Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 juillet 2019 3 03 /07 /juillet /2019 18:05

Il fallait se lever tôt ce matin pour fuir la canicule annoncée et rêver du Pic d'Orhy !

Dix courageux ont relevé ce défi dès 7 heures pour atteindre notre point de départ aux confins de la Soule.
Bidache, Saint-Palais, Mauléon, Tardets puis enfin le Port de Larrau ( 2h30 de patience, pause - café comprise ) et nous voilà dans un décor somptueux, au pied de la conquête du jour, le plus haut sommet du Pays Basque ( 2017 m ).

ORHY ( 2017 ou 2019 m ) depuis Port Larrau ( Ochagavia ). Jeudi 27 juin 2019.
ORHY ( 2017 ou 2019 m ) depuis Port Larrau ( Ochagavia ). Jeudi 27 juin 2019.
ORHY ( 2017 ou 2019 m ) depuis Port Larrau ( Ochagavia ). Jeudi 27 juin 2019.
ORHY ( 2017 ou 2019 m ) depuis Port Larrau ( Ochagavia ). Jeudi 27 juin 2019.
ORHY ( 2017 ou 2019 m ) depuis Port Larrau ( Ochagavia ). Jeudi 27 juin 2019.

Quel spectacle ! L ' escalade se fera par un sentier patiemment creusé par les nombreux troupeaux de brebis en estive dans le secteur, sous le regard intéressé des vautours et un vol bruyant de choucas " contestataires" …

Cet itinéraire parfois accidenté serpente au milieu de parterres fleuris magnifiques où la gentiane s'impose. Certains passages plus difficiles nécessiteront un effort collectif créant une saine ambiance, notamment lors de l'utilisation d'un câble d'acier judicieusement placé destiné aux randonneurs qui oseraient s'aventurer dans le secteur !

ORHY ( 2017 ou 2019 m ) depuis Port Larrau ( Ochagavia ). Jeudi 27 juin 2019.

En moins de deux heures le Pic d'Orhy est atteint... Douce température et petite pensée pour ceux qui n'ont pu se joindre à nous !
Nos montagnes sont toujours aussi belles ! Occabe, le Pic des Escaliers, les Gorges d'Holzarte et de Kakoueta que l'on devine, et au loin le Pic d'Anie et ses dernières plaques de neige…

ORHY ( 2017 ou 2019 m ) depuis Port Larrau ( Ochagavia ). Jeudi 27 juin 2019.
ORHY ( 2017 ou 2019 m ) depuis Port Larrau ( Ochagavia ). Jeudi 27 juin 2019.
ORHY ( 2017 ou 2019 m ) depuis Port Larrau ( Ochagavia ). Jeudi 27 juin 2019.
ORHY ( 2017 ou 2019 m ) depuis Port Larrau ( Ochagavia ). Jeudi 27 juin 2019.

Après une pause casse-croûte bien méritée, une petite sieste de rêve dans un tel décor et l'inévitable séance de photos nous entamons la descente par le même sentier encore plus acrobatique dans ce sens et déclenchant de franches parties de rigolade !
Le temps de récupérer et c'est le retour vers Bayonne. Une petite halte digestive à Iraty nous permettra de nous remettre de nos émotions. Saint-Jean le Vieux, Irissary, Helette, Itxassou... Marouette où nous retrouvons nos voitures "calcinées" par la canicule...
Quelle belle idée de terminer la saison 2018-2019 par ce superbe Pic d'Orhy, cerise sur le " gâteau breton " encore dans toutes les mémoires !
Merci Anita pour l'ensemble de ces journées délicieuses.
Dénivelée : 490 m.
Km : 6 km.
Gilbert.


Les photos :
Mado.

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2019 3 03 /07 /juillet /2019 17:38

                                    

 

Ingrédients.

 -  250 g de spéculoos (1 paquet)
 - 125 g de beurre
 - 1 boîte de lait concentré sucré (397g)
 - 2 oeufs
 - 3 citrons jaunes (125ml de jus)

Préparation.

- Mettez les spéculoos dans le robot et réduisez-les en poudre.

- Prenez un moule à tarte et répartissez cette préparation à l’intérieur. Appuyez bien avec votre main, tassez bien pour former le fond de tarte.
- Versez le lait concentré dans un saladier, ajoutez les œufs et mélangez à la fourchette.

- Préchauffez le four à 180°C.

- Zestez un citron et réservez-le.

- Pressez les jus des 3 citrons. Vous devez obtenir 125 ml de jus. Versez ce jus petit à petit dans le mélange oeufs/lait concentré. Vous verrez au fur et à mesure la préparation épaissir.  Il faut bien verser le jus petit à petit. Terminez en ajoutant le zeste réservé.

- Versez cette préparation sur le fond de tarte.
- Enfournez dans le four préchauffé. 20 minutes.
- Laissez refroidir puis mettez au réfrigérateur avant de servir.

Partager cet article
Repost0
19 juin 2019 3 19 /06 /juin /2019 17:35

 

Nous partîmes à trois, et par un prompt renfort, euh … non, nous arrivâmes à trois, à la Rhune, à bon port.

LA RHUNE ( 905 m ° DEPUIS LES CARRIERES D' ASCAIN ( 207 m ). Lundi 17 juin 2019.
LA RHUNE ( 905 m ° DEPUIS LES CARRIERES D' ASCAIN ( 207 m ). Lundi 17 juin 2019.

Un départ dans la brume, bienfaisante, ma foi, pour entamer l’ascension.
Nous nous sommes retrouvées au-dessus des nuages. De ci de là, émergeaient les sommets ; impression d’un ailleurs…

LA RHUNE ( 905 m ° DEPUIS LES CARRIERES D' ASCAIN ( 207 m ). Lundi 17 juin 2019.

Puis, le bleu du ciel a envahi tout l’espace ; la vue était splendide, et ce, tout au long de notre progression vers La Rhune. De plus, une brise bienfaisante nous accompagnait.

 

En haut, de nombreux touristes dont nous avons pu nous tenir éloignées pendant notre pique-nique.
Puis départ vers l’Altzanga pour lequel Mado nous a proposé plusieurs options ; nous choisîmes le contournement, considérant que nous avions d’une part, bien grimpé le matin, et, d’autre part, la chaleur se faisait plus présente.
Bon choix, nous avons été gratifiées d’une vue splendide, océan et montagnes nous offraient une débauche de couleurs, et d’un léger vent rafraîchissant.

LA RHUNE ( 905 m ° DEPUIS LES CARRIERES D' ASCAIN ( 207 m ). Lundi 17 juin 2019.
LA RHUNE ( 905 m ° DEPUIS LES CARRIERES D' ASCAIN ( 207 m ). Lundi 17 juin 2019.
LA RHUNE ( 905 m ° DEPUIS LES CARRIERES D' ASCAIN ( 207 m ). Lundi 17 juin 2019.
LA RHUNE ( 905 m ° DEPUIS LES CARRIERES D' ASCAIN ( 207 m ). Lundi 17 juin 2019.

Au cours de notre descente, sur la proposition de Mado et d’un commun accord, nous avons effectué  un très court détour pour admirer une impressionnante redoute et des temples cambodgiens en miniature. (Voir la photo des cairns.)
Nous avons toutes trois déposé des pierres pour nos guides ainsi que pour nos compagnes et compagnons de route ; c’était une façon bien symbolique de les associer à notre périple car nous regrettions qu’ils ne soient pas là pour s’émerveiller d’un tel parcours.
Grand merci à Mado !
Pierrette S.

Environ 750 m et 14 km.

Les photos :
Mado.

 

Partager cet article
Repost0
15 juin 2019 6 15 /06 /juin /2019 17:52
MENDIEDER ( 1073 m ) depuis Arantza. Jeudi 13 juin 2019.

Après un parcours d'une cinquantaine de kilomètres dont une bonne partie en Espagne, nous voilà dans la vallée de la Bidassoa, où se situe le magnifique village de ARANTZA (280 m), point de départ de l 'escapade des 17 aventuriers du jour...
Ce village à lui seul mérite déjà le déplacement. Ses maisons traditionnelles parfaitement entretenues, ses ruelles étroites et sa situation géographique au fond de la vallée en font un site exceptionnel. Nous pourrons l'admirer tout au long de la journée depuis les crêtes formant un écrin naturel majestueux : Artxamana (725m), Mendiebeŕ (1073 m), Ekaitza (1047 m), Mendaur (1131 m) et Izu (829m)

MENDIEDER ( 1073 m ) depuis Arantza. Jeudi 13 juin 2019.
MENDIEDER ( 1073 m ) depuis Arantza. Jeudi 13 juin 2019.

Nous quittons Arantza en passant près d'un étonnant cimetière où sont alignées des séries de pierres tombales parfaitement identiques dominées par une élégante chapelle laissant perplexes certain d'entre-nous.

MENDIEDER ( 1073 m ) depuis Arantza. Jeudi 13 juin 2019.
MENDIEDER ( 1073 m ) depuis Arantza. Jeudi 13 juin 2019.

La traversée d'un bois dominant le village et la montée vers une première crête (Azkiko Lepoa) nous fait découvrir la "conquête" du jour : le MENDIEDER qui porte si bien son nom (Belle montagne).

MENDIEDER ( 1073 m ) depuis Arantza. Jeudi 13 juin 2019.
MENDIEDER ( 1073 m ) depuis Arantza. Jeudi 13 juin 2019.
MENDIEDER ( 1073 m ) depuis Arantza. Jeudi 13 juin 2019.
MENDIEDER ( 1073 m ) depuis Arantza. Jeudi 13 juin 2019.
MENDIEDER ( 1073 m ) depuis Arantza. Jeudi 13 juin 2019.

Les choses sérieuses commencent ! Par étapes successives, le défi est relevé par la plupart d'entre-nous... Nous escaladons ce piton (1073 m) en le contournant pour mieux le surprendre.

MENDIEDER ( 1073 m ) depuis Arantza. Jeudi 13 juin 2019.
MENDIEDER ( 1073 m ) depuis Arantza. Jeudi 13 juin 2019.
MENDIEDER ( 1073 m ) depuis Arantza. Jeudi 13 juin 2019.
MENDIEDER ( 1073 m ) depuis Arantza. Jeudi 13 juin 2019.

Quel spectacle depuis le sommet ! Nous dominons l'ensemble de cette chaîne qui tient ARANTZA dans la paume de sa main ..…

MENDIEDER ( 1073 m ) depuis Arantza. Jeudi 13 juin 2019.
MENDIEDER ( 1073 m ) depuis Arantza. Jeudi 13 juin 2019.

Quel bonheur de partager un casse-croûte dans de telles conditions !

MENDIEDER ( 1073 m ) depuis Arantza. Jeudi 13 juin 2019.
MENDIEDER ( 1073 m ) depuis Arantza. Jeudi 13 juin 2019.
MENDIEDER ( 1073 m ) depuis Arantza. Jeudi 13 juin 2019.

Le retour se fera par le col Buztitz Lepoa (935 m), au pied de ce fier MENDAUR visiblement très fréquenté aujourd'hui, avant de retrouver notre itinéraire initial nous reconduisant au village.

MENDIEDER ( 1073 m ) depuis Arantza. Jeudi 13 juin 2019.
MENDIEDER ( 1073 m ) depuis Arantza. Jeudi 13 juin 2019.

Une petite collation dans un des deux bars du village précèdera la retour vers Marouette. Le plaisir partagé de cette superbe journée offerte par Anita se lisait dans les yeux des vainqueurs du MENDIEBER !

Distance : 14 km - Dénivelée : 880 m

Gilbert C.

Les photos :
Mado.

 

Supplément : Le Mendaur 2015.

Partager cet article
Repost0
15 juin 2019 6 15 /06 /juin /2019 09:18

Ce lundi est un jour spécial, car c'est notre dernier jour de randonnée avec Jacques, avant de le retrouver en septembre.

 

À  cette occasion, nous allons déjeuner à l'auberge Hordado Ostatua au col de Lizarieta, qui nous avait si gentiment accueillis lors d'une randonnée par le chemin des palombières particulièrement humide.

Le temps est incertain et une forte ondée sur le trajet nous inquiète un peu.
Arrivés à Vera le temps se lève et le moral aussi.
Nous commençons par la traversée du Bourg, nous admirons au passage les magnifiques maisons fleuries  qui nous impressionnent toujours.

LIZARIETTA  depuis Vera. Lundi 10 juin 2019.

 

 

LIZARIETTA  depuis Vera. Lundi 10 juin 2019.
LIZARIETTA  depuis Vera. Lundi 10 juin 2019.
LIZARIETTA  depuis Vera. Lundi 10 juin 2019.

À la sortie, la pente commence à se faire sentir, nous grimpons à travers les bois puis nous longeons la montagne sur son flanc, nous pouvons dominer Vera et deviner la Rhune couronnée de nuages.
Nous alternons sentiers et revêtements en dur, sous bois et pâturages.
Nous rencontrons, comme souvent, des chèvres,  des brebis tondues en cette saison, des chevaux et des chiens amicaux.

LIZARIETTA  depuis Vera. Lundi 10 juin 2019.
LIZARIETTA  depuis Vera. Lundi 10 juin 2019.

Les digitales font des tâches de couleur et nous goûtons quelques "fraises des bois", sans goût, ainsi que des petites cerises bien meilleures.

LIZARIETTA  depuis Vera. Lundi 10 juin 2019.
LIZARIETTA  depuis Vera. Lundi 10 juin 2019.
LIZARIETTA  depuis Vera. Lundi 10 juin 2019.
LIZARIETTA  depuis Vera. Lundi 10 juin 2019.

Au col notre groupe de 11 marcheurs retrouve le reste de l'équipe au nombre  de 9, arrivés avant nous en voiture.
Malheureusement la fraîcheur ne nous permet pas de déjeuner dehors, nous sommes donc accueillis dans "la grande salle" qui nous est réservée.
Le repas se passe bien entendu dans la gaîté et la bonne humeur, certains émettent malgré tout quelques réserves sur le repas, mais cela n'entame pas notre plaisir d'être ensemble.

LIZARIETTA  depuis Vera. Lundi 10 juin 2019.

Nous commençons  le retour par le même sentier, que nous quittons pour continuer en sous bois et rentrer un peu plus rapidement.
Heureux de cette journée et de cette année écoulée, nous nous quittons après 15km et 500m de dénivelé.
Merci à Jacques pour cette année sportive et néanmoins sympathique et conviviale.
Mc

Les photos :
Jean Michel.
Mado.

Partager cet article
Repost0
9 juin 2019 7 09 /06 /juin /2019 10:35

 

BUZTANCELHAY 1029 M - ASTATE 1022 M depuis Aïtzpitza 900 M. Jeudi 06 juin 2019.
BUZTANCELHAY 1029 M - ASTATE 1022 M depuis Aïtzpitza 900 M. Jeudi 06 juin 2019.

En ce jour anniversaire ( 6 juin), nous étions 15 à " débarquer " près du sommet Gorramendi, après une petite heure de route traversant Souraide, Ainhoa, Dantxarinea jusqu'au col de Otsondo, puis une petite route plus " accrobatique " nous amenant au point de départ Aizpitza ( 900 m ). le décor est majestueux : la chaîne de l'Iparla nous tend les bras ! Celle du Gorramendi aussi... C'est la première qui nous intéresse…

BUZTANCELHAY 1029 M - ASTATE 1022 M depuis Aïtzpitza 900 M. Jeudi 06 juin 2019.
BUZTANCELHAY 1029 M - ASTATE 1022 M depuis Aïtzpitza 900 M. Jeudi 06 juin 2019.

L ' itinéraire proposé à travers bois commence, une fois n'est pas coutume, par une longue descente, excellent pour un échauffement progressif avant d'attaquer les choses sérieuses.

BUZTANCELHAY 1029 M - ASTATE 1022 M depuis Aïtzpitza 900 M. Jeudi 06 juin 2019.
BUZTANCELHAY 1029 M - ASTATE 1022 M depuis Aïtzpitza 900 M. Jeudi 06 juin 2019.
BUZTANCELHAY 1029 M - ASTATE 1022 M depuis Aïtzpitza 900 M. Jeudi 06 juin 2019.

Au col Otxo Mehaka_(700 m) nous découvrons une magnifique cabane de chasseurs puis une source aménagée au milieu du bois sans doute autrefois exploité ... une petite pause nous permet de profiter de ce lieu magique sous un soleil naissant qui réchauffe les coeurs ...
Je ne résiste pas à l'envie de citer Rimbaud( Le dormeur du val) :
"C'est un trou de verdure où chante une rivière
accrochant follement aux herbes des haillons d'argent
Où le soleil de la montagne fière luit .
C'est un petit val qui mousse de rayons . »

BUZTANCELHAY 1029 M - ASTATE 1022 M depuis Aïtzpitza 900 M. Jeudi 06 juin 2019.
BUZTANCELHAY 1029 M - ASTATE 1022 M depuis Aïtzpitza 900 M. Jeudi 06 juin 2019.

Une première escalade nous ramène très vite les pieds sur terre ! En sortant de la forêt nous abordons Gartzabal (840m) puis Ubedo où dolmens er redoutes témoignent encore d'une histoire agitée.

BUZTANCELHAY 1029 M - ASTATE 1022 M depuis Aïtzpitza 900 M. Jeudi 06 juin 2019.

La montée vers Astate permet à chacun de se concentrer ! Au sommet, une petite plaque métallique vissée dans la pierre indique l'altitude : 1022 m.

BUZTANCELHAY 1029 M - ASTATE 1022 M depuis Aïtzpitza 900 M. Jeudi 06 juin 2019.
BUZTANCELHAY 1029 M - ASTATE 1022 M depuis Aïtzpitza 900 M. Jeudi 06 juin 2019.
BUZTANCELHAY 1029 M - ASTATE 1022 M depuis Aïtzpitza 900 M. Jeudi 06 juin 2019.

Mais le meilleur nous attend : Buztanzelai ( 1029 m) . Pour l'atteindre nous devons d'abord "' plonger "" vers le col Astate par le GR 10

BUZTANCELHAY 1029 M - ASTATE 1022 M depuis Aïtzpitza 900 M. Jeudi 06 juin 2019.
BUZTANCELHAY 1029 M - ASTATE 1022 M depuis Aïtzpitza 900 M. Jeudi 06 juin 2019.
BUZTANCELHAY 1029 M - ASTATE 1022 M depuis Aïtzpitza 900 M. Jeudi 06 juin 2019.
BUZTANCELHAY 1029 M - ASTATE 1022 M depuis Aïtzpitza 900 M. Jeudi 06 juin 2019.
BUZTANCELHAY 1029 M - ASTATE 1022 M depuis Aïtzpitza 900 M. Jeudi 06 juin 2019.

avant de conquérir le plus haut sommet de la journée où nous ferons une pose casse-croûte largement méritée par la totalité des "athlètes " du jour ...
Entre les deux pitons, nous avons eu la surprise de rencontrer un homme très sympathique armé de pinceaux et de peinture rouge et blanche rafraîchissant le balisage du GR_10.
Ses explications sur la méthode et ses commanditaires étaient intéressantes à entendre.

BUZTANCELHAY 1029 M - ASTATE 1022 M depuis Aïtzpitza 900 M. Jeudi 06 juin 2019.
BUZTANCELHAY 1029 M - ASTATE 1022 M depuis Aïtzpitza 900 M. Jeudi 06 juin 2019.
BUZTANCELHAY 1029 M - ASTATE 1022 M depuis Aïtzpitza 900 M. Jeudi 06 juin 2019.
BUZTANCELHAY 1029 M - ASTATE 1022 M depuis Aïtzpitza 900 M. Jeudi 06 juin 2019.

Après une petite sieste bien méritée sur ce site exceptionnel dominant Baigorry, la vallée du Bastan, l' Autza qui nous "appelle" et bien sûr toute la crête d'Iparla ( Tutulia, col d'Harrieta, Astate, Buztanzelai, aintziaga...) il est temps de redescendre.
Encore une très belle randonnée offerte par Anita, avec une météo idéale, surtout quand on pense à la pluie de la veille et au vent du lendemain.
La semaine bretonne se rapproche !
Distance parcourue : 14 km - Dénivelée 880 m.
Gilbert C.


Les photos :
Jean Yves.
Mado.

Partager cet article
Repost0
7 juin 2019 5 07 /06 /juin /2019 16:35
Un seul être vous manque...

D'Hendaye à Pasajes sur le camino del Norte. Lundi 3 juin.

 

« – Et Mado ? » « Mado n'est pas là ? » « Mado a prévenu qu'elle ne venait pas ? » En ce lundi matin, sur le parking de Marouette, les questions fusent. L'absence de l'auteure de ce blog interroge. A 8h26, Jacques va consulter son téléphone portable qu'il avait laissé dans sa voiture. Pas de message. Presque à regret, il donne le signal du départ et nous embarquons dans les voitures. Deux suffisent, nous sommes dix à randonner.

 

HENDAYE - PASAJES. Lundi 03 juin 2019.

En un rien de temps, les berlines puissantes de Jacques et de Jean-René nous déposent à Hendaye, le point de départ. Nous passons sur le pont Saint-Jacques et nous voilà partis pour une bonne demi-heure de marche à travers les rues d'Irun et de Fontarrabie (en espagnol, Hondarribia) déjà animées, cette petite incursion urbaine nous donnant l'occasion d'admirer un magnifique trompe-l'oeil.

HENDAYE - PASAJES. Lundi 03 juin 2019.
HENDAYE - PASAJES. Lundi 03 juin 2019.

Enfin, nous quittons la ville et le bruit pour nous engager sur une petite route bitumée qui ne tarde pas à se transformer en un chemin de terre qui s'élève vers l'élégant ermitage de la Vierge de Guadalupe. Situé sur le flanc du mont Jaizkibel, celui-ci a été construit au XVIe siècle. Détruit et reconstruit de nombreuses fois, ravagés par les sièges incessants, l'ermitage actuel date du XIXe siècle. Nous nous arrêtons dans le petit parc attenant pour une pause-banane bienvenue. Même si elle n'a pas duré très longtemps, la montée a été rude.

HENDAYE - PASAJES. Lundi 03 juin 2019.

Nous repartons alors sur un chemin plus large qu'empruntent les pèlerins qui vont à Saint-Jacques de Compostelle par la voie de la côte, le célèbre camino del Norte.

C'est à ce moment là que * qui ne se sent pas bien commence à nous donner du souci. Une violente douleur à l'épaule et dans le dos la contraint à marcher courbée sur le côté. Jacques et Marie prennent les choses en main et aident * à garder l'équilibre en la serrant comme les gardes du corps d'un président de la République.

HENDAYE - PASAJES. Lundi 03 juin 2019.

Le rythme de la randonnée baisse alors en intensité, plusieurs pauses, dont celle du déjeuner, interrompant notre marche vers Pasajes (Pasai Donibane en basque du Sud). Quatre kilomètres avant l'arrivée, notre itinéraire croise la route qui descend au port. Nous persuadons * de prendre un taxi qui la conduira, avec Monique, jusqu'à la station d'Errenteria où il était prévu de reprendre le topo pour regagner Hendaye.

Pendant que nous attendons le taxi, un pèlerin cycliste s'arrête pour demander sa route. Il ne repartira qu'un bon quart d'heure après, tant nous l'abreuvons de renseignements.

HENDAYE - PASAJES. Lundi 03 juin 2019.
HENDAYE - PASAJES. Lundi 03 juin 2019.

La descente vers Pasajes est magnifique avec sa vue sur le port et, plus loin, la mer Cantabrique.

HENDAYE - PASAJES. Lundi 03 juin 2019.

L'attente de la petite navette qui doit nous conduire de l'autre côté du bras de mer nous donne une nouvelle occasion de parler avec de jeunes pèlerins venus de Suisse et d'Allemagne.

Encore un kilomètre de marche dans la ville et nous retrouvons comme convenu * et Monique à la station d'Errenteria, fin de la randonnée pédestre.

17 km , 520 m de dénivelé.

Jean Philippe R.

 

Les photos :
Jean Philippe et Jean Yves.

 

Partager cet article
Repost0
26 mai 2019 7 26 /05 /mai /2019 17:15

 

« You'll never walk alone ». Tous les passionnés de football connaissent l'hymne des supporters de l'équipe de Liverpool. Il pourrait être celui des randonneurs et randonneuses de Bayonne Accueille. Ce jeudi 23 mai, au rendez-vous de Marouette, nous étions en effet 19, prêts à nous lancer à l'assaut du pic Iparla, sous la conduite d'Anita.

IPARLA ( 1044 m ) depuis Bassassagar. Jeudi 23 mai 2019.
IPARLA ( 1044 m ) depuis Bassassagar. Jeudi 23 mai 2019.
IPARLA ( 1044 m ) depuis Bassassagar. Jeudi 23 mai 2019.

Une heure plus tard, les choses sérieuses pouvaient commencer, à savoir une montée par un sentier très raide qui semblait ne jamais devoir finir. Alors que plus d'un, plus d'une, tiraient déjà la langue et s'arrêtaient plus souvent qu'à son tour pour souffler, boire ou se déshabiller (parfois les trois en même temps),

la troupe eut la surprise d'être doublée par une fière cavalière à l'allure altière qui se trouvait être bergère, en route pour changer ses moutons de pâturage.

Effectivement, quelques centaines de mètres plus haut, nous la croisâmes, droite sur sa monture, guidant ses moutons sur les pentes escarpées du col de Lacho.

Tout en nous élevant lentement mais sûrement sur le GR10 qui devait nous conduire au pic d'Iparla, nous pouvions admirer la pyramide Irubelakaskoa, gravie par une partie de la troupe le jeudi précédent.


Une pause banane bienvenue donna l'occasion à Anita de proposer à la troupe de se scinder en deux. Les moins fatigués continueraient leur marche sous la houlette de Mado, les plus fatigués la suivraient pour emprunter un chemin moins escarpé.

IPARLA ( 1044 m ) depuis Bassassagar. Jeudi 23 mai 2019.
IPARLA ( 1044 m ) depuis Bassassagar. Jeudi 23 mai 2019.
IPARLA ( 1044 m ) depuis Bassassagar. Jeudi 23 mai 2019.

Pour les premiers et premières, l'ascension se poursuivit sur un vaste plateau herbeux sur lequel de magnifiques pottoks paissaient en toute quiétude surveillés par des vautours et des milans planant dans le ciel. L'herbe commença à se faire rare au profit de rochers. Sur la gauche, nous pouvions admirer les falaises abruptes de la Pyramide Irubelakaskoa et des Penas de Itxusi.

Nous sommes surveillés mais .... avec tant de bienveillance !

Quand, enfin, après un peu plus de trois heures après le départ, le sommet apparut, une autre troupe nous avait précédé et il fallut presque jouer des coudes pour prendre la traditionnelle photo de groupe.

IPARLA ( 1044 m ) depuis Bassassagar. Jeudi 23 mai 2019.

Un SMS d'Anita venu de très bas nous enjoignant de pique-niquer sur place, nous lui obéîmes. Comme à l'habitude, les sandwiches et salades traditionnels furent complétés par quelques délicieux  desserts faits maison et arrosés de vin et de café.

IPARLA ( 1044 m ) depuis Bassassagar. Jeudi 23 mai 2019.
IPARLA ( 1044 m ) depuis Bassassagar. Jeudi 23 mai 2019.
IPARLA ( 1044 m ) depuis Bassassagar. Jeudi 23 mai 2019.

Une fois repus, il fallut songer à redescendre. Après nous être joués des rochers qui parsemaient le chemin et fait fuir, malgré nous, un troupeau de pottoks, les premiers  et les derniers de cordée se rejoignirent dans les ruines d'une ancienne bergerie où une dizaine de chèvres faisaient une sieste réparatrice et se laissaient tirer la barbichette sans difficulté.

IPARLA ( 1044 m ) depuis Bassassagar. Jeudi 23 mai 2019.
IPARLA ( 1044 m ) depuis Bassassagar. Jeudi 23 mai 2019.

La descente finale par le sentier caillouteux et poussiéreux gravi le matin mit à l'épreuve les genoux douloureux, sans entamer nullement le moral des randonneurs et randonneuses qui, jusqu'au bout, continuaient à gaiement babiller.

L'on promit de se revoir très vite mais pas le jeudi suivant... pourtant de l'Ascension, comprenne qui pourra.

13 km et 900 m de dénivelé
Jean Philippe R.

Les photos :
Jean Yves.
Patrick.
Mado.

Partager cet article
Repost0
20 mai 2019 1 20 /05 /mai /2019 08:38

 

Je commence par ce qui devrait être la conclusion  mais c’est tout chaud d’hier.
Donc habituel départ de Marouette,  quoi que plus matinal, et regroupement des troupes au col d’OTXONDO mais aujourd’hui nous délaissons la route menant à ELIZONDO pour bifurquer à gauche et suivre la direction du panneau GORRAMENDI. Un long chemin légèrement sinueux nous laissant admirer sur la droite  l’ ALKURRUNTZ  nous mène au col d’ITZULEGI alt 700m  où nous enfilerons chaussures et sacs à dos.

IRUBELAKASKOA  depuis Itzulegi. Jeudi 16 mai 2019.
IRUBELAKASKOA  depuis Itzulegi. Jeudi 16 mai 2019.
IRUBELAKASKOA  depuis Itzulegi. Jeudi 16 mai 2019.

Et là un troupeau de poneys curieux et leurs poulains nous souhaitent la bienvenue le temps de déguster un petite crêpe sortie du sac à dos de notre sympathique insomniaque.

IRUBELAKASKOA  depuis Itzulegi. Jeudi 16 mai 2019.
IRUBELAKASKOA  depuis Itzulegi. Jeudi 16 mai 2019.

Nous commençons à monter gentiment en longeant une petite cabane aménagée  qui a permis à certains d’entre nous de s’abriter et de manger au sec il y a quelques temps

IRUBELAKASKOA  depuis Itzulegi. Jeudi 16 mai 2019.
IRUBELAKASKOA  depuis Itzulegi. Jeudi 16 mai 2019.
IRUBELAKASKOA  depuis Itzulegi. Jeudi 16 mai 2019.

 et nous arrivons bien tranquillement sur un charmant petit plateau ombragé a l’abri d’un rocher où semblent  nous attendre deux   mignonnes bordes : URTSUKO BORDA .  

IRUBELAKASKOA  depuis Itzulegi. Jeudi 16 mai 2019.
IRUBELAKASKOA  depuis Itzulegi. Jeudi 16 mai 2019.
IRUBELAKASKOA  depuis Itzulegi. Jeudi 16 mai 2019.

Petite halte et nous repartons en direction du col BURINGURUTXETA alt 895m en empruntant un magnifique chemin en sous bois  coupé de-ci de-là par quelques talwegs où coulent

IRUBELAKASKOA  depuis Itzulegi. Jeudi 16 mai 2019.
IRUBELAKASKOA  depuis Itzulegi. Jeudi 16 mai 2019.

de petit torrents et surplombé de quasi remparts de poudingues …. impressionnant !!!.

( Lire "Grès et conglomérats " après le CR. )

IRUBELAKASKOA  depuis Itzulegi. Jeudi 16 mai 2019.

Nous voilà au col où quatre courageux décident avec l’accord d’Anita de faire un petit détour  pour aller sonner la cloche au sommet  du BARDA alt 945m.

IRUBELAKASKOA  depuis Itzulegi. Jeudi 16 mai 2019.
IRUBELAKASKOA  depuis Itzulegi. Jeudi 16 mai 2019.
IRUBELAKASKOA  depuis Itzulegi. Jeudi 16 mai 2019.
IRUBELAKASKOA  depuis Itzulegi. Jeudi 16 mai 2019.

Nous nous regroupons très vite dans la descente au col GOROSTI alt 810m.

IRUBELAKASKOA  depuis Itzulegi. Jeudi 16 mai 2019.
IRUBELAKASKOA  depuis Itzulegi. Jeudi 16 mai 2019.
IRUBELAKASKOA  depuis Itzulegi. Jeudi 16 mai 2019.
IRUBELAKASKOA  depuis Itzulegi. Jeudi 16 mai 2019.
IRUBELAKASKOA  depuis Itzulegi. Jeudi 16 mai 2019.
IRUBELAKASKOA  depuis Itzulegi. Jeudi 16 mai 2019.
IRUBELAKASKOA  depuis Itzulegi. Jeudi 16 mai 2019.

Maintenant nous voici face à notre objectif  l’IRUBELAKASKO que nous entreprenons de gravir le long de sa crête. Il est tout aussi magnifique qu’impressionnant ! Il a fallu batailler quand même dans les roches en mille feuilles pour arriver à son sommet mais là, quelle récompense !!! un panorama à 360 degrés , chacun y a reconnu  pèle mêle IPARLA, PENAS ICHUSI …. un pic un col, une vallée, l’océan bien sûr, bref, notre terrain de jeu.
Un petit train pour la redescente avec quelques  arrêts botaniques et arrivée aux voitures où cette fois les poneys étaient plus occupés à brouter qu’à nous regarder.

 


 

( Cliquez sur la photo pour mieux la voir ).

Encore une fois merci à  nos 14 vaillants randonneurs, à ANITA pour cette inoubliable journée.
13 km - 6h - dénivelé 640m
Jean-Yves S.


Les photos :
Jean-Michel
Jean-Yves
Mado.

 

****************************************************************************************

Grès et conglomérats.

Le cœur de la chaine pyrénéenne (on parle de la chaine axiale, la plus haute) est une montagne d’âge hercynienne (début il y a 400 millions d’années). Après une phase de surrection, l’érosion va s’exprimer par les dépôts que vous avez vus lors de votre balade : des conglomérats et des grès.
Une deuxième phase de surrection, la phase alpine (à partir de 50 millions d’années) va créer les Pyrénées actuelles et porter à l’air libre des dépôts anciens.

Dépôts de conglomérats à la base des séries d’âge permo-trias. (Il y a 250 millions d’années) Ces conglomérats, appelés aussi poudingues sont l’évidence de dépôts de type cône alluvial. Ils montrent des galets arrondis de quartzites blancs, avec une patine ˝rouille˝ caractéristique d’un climat tropical aride. Les galets sont ˝imprimés : ils portent les cicatrices des zones de contacts entre galets, dues à des processus de pression-dissolution de la silice lors de leur compaction sous le poids des sédiments sus-jacents.
Le petit niveau sableux visible au-dessus du marteau montre que le dépôt s’est fait par paquets successifs avec des périodes plus calmes (dépôts de sables) et des périodes plus énergiques (dépôts de galets cimentés pour former les conglomérats/poudingues).  


 

IRUBELAKASKOA  depuis Itzulegi. Jeudi 16 mai 2019.
IRUBELAKASKOA  depuis Itzulegi. Jeudi 16 mai 2019.


Des dépôts en auges d’âge triasique (200 millions d’années) font suite aux poudingues. Les stratifications obliques sont caractéristiques de remplissage de chenaux fluviatiles.  Le milieu de dépôt est similaire à celui de la photo ci-dessous. On parle, en géomorphologie, de réseaux en tresses.

 

 

 

IRUBELAKASKOA  depuis Itzulegi. Jeudi 16 mai 2019.
IRUBELAKASKOA  depuis Itzulegi. Jeudi 16 mai 2019.

On trouve ces dépôts (poudingues et grès) en plusieurs endroits au pays basque : Larrun, Irubela, Itxusi, Oiartzun, Irun, Urdaburu, Adarra, Leitzaran, Berastegi, St-Jean-Pied-de-Port, Mendaur, San Esteban, et dans la vallée du Baztán., ils sont tous de la même origine.

Pierre M.

Partager cet article
Repost0
18 mai 2019 6 18 /05 /mai /2019 09:16
Adartza depuis le col d’Aharza. Lundi 13 mai 2019.
Adartza depuis le col d’Aharza. Lundi 13 mai 2019.
Adartza depuis le col d’Aharza. Lundi 13 mai 2019.
Adartza depuis le col d’Aharza. Lundi 13 mai 2019.

 Nous atteignons le col de l'Aharza par une jolie petite route, très étroite, en sous-bois.
Un vent glacé nous accueille, rapidement équipés nous commençons notre randonnée sous les frondaisons,  puis nous longeons des pâturages à flan de montagne, où le vent se rappelle à nous.

Adartza depuis le col d’Aharza. Lundi 13 mai 2019.

À la croisée de notre sentier et d'une petite route de dessert locale, nous mettons en fuite un troupeau de chèvres, prés d' un enclos et d'un talus qui nous offrent leur abri pour la pause banane.

Adartza depuis le col d’Aharza. Lundi 13 mai 2019.
Adartza depuis le col d’Aharza. Lundi 13 mai 2019.

Nous commençons notre ascension vers un premier mont dans l'herbe puis à travers un passage rocheux.
Enfin l'Adarza se dresse face à nous. Le vent nous cueille au passage.
Ça monte raide, en zigzag pour ne pas être déséquilibrés.

Adartza depuis le col d’Aharza. Lundi 13 mai 2019.
Adartza depuis le col d’Aharza. Lundi 13 mai 2019.

Des gentianes bleues parsèment notre itinéraire.

 

Adartza depuis le col d’Aharza. Lundi 13 mai 2019.

Nous sommes récompensés par la vue époustouflante à 360 degrés sur l'Espagne,  les crêtes d'Iparla, les Pyrénées encore enneigées, la chapelle de l'Oylarandoy, théâtre d'un précédent exploit, minuscule au loin..…

Adartza depuis le col d’Aharza. Lundi 13 mai 2019.
Adartza depuis le col d’Aharza. Lundi 13 mai 2019.
Adartza depuis le col d’Aharza. Lundi 13 mai 2019.

Une rotonde, bienvenue, nous offre son abri pour un déjeuner bien mérité,  à 1250m d'altitude.
Des « choucas «  ? nous offrent le spectacle d'une parade amoureuse..

Adartza depuis le col d’Aharza. Lundi 13 mai 2019.
Adartza depuis le col d’Aharza. Lundi 13 mai 2019.

Le retour se fait par la même voie.
Nous avons fait 12km et 600m de dénivelé un peu saoulé, par le vent, mais contents.
Merci à Jacques.
Nous rentrons par une autre route plus dégagée et qui offre un beau panorama sur la plaine.
Marie-Claude M.

Photos :
Jean-Michel.
Mado.

Partager cet article
Repost0