landabat qui adorait sa bonne doivent alors avoir les oreilles qui sifflent dans leurs paradis respectifs.

Urdax-Loiara-Urbia et autres lieux circonvoisins. Jeudi 17 novembre 2016.
Urdax-Loiara-Urbia et autres lieux circonvoisins. Jeudi 17 novembre 2016.
Urdax-Loiara-Urbia et autres lieux circonvoisins. Jeudi 17 novembre 2016.

Attentive, l'avant-garde change souvent de direction, dans la forêt ou sur des pentes récemment moissonnées de leurs fougères, pour finalement faire halte-banane sur un plateau entre un mont Azkar et les vestiges de l'enclos qui complète Elizagoieneko borda (388 m).

La piste qui dessert cet édifice nous conduit à Loirako lepoa (441 m) en sinuant, à plat et tranquillement, entre Sansinenea et Arleun, de flaques en ornières noyées. Ânes et chevaux sont au rendez-vous, batifolant sous le soleil. Au moment où nous passons, la borde restaurée dans le coin fait l'objet d'une expertise de la part des ses occupants inquiets de l'état de pylônes en vrai bois d'arbre.

Urdax-Loiara-Urbia et autres lieux circonvoisins. Jeudi 17 novembre 2016.
Urdax-Loiara-Urbia et autres lieux circonvoisins. Jeudi 17 novembre 2016.

Nous ne nous attardons pas. lancés comme nous sommes à la poursuite d'un groupe qui nous précédera jusqu'à Urbiako lepoa (434 m), sis entre Mendibil et Aizparaz aussi appelé Urbia, montagnes considérables encore dépourvues de neige.

Le programme initial est alors renégocié, comme cela se pratique généralement après les élections, quand les élus sont sûrs du résultat. Pour cette fois, nous tirons à gauche, à la conquête de l'Ouest, et parcourons lestement un sentier suspendu dans les bois et les fougères. Vues superbes sur le paysage d'automne, les prés en terrasses, les fermes et l'écheveau de chemins tapissant la vallée.

Urdax-Loiara-Urbia et autres lieux circonvoisins. Jeudi 17 novembre 2016.
Urdax-Loiara-Urbia et autres lieux circonvoisins. Jeudi 17 novembre 2016.

Il est l'heure de manger (420 m), près de barbelés et d'un pneu, qui assis sur un chouette tapis vert, qui sur une pierre branlante, en bordure du bois, près de gros objets recouverts de plastique, non loin d'une borde dont on aperçoit la toiture un peu plus haut, au débouché de la tourbière d'Ibaineta, invisible, suspendue au-dessus de nos têtes. Sangria, pâtisseries, chocolat du Pérou ou à l'orange. C'est énorme ! Il fait si chaud que les tee-shirts sont de sortie.

Après une brève et intéressante prise de parole d'Anita, notre guide qui nous a juré qu'elle reviendra de Pau, il faut se résoudre à reprendre la route car tout le monde tient à revoir Urdax sous son plus beau jour.

 

Urdax-Loiara-Urbia et autres lieux circonvoisins. Jeudi 17 novembre 2016.
Urdax-Loiara-Urbia et autres lieux circonvoisins. Jeudi 17 novembre 2016.
Urdax-Loiara-Urbia et autres lieux circonvoisins. Jeudi 17 novembre 2016.

Tiens, voilà Mendiondoko borda, notre point le plus à l'ouest !  Descente sous des chênes qui sont autant de pots de fleurs. Des clairières, des pistes, des chemins. Crocus d'automne partout. Rencontre d'une maison cossue, pimpante mais déserte. Le Navarrais rénove à tour de bras, n'épargnant pas sa peine. Il est vrai que le grès rouge ne manque pas dans ces contrées. Mais enfin, il faut bien entasser les pierres les unes sur les autres pour obtenir un mur. Et quand le mur est arrondi, c'est encore plus joli ; mais quel boulot ! Sur le parvis de Doloreko borda (310 m), près du ruisseau, le pottok entretient par un bout la pelouse qu'il enrichit par l'autre. Cet animal surveille placidement, l’œil en coin, la cloche et le fer à cheval disposés en bonne place sur la façade pour faire fondre de bonheur la passante, sans souci.

 

Urdax-Loiara-Urbia et autres lieux circonvoisins. Jeudi 17 novembre 2016.
Urdax-Loiara-Urbia et autres lieux circonvoisins. Jeudi 17 novembre 2016.

A force de descendre, les ruisseaux forcissent. On patine sur le béton des gués aménagés, ce qui est très amusant. On voyage dans le bois, presque au fond de la vallée. Un agréable enfer vert. La progression de notre troupe est laminaire. Pourtant, souvent, l'arrière-garde turbule. Les chiens aboient aussi quand notre caravane passe.

Urdax-Loiara-Urbia et autres lieux circonvoisins. Jeudi 17 novembre 2016.

Sans effort, dans un virage, entre les arbres, nous sommes soudain saisis par la paix du soir qui règne sur notre village de départ. Le héron admiré ce matin dans la pâture s'en est allé.

Après, tout va très vite, comme à la fin d'une fête quand on replie tables et bancs et qu'on démonte le décor. Le reste des crêpes, encore meilleures le soir, est avalé. Il est vrai que la crêpière va encore se régaler d'un gros bolet déniché sur le parcours. Les bâtons « télescopiqués », les chaussures décrottées, les bagages embarqués. Les remerciements croisés exprimés avec toujours autant d'émotion. Les au revoir lancés.

 

Journée réussie pour tous. Merci Anita de nous avoir ramenés au complet.

 

Distance : 15,7 km. Dénivelé : 630 m.

Jean-Louis.

 

Photos :

Claudine B.

Mado.

 

Repost 0
19 novembre 2016 6 19 /11 /novembre /2016 09:36

Jacques avait prévu :

Nous irons arpenter quelques chemins du côté de Sohescun. Boue garantie et bâtons de marche conseillés ! Balade facile de 16 kms et de 570m de dénivelé, soit 5h de marche.

Repost 0
5 novembre 2016 6 05 /11 /novembre /2016 16:08
Ruisseau Urbeltza vers Casas de Irati. 03 novembre 2016.

Nous étions dix-sept

En ce jour de fête

De Dame Nature,

Avec d’automne la parure ...

Quelle merveille

Sous ce beau soleil !

 

Ruisseau Urbeltza vers Casas de Irati. 03 novembre 2016.
Ruisseau Urbeltza vers Casas de Irati. 03 novembre 2016.

Sentier en forêt dominant le ruisseau.

 

Ruisseau Urbeltza vers Casas de Irati. 03 novembre 2016.
Ruisseau Urbeltza vers Casas de Irati. 03 novembre 2016.

Petite cascade et vasque d’eau.

 

Ruisseau Urbeltza vers Casas de Irati. 03 novembre 2016.

Quelques champignons

Sur un joli tronc

Pause banane en clairière

Troncs pour poser le derrière ...

Oiseaux, ruisseau, randonneurs gazouillaient …

Rando au « plus-que-parfait « ?

 

Casas de Irati.

 

Ruisseau Urbeltza vers Casas de Irati. 03 novembre 2016.
Ruisseau Urbeltza vers Casas de Irati. 03 novembre 2016.
Ruisseau Urbeltza vers Casas de Irati. 03 novembre 2016.

Montée à la Chapelle : courte visite.

Nous redescendons bien vite.

 

Ruisseau Urbeltza vers Casas de Irati. 03 novembre 2016.
Ruisseau Urbeltza vers Casas de Irati. 03 novembre 2016.

Le soleil chauffait.

Des tables nous attendaient

Sous un noyer dénudé.

Vin, chocolat, menus divers et variés.

 

Ruisseau Urbeltza vers Casas de Irati. 03 novembre 2016.
Ruisseau Urbeltza vers Casas de Irati. 03 novembre 2016.

De l’autre côté du ruisseau pour le retour

Des truites « joyeuses «  y faisaient mille tours …

 

Ruisseau Urbeltza vers Casas de Irati. 03 novembre 2016.
Ruisseau Urbeltza vers Casas de Irati. 03 novembre 2016.

Les arbres flamboyaient ….

Les randonneurs admiraient …

 

Ruisseau Urbeltza vers Casas de Irati. 03 novembre 2016.

Un p’tit pont avons traversé.

 

Ruisseau Urbeltza vers Casas de Irati. 03 novembre 2016.

Un houx était en beauté

Près des voitures à notre arrivée.

 

Jour idéal pour cette balade colorée

Bien choisie par Anita, notre guide dévouée …

Madosita

Presque 13 km ...

Presque 600 m ....

N'oubliez pas d'admirer les autres photos en cliquant sur les prénoms :

Claudine B.

Mado.

Repost 0
23 octobre 2016 7 23 /10 /octobre /2016 09:59

 

 

Par une fraîche matinée ensoleillée, nous nous retrouvons à 10,

un mercredi, à St Esteben.

Guidés par Jacques R, nous démarrons la rando sur le noir du goudron

mais bien vite, nous nous «  engouffrons «  dans un petit chemin vert

et ……. nous montons, bien sûr …

ELTZARRUZE depuis St Esteben. 19 octobre 2016.
ELTZARRUZE depuis St Esteben. 19 octobre 2016.
ELTZARRUZE depuis St Esteben. 19 octobre 2016.
ELTZARRUZE depuis St Esteben. 19 octobre 2016.

De l'herbe … des cailloux … des arbres séculaires … des châtaignes

…Des couleurs d'automne …

ELTZARRUZE depuis St Esteben. 19 octobre 2016.
ELTZARRUZE depuis St Esteben. 19 octobre 2016.
ELTZARRUZE depuis St Esteben. 19 octobre 2016.

Un chemin belvédère. Quelques arrêts pour boire et admirer le paysage.

ELTZARRUZE depuis St Esteben. 19 octobre 2016.
ELTZARRUZE depuis St Esteben. 19 octobre 2016.
ELTZARRUZE depuis St Esteben. 19 octobre 2016.
ELTZARRUZE depuis St Esteben. 19 octobre 2016.

Nous arrivons au col entre l'Atchapuru et l'Eltzarruzé et ...

c'est la grimpette

vers le sommet de ce dernier où nous dégustons notre petit goûter

( banane, biscuits, fruits secs … ). Très beau panorama.

ELTZARRUZE depuis St Esteben. 19 octobre 2016.
ELTZARRUZE depuis St Esteben. 19 octobre 2016.
ELTZARRUZE depuis St Esteben. 19 octobre 2016.
ELTZARRUZE depuis St Esteben. 19 octobre 2016.

 Belles roches …

Nous redescendons … descendons sur cailloux roulants …..

ELTZARRUZE depuis St Esteben. 19 octobre 2016.

remontons … remontons, pente terreuse glissante puis herbe humide.

ELTZARRUZE depuis St Esteben. 19 octobre 2016.
ELTZARRUZE depuis St Esteben. 19 octobre 2016.

Enfin, c'est l'heure du picnic. Des rochers bien placés n'attendaient que

nous …. Vue sur champs biens délimités, quelques maisons ….

ELTZARRUZE depuis St Esteben. 19 octobre 2016.

Une petite grimpette pour le retour et une longue descente sur pistouille

très pentue, petits cailloux et donc … glissades ( 17 ! )

Quelques postérieurs terreux …

Quelques épines plantées dans une main …

ELTZARRUZE depuis St Esteben. 19 octobre 2016.

La descente continue … Large chemin …

ELTZARRUZE depuis St Esteben. 19 octobre 2016.
ELTZARRUZE depuis St Esteben. 19 octobre 2016.

Beaucoup de crocus …

ELTZARRUZE depuis St Esteben. 19 octobre 2016.
ELTZARRUZE depuis St Esteben. 19 octobre 2016.

Des baies rouges de tamier ( herbe à femmes battues ) en collier …

 

Ramassage de châtaignes, de noix …

Et nous arrivons aux voitures après 11 km de marche et 500 m de

dénivelé.

Un très agréable parcours par un temps idéal …


Merci à Jacques.


Madosita.

 

Les photos :

Michel C.

Mado.

Repost 0
13 octobre 2016 4 13 /10 /octobre /2016 09:42
JAIZQUIBEL. Montagne. Forêt. Océan. 10 octobre 2016.

Parking « Justiz « un peu après ND de Guadelupe. Nous avons traversé la route, grimpé un talus, passé un « sas « et nous sommes montés jusqu'à la crête herbeuse du Jaïzquibel. Détonations : Les chasseurs sont tout près !

JAIZQUIBEL. Montagne. Forêt. Océan. 10 octobre 2016.
JAIZQUIBEL. Montagne. Forêt. Océan. 10 octobre 2016.
JAIZQUIBEL. Montagne. Forêt. Océan. 10 octobre 2016.
JAIZQUIBEL. Montagne. Forêt. Océan. 10 octobre 2016.
JAIZQUIBEL. Montagne. Forêt. Océan. 10 octobre 2016.

Nous avons arpenté cette crête jusqu’au sommet, s'arrêtant de temps en temps pour admirer le paysage côté mer et côté montagne.

 

JAIZQUIBEL. Montagne. Forêt. Océan. 10 octobre 2016.
JAIZQUIBEL. Montagne. Forêt. Océan. 10 octobre 2016.

Une stèle : déchiffrage ….

JAIZQUIBEL. Montagne. Forêt. Océan. 10 octobre 2016.
JAIZQUIBEL. Montagne. Forêt. Océan. 10 octobre 2016.

Arrêt-banane à l'emplacement de l'ancien parador.

JAIZQUIBEL. Montagne. Forêt. Océan. 10 octobre 2016.
JAIZQUIBEL. Montagne. Forêt. Océan. 10 octobre 2016.
JAIZQUIBEL. Montagne. Forêt. Océan. 10 octobre 2016.

Courte halte au sommet : vent froid …

JAIZQUIBEL. Montagne. Forêt. Océan. 10 octobre 2016.
JAIZQUIBEL. Montagne. Forêt. Océan. 10 octobre 2016.

Descente en direction de Pasajes et demi-tour sur un sentier arboré puis chemin plus large ...

JAIZQUIBEL. Montagne. Forêt. Océan. 10 octobre 2016.
JAIZQUIBEL. Montagne. Forêt. Océan. 10 octobre 2016.

Jacques avait réservé un gros rocher pour le picnic.

Nous nous y installons. Papotages, rires, vins, biscuits, chocolats …. comme d'hab … sieste pour certains ...

JAIZQUIBEL. Montagne. Forêt. Océan. 10 octobre 2016.
JAIZQUIBEL. Montagne. Forêt. Océan. 10 octobre 2016.

Magnifique paysage.

JAIZQUIBEL. Montagne. Forêt. Océan. 10 octobre 2016.
JAIZQUIBEL. Montagne. Forêt. Océan. 10 octobre 2016.
JAIZQUIBEL. Montagne. Forêt. Océan. 10 octobre 2016.

Il faut repartir.

Sentiers, chemins larges, montées, descentes … et, en face de nous, la pointe Biosnar.

Nous prenons le sentier côtier parfumé par la salsepareille, rejoignons la route des Paramoudras et remontons vers les voitures après 17 km, 640 m de dénivelé en 5 h 45 de marche …..

Madosita.

 

Plus de photos :

Mado.

JAIZQUIBEL. Montagne. Forêt. Océan. 10 octobre 2016.

Cohabitation de fougères dont l'osmonde royale.

Repost 0
7 octobre 2016 5 07 /10 /octobre /2016 10:43
 Hors des sentiers battus vers Harpea. . 06 octobre 2016.

Quatorze personnes sous la conduite d'Anita et de son lieutenant, en forme.

 Hors des sentiers battus vers Harpea. . 06 octobre 2016.

Les conditions ne sont pas engageantes lorsqu’on débarque à Beherobie (327 m). Les nuages nous ont accompagnés depuis Esterançuby et les hauteurs sont voilées. Il a plu dans la nuit. Le poète a dit : « La pluie fine a mouillé toutes choses, très doucement et en silence. Il pleut encore un peu. Je vais sortir sous les arbres. Pieds nus, pour ne pas tacher mes chaussures ». Une jeune dame a préparé un cake, fort bon. Se souvient-elle de cette poésie ? Au bord du renoncement, elle a besoin d'encouragements...

Le beau temps est annoncé pour l'après midi. On y va.

Pont, goudron, piste, petit parking herbeux à gauche, Ahadoko borda (352 m) dans son trou ombragé. Cairn au moment où tournant brusquement à gauche, nous évitons de rendre visite aux sources officielles de la Nive. Montée raide et glissante dans la forêt.

 Hors des sentiers battus vers Harpea. . 06 octobre 2016.
 Hors des sentiers battus vers Harpea. . 06 octobre 2016.
 Hors des sentiers battus vers Harpea. . 06 octobre 2016.
 Hors des sentiers battus vers Harpea. . 06 octobre 2016.
 Hors des sentiers battus vers Harpea. . 06 octobre 2016.

Ensuite, cheminement boueux, à flanc, dans l'herbe haute, maquilleuse de pantalons et les ajoncs masseurs. La trace est ponctuée de pierres sournoises, mais décorée de gentianes. Des tours et détours au gré de la montagne et des ruisseaux.

 Hors des sentiers battus vers Harpea. . 06 octobre 2016.
 Hors des sentiers battus vers Harpea. . 06 octobre 2016.
 Hors des sentiers battus vers Harpea. . 06 octobre 2016.
 Hors des sentiers battus vers Harpea. . 06 octobre 2016.

Nous laissons à gauche un sentier qui se dirige en hauteur vers les cabanes d'Agerrea et poursuivons au chaud ou dans un vent soudain froid qui disperse de temps à autre les nuages où nous flottons au-dessus de la vallée d'Harpeko erreka. Jusqu'au ruisseau de la source de Gohasaro qui est franchi à gué. Plus loin, c'est le pont de Chubigna (750 m) lancé sur des baignoires naturelles et qu'il faut passer avec audace. Deux jeunes gens, chargés à l'extrême nous croisent. Mireille, bonne âme qui connaît bien le monde de la randonnée, leur fait don d'une carte de la région. Une grande partie de la journée, nous suivrons leur progression vers le col d'Errozate, au gré des brumes.

 Hors des sentiers battus vers Harpea. . 06 octobre 2016.

Au cayolar d'Elhursaro, un chien de berger, censé protéger un troupeau de brebis paissant calmement ce qui peut l'être de cette herbe rêche, vérifie l'état de ses cordes vocales en remuant la queue de contentement, vite remis à sa place par notre dompteuse d'animaux.

 Hors des sentiers battus vers Harpea. . 06 octobre 2016.

Nous voilà sur la route, surveillés par trois petits cochons qui n'ont pas peur du loup, marchant jusqu'à une autre borde dont le potager est ravissant et bien pourvu, au pied du pic d'Arlepoa finement ourlé de barbelés, comme il se doit.

 Hors des sentiers battus vers Harpea. . 06 octobre 2016.
 Hors des sentiers battus vers Harpea. . 06 octobre 2016.
 Hors des sentiers battus vers Harpea. . 06 octobre 2016.

Le chemin vers Harpea est très praticable. Des gens ont même improvisé quelques marches d'escalier. Trois ânes (deux filles et leur mère) entreprennent de nous taxer, sans succès. N'est pas Vinci qui veut !

 

 Hors des sentiers battus vers Harpea. . 06 octobre 2016.
 Hors des sentiers battus vers Harpea. . 06 octobre 2016.
 Hors des sentiers battus vers Harpea. . 06 octobre 2016.

Très vite, la grotte s'ouvre devant nos yeux incrédules. L'architecture, grandiose, était d'avant-garde à l'époque où elle fut bâtie. Elle ne s'est pas démodée, et si aucun saint n'y sue, l'ensemble, bien conservé, reste un bel exemple de voûte d'un seul jet.

 

 Hors des sentiers battus vers Harpea. . 06 octobre 2016.
 Hors des sentiers battus vers Harpea. . 06 octobre 2016.
 Hors des sentiers battus vers Harpea. . 06 octobre 2016.

Les alentours sont superbes. Le vallon, la cabane de berger et son liquide vaisselle que l'on devine à travers la fenêtre, la clôture, l'annexe réserve de bois, le pont, les murs de pierres en forme de couloir d'avalanches, les ruisseaux clairs et la borne 218 (850 m). Tout respire le calme.

 Hors des sentiers battus vers Harpea. . 06 octobre 2016.
 Hors des sentiers battus vers Harpea. . 06 octobre 2016.

Il est décidé de prendre le repas dans la grotte même, bien qu'il ne pleuve pas. Difficile de trouver un coin où se poser car c'est un temple où beaucoup d'espèces viennent prier les dieux de leur éviter l'abattoir et en profitent pour faire leurs besoins sur place.

 

 Hors des sentiers battus vers Harpea. . 06 octobre 2016.

Comme nous avalons nouveaux cakes savoureux, chocolat et vin fameux, les ânes, têtus comme des bourriques, sont de retour pour une amination façon troubadour.

Les trois cochons sont venus à proximité car l'herbe y bien tendre et luisante. Le soleil est là aussi, en complément.

 Hors des sentiers battus vers Harpea. . 06 octobre 2016.
 Hors des sentiers battus vers Harpea. . 06 octobre 2016.
 Hors des sentiers battus vers Harpea. . 06 octobre 2016.
 Hors des sentiers battus vers Harpea. . 06 octobre 2016.

Il est temps de repartir ; sur le long ruban de route qui suit la frontière, comme en témoignent les bornes aperçues ici et là. C'est montant, mais tranquillement.

 Hors des sentiers battus vers Harpea. . 06 octobre 2016.
 Hors des sentiers battus vers Harpea. . 06 octobre 2016.
 Hors des sentiers battus vers Harpea. . 06 octobre 2016.

Il est de notre devoir de visiter la stèle élevée après la mort de nos amis randonneurs en février 2000. Superbe vue sur toute la vallée. Le pic d'Irau et ses crêtes parcourues naguère. Le Behorlegui, massif, récent terrain de jeu. Le sommet de l'Errozate reste chapeauté de gris, cependant que les deux cosmonautes de ce matin paraissent perdus dans l'immensité déserte du drapé de sa longue traîne aux mille nuances de vert. Velours, satin ? Ce pan de montagne si harmonieux garde à jamais un bâton perdu.

 Hors des sentiers battus vers Harpea. . 06 octobre 2016.
 Hors des sentiers battus vers Harpea. . 06 octobre 2016.

Toujours en montant, nous passons à proximité du col d'Organbide (988m), apercevons les cromlechs, coupons un lacet, marchons un long moment sur la route qui descend maintenant, évitons nombre de voitures de touristes ou d’autochtones, et, dans un virage (579 m), finissons sur un sentier où nous prenons la précaution de ne pas abîmer le réseau de fibres optiques semi-enterré qui dessert probablement les cayolars, Enfin, à l'ombre d'un bois touffu, nous regagnons Beherobie par le vallon du ruisseau d'Orion.

 Hors des sentiers battus vers Harpea. . 06 octobre 2016.

Sur le parking, de nouveaux porcs, épiques, ont entrepris une partie de catch dans la boue et la poussière, à côté des voitures.

Nous rentrons gaiement, toujours sous le soleil.

Merci aux pâtissières, toutes plus douées les unes que les autres ; mais aussi à la vache, à la poule, au blé, à la betterave, sans oublier la canne à sucre de Antilles.

Merci tout particulier à Anita pour le choix et l'organisation de ce parcours atypique et envoûtant.

Distance : 17 km. Dénivelé : 860 m.

Jean-Louis.

 Hors des sentiers battus vers Harpea. . 06 octobre 2016.

Plus de photos :

Claudine B.

Jean-Michel.

Mado.

Et, pour finir en beauté, je vous offre des fleurs !!!

Cliquez sur le nom pour en savoir plus .... et  voir de superbes photos ...

Madosita.

Repost 0
5 octobre 2016 3 05 /10 /octobre /2016 17:03
URRIZPILOTA. Randonnée héroïque. Lundi 3 octobre 2016.

Une petite chambrée. Quand même ! Dix promeneurs de grande valeur se retrouvent derrière l'église de Saint-Etienne-de-Baigorry, près d'un repère NGF qui indique 160 m. Les dix soigneusement équipés pour en découdre enfin avec la légendaire arête nord-ouest du Tranpeta, sous la conduite de notre guide Jacques, tout sourire.

Des camions espagnols, chargés de gros tuyaux, descendant du col d'Izpegi, défilent comme dans un corso, spectacle incongru sur le fragile pont de pierre qui enjambe ici la Nive poissonneuse des Aldudes.

Il fait très beau. Léger vent du sud. Cliquetis des bâtons sur le ruban de goudron qui remonte la rive gauche de la Nive puis prend doucement de l'altitude.

 

URRIZPILOTA. Randonnée héroïque. Lundi 3 octobre 2016.

Dans un virage, un cairn (250 m) indique mollement le départ du sentier, simple trace dans les fougères. Les arbres disparaissent. Nous sommes maintenant sur le dos de la bête. Le soleil s'élève en même temps que nous. Un océan de fougères duquel émergent, semés à la volée, des rochers clairs. Des crocus poussent où ils peuvent.

URRIZPILOTA. Randonnée héroïque. Lundi 3 octobre 2016.

De temps en temps une fleur apparue à nos pieds vient nous distraire du paysage flamboyant.

URRIZPILOTA. Randonnée héroïque. Lundi 3 octobre 2016.
URRIZPILOTA. Randonnée héroïque. Lundi 3 octobre 2016.

Si le regard plonge à gauche, plus loin que Xanboroi, il rencontre les fermes blanches de la vallée des Aldudes. S'il se porte à droite, Marmaro en bas, puis la route du col d'Izpegi qui balafre la montagne d'automne. Au-dessus de nos têtes, les effrayantes barres rocheuses du Tranpeta nous menacent, nous aspirent. Tout le monde avance donc d'un bon pas, sinuant d'un bord à l'autre des étroites vertèbres de la monstrueuse créature assoupie.

 

URRIZPILOTA. Randonnée héroïque. Lundi 3 octobre 2016.
URRIZPILOTA. Randonnée héroïque. Lundi 3 octobre 2016.
URRIZPILOTA. Randonnée héroïque. Lundi 3 octobre 2016.

La banane avalée, au premier col remarquable, il est décidé de contourner la montagne par le nord. Ce versant n'est pas pastoral ; mais pas du tout. Dans les plantes qui passent souvent par dessus nos cornes, la trace se perd, apparaît telle un mirage, s’évanouit de nouveau. Il faut tracer son chemin de ressaut en ressaut. C'est l'aventure que tout le monde recherche dans le groupe. Dans ces conditions, autant dire que les petites erreurs d'aiguillage sont vécues avec le plus grand amusement ou selon le cas avec détachement...

URRIZPILOTA. Randonnée héroïque. Lundi 3 octobre 2016.

Une large saignée montante, tracée pas les bergers pour permettre au bétail de boire à la santé du Tranpeta permet de rejoindre la civilisation du barbelé et de la pelouse au col (780 m) sis au sud-est du doux dôme herbeux de la montagne de 809 m qui nous avait tant impressionnés quelques minutes auparavant.

URRIZPILOTA. Randonnée héroïque. Lundi 3 octobre 2016.

ILS SONT TOUS LA !!!

QUI EST LE PHOTOGRAPHE ?

 

La route du versant sud est négligée. Nous fonçons comme l'éclair, toujours sur l'arête, vers le but de notre course, le fameux Urrizpilota (938 m) que nous atteignons, fringants, sur les coups de 13 heures et quelques.

Les dents, les glottes et les estomacs se chargent du ravitaillement des muscles près du repère géodésique. Chablis, gâteaux. Il est alors démontré que la somme de quatre nombres rationnels immangeables peut donner un entier goûteux, naturel, réel mais complexe, pour peu qu'on prenne soin d'ajouter un rasade de rhum. Soleil et bonne humeur. Le toit de la venta d'Izpegi est noyé au loin dans la verdure.

URRIZPILOTA. Randonnée héroïque. Lundi 3 octobre 2016.
URRIZPILOTA. Randonnée héroïque. Lundi 3 octobre 2016.

Le jour avance quand nos reprenons le chemin, passant par un col, à proximité de Domigeleneko etxola (875 m). Notre guide, dans sa grand sagesse décide de passer fort opportunément sur le flanc d'Elhorriko kaskoa. Bien sûr, ça remonte, mais qu'à cela ne tienne, le spectacle de troupeaux de moutons aux cornes travaillées, mites à fromage des montagnes, compense ces menus efforts. Nous voilà peu après dominant le bois, les monuments funéraires d'Elhorrieta lepoa aussi que les constructions modernes mais ruinées de Nekaitzeko lepoa. Descente jusqu'à tangenter la borne 99 (815 m). Puis le sentier de l'arbre mort.

URRIZPILOTA. Randonnée héroïque. Lundi 3 octobre 2016.
URRIZPILOTA. Randonnée héroïque. Lundi 3 octobre 2016.

Drôle de champignon sur un tronc, arbres magnifiques. C'est le pays des coupeurs de tête d'oiseau. Ça fait froid dans le dos !

( Nous avons trouvé - outre deux magnifiques cèpes ! - la tête d'un petit oiseau dans la forêt de hêtres entre Nekaitzeko Lepoa et le col d'Ispéguy : après recherche, je pense qu'il s'agit d'un roitelet triple-bandeau (famille des fauvettes), hôte des forêts de feuillus ou de conifères. Jacques R.)

 

URRIZPILOTA. Randonnée héroïque. Lundi 3 octobre 2016.
URRIZPILOTA. Randonnée héroïque. Lundi 3 octobre 2016.

Un peu dégradé par des coulées de terre, ce sentier ombragé nous amène tranquillement à Izpegi (672 m) où nous usons de la venta du même nom. Traction olé-olé d'un camping-car, bus de touristes qu'on amuse avec le postérieur fendu façon binationale de la guide de Saint-Pé. Détente. Vent frisquet.

 

Bientôt le soir. On s'engouffre dans la vallée du Nekaitzoko erreka dont on entendra les premiers murmures après bien des lacets et bien des glissades. Enfin le goudron à Bidegainea (283 m). Il ne reste plus qu'à regagner notre parking, sur un terrain vallonné, rencontrant en chemin cèpes et châtaignes.

Une fameuse promenade dont tout le monde remercie vivement Jacques, qui cette fois, a tapé dans le mille. Même lui s'en félicite ! Merci aussi à la sommelière et aux pâtissières.

Distance : 16 km. Dénivelé : plus de 1000 m.

Jean-Louis.

 

Photos :

Jean-Louis.

Michel C.

 

Repost 0
2 octobre 2016 7 02 /10 /octobre /2016 12:50
PIC DE BEHORLEGUY . Journée estivale. 29 septembre 2016.

BEHORLEGUY après St Jean Le Vieux.

PIC DE BEHORLEGUY . Journée estivale. 29 septembre 2016.

BEHORLEGUY photographié par Claudine B. ce jour.

 

Beau le ciel bleu !

Beau le massif !

Beaux décors !

Beaux les randonneurs rieurs savourant leur bonheur !

PIC DE BEHORLEGUY . Journée estivale. 29 septembre 2016.

Grimpette vers les crêtes dès le départ …L'une d'entre nous, trop émue par ce si beau spectacle a dû s'asseoir et redescendre ….

PIC DE BEHORLEGUY . Journée estivale. 29 septembre 2016.
PIC DE BEHORLEGUY . Journée estivale. 29 septembre 2016.
PIC DE BEHORLEGUY . Journée estivale. 29 septembre 2016.
PIC DE BEHORLEGUY . Journée estivale. 29 septembre 2016.

Herbe, fougères, lichens …

Et, bientôt, le Béhorleguy s'étale devant nous …

 

Un petit vent frais nous encourage ...

PIC DE BEHORLEGUY . Journée estivale. 29 septembre 2016.
PIC DE BEHORLEGUY . Journée estivale. 29 septembre 2016.

La pause banane se fait à l'endroit habituel près d'une borde.

PIC DE BEHORLEGUY . Journée estivale. 29 septembre 2016.

Montée dans les rochers.

PIC DE BEHORLEGUY . Journée estivale. 29 septembre 2016.

Col d'Haritxarté à 1056 m.

PIC DE BEHORLEGUY . Journée estivale. 29 septembre 2016.
PIC DE BEHORLEGUY . Journée estivale. 29 septembre 2016.

TRES raide grimpette après le col.

PIC DE BEHORLEGUY . Journée estivale. 29 septembre 2016.

Ici, séparation. Une partie du groupe monte tout là-haut vers la crête et l'autre contourne le massif.

PIC DE BEHORLEGUY . Journée estivale. 29 septembre 2016.
PIC DE BEHORLEGUY . Journée estivale. 29 septembre 2016.
PIC DE BEHORLEGUY . Journée estivale. 29 septembre 2016.
PIC DE BEHORLEGUY . Journée estivale. 29 septembre 2016.

Marche dans les rochers jusqu'à la croix.

 

PIC DE BEHORLEGUY . Journée estivale. 29 septembre 2016.

Un hêtre-bonzaï s'y est installé.

Il faudra regarder la prochaine fois s'il y est toujours …

PIC DE BEHORLEGUY . Journée estivale. 29 septembre 2016.
PIC DE BEHORLEGUY . Journée estivale. 29 septembre 2016.

L'Orhy au loin ... Montagne bleutée … rosée …

PIC DE BEHORLEGUY . Journée estivale. 29 septembre 2016.

Vers le col d'Apanice.

PIC DE BEHORLEGUY . Journée estivale. 29 septembre 2016.
PIC DE BEHORLEGUY . Journée estivale. 29 septembre 2016.
PIC DE BEHORLEGUY . Journée estivale. 29 septembre 2016.
PIC DE BEHORLEGUY . Journée estivale. 29 septembre 2016.
PIC DE BEHORLEGUY . Journée estivale. 29 septembre 2016.

Quelques euphraises et carlines égaient les chemins.

 

 

« Les euphraises (genre Euphrasia) sont des plantes souvent montagnardes nommées aussi casse-lunettes. Cette appellation étrange est liée au fait qu'autrefois ces plantes, en particulier Euphrasia officinalis, étaient utilisées pour traiter les maladies des yeux. La guérison étant source de joie, la même propriété est à l'origine du nom scientifique (grec euphrasia = joie). «

PIC DE BEHORLEGUY . Journée estivale. 29 septembre 2016.
PIC DE BEHORLEGUY . Journée estivale. 29 septembre 2016.
PIC DE BEHORLEGUY . Journée estivale. 29 septembre 2016.

Et, c'est le retour. Vue sur verte montagne côté Iraty.

PIC DE BEHORLEGUY . Journée estivale. 29 septembre 2016.
PIC DE BEHORLEGUY . Journée estivale. 29 septembre 2016.

Courte pause près d'un beau rocher. Les voitures ne sont plus très loin …

Un «  Ephippigère « ( sauterelle) se promène dans la fougère encore verte.

 

Grand MERCI à Mireille pour ce choix de randonnée et …. sa gentillesse malgré quelques indisciplinées ….

Madosita.

- Quelques mots ont un lien. N'hésitez pas à cliquer dessus pour en savoir plus !

 

Plus de photos :

Claudine B.
Mado.

Repost 0