Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 janvier 2016 7 24 /01 /janvier /2016 09:06

Nous l'avons faite et refaite cette boucle, comme en témoignent les nombreux compte-rendus du blog, mais on ne s'en lassera jamais.

Surtout lorsque toutes les conditions sont réunies pour la réussite de la journée.

Après de longues semaines d'abstinence dues aux fêtes de fin d'année et à une météo capricieuse, nous revoilà sur les sentiers.

Contrairement à ce que nous attendions, nous étions peu nombreux à reprendre la randonnée ... Certains sont grippés, d'autres occupés à garder des petits-enfants eux-mêmes grippés, d'autres encore éclopés, les plus chanceux en voyage...

Nous ne sommes donc que neuf, six femmes et trois hommes à suivre Mado qui se substitue à Anita elle aussi attaquée par un virus hivernal.

 Ibardin. Une boucle somptueuse autour du Mandalé. Jeudi 21 janvier 2016 .
 Ibardin. Une boucle somptueuse autour du Mandalé. Jeudi 21 janvier 2016 .

Les promesses de l'aube qui nous a gratifiés d'un ciel d'aquarelle ne se démentiront pas.

Nous nous garons à la dernière venta d'Ibardin vers 9h30 où nous sommes accueillis par un vent vivifiant ; une luminosité exceptionnelle éclaire déjà la côte jusque loin dans les Landes.

Saint -Jean-de-Luz étincelle dans la lumière du matin tandis que vers le sud les bancs de nuages s'attardent dans les vallons..

Nous descendons la grande piste en direction du lac du Choldocogaina.

Une petite vache en liberté inquiète Dédé qui s'est déjà fait courser par une de ces rapides "bétisoak" semi-sauvages...mais celle-ci, plutôt indifférente, ne détourne même pas la tête pour nous regarder passer.

 Ibardin. Une boucle somptueuse autour du Mandalé. Jeudi 21 janvier 2016 .
 Ibardin. Une boucle somptueuse autour du Mandalé. Jeudi 21 janvier 2016 .
 Ibardin. Une boucle somptueuse autour du Mandalé. Jeudi 21 janvier 2016 .

Après avoir traversé le barrage et contourné le lac, nous remontons d'un bon pas vers le col des Poiriers ( rebaptisé Irazako).

 Ibardin. Une boucle somptueuse autour du Mandalé. Jeudi 21 janvier 2016 .

Les photographes profitent de la pause-banane pour immortaliser un splendide houx ...il faut dire que cet arbuste semble se plaire tout particulièrement sur ce massif.

 Ibardin. Une boucle somptueuse autour du Mandalé. Jeudi 21 janvier 2016 .
 Ibardin. Une boucle somptueuse autour du Mandalé. Jeudi 21 janvier 2016 .

Nous passons ensuite au col des joncs puis remontons à travers les ajoncs vers la ligne de crête où nous retrouvons le petit vent vif dont nous étions protégés plus en contre-bas.

 Ibardin. Une boucle somptueuse autour du Mandalé. Jeudi 21 janvier 2016 .
 Ibardin. Une boucle somptueuse autour du Mandalé. Jeudi 21 janvier 2016 .
 Ibardin. Une boucle somptueuse autour du Mandalé. Jeudi 21 janvier 2016 .

La vue est magnifique: des Landes à Donostia s'égrainent les localités de la côte.

Côté montagnes, c'est le Jaizkibel, les Trois Couronnes, La Rhune, l'Orhy enneigé pour ne citer que les plus connues.

 Ibardin. Une boucle somptueuse autour du Mandalé. Jeudi 21 janvier 2016 .
 Ibardin. Une boucle somptueuse autour du Mandalé. Jeudi 21 janvier 2016 .

Nous progressons en direction de la borne numéro 3, vers une jolie plate-forme herbeuse. Les rochers plats de ce belvédère qui domine la baie de Chingudi nous offrent un endroit idéal pour le déjeuner...un peu de rosé, quelques sucreries, une courte sieste salutaire pour certains.

Nous savourons la chance que nous avons …

 Ibardin. Une boucle somptueuse autour du Mandalé. Jeudi 21 janvier 2016 .
 Ibardin. Une boucle somptueuse autour du Mandalé. Jeudi 21 janvier 2016 .

Le retour se fait par la piste sud du Mandalé ; sur ce versant bien ensoleillée les grémils sont déjà en fleur.

Plus loin une hellébore n'échappera pas à la vigilance photographique de Claudine B.

Nous sommes de retour au point de départ à 15h30.

Nous sommes ravis de cette remise en forme d'autant que nous en avons pris "plein les mirettes" sans aller bien loin.

( Une bonne dizaine de KM, 450m de dénivelé environ et 4h30 de marche ? )

Claudine A.

 

Photos :

Claudine A.

Claudine B.

Mado.

Repost 0
10 janvier 2016 7 10 /01 /janvier /2016 08:39
VIEILLIR EN BEAUTE . . .

Vieillir en beauté, c'est vieillir avec son cœur ;
Sans remord, sans regret, sans regarder l'heure ;
Aller de l'avant, arrêter d'avoir peur ;
Car, à chaque âge, se rattache un bonheur.


Vieillir en beauté, c'est vieillir avec son corps ;
Le garder sain en dedans, beau en dehors.
Ne jamais abdiquer devant un effort.
L'âge n'a rien à voir avec la mort.

 

Vieillir en beauté, c'est donner un coup de pouce
À ceux qui se sentent perdus dans la brousse,
Qui ne croit plus que la vie peut être douce
Et qu'il y a toujours quelqu'un à la rescousse.

VIEILLIR EN BEAUTE . . .

Vieillir en beauté, c'est vieillir positivement.
Ne pas pleurer sur ses souvenirs d'antan.
Être fier d'avoir les cheveux blancs,
Car, pour être heureux, on a encore le temps.

 

Vieillir en beauté, c'est vieillir avec amour,
Savoir donner sans rien attendre en retour ;
Car, où que l'on soit, à l'aube du jour,
Il y a quelqu'un à qui dire bonjour.

 

Vieillir en beauté, c'est vieillir avec espoir ;
Être content de soi en se couchant le soir.
Et lorsque viendra le point de non-recevoir,
Se dire qu'au fond, ce n'est qu'un au revoir . . .

Ou chant des adieux scouts

Ou encore

et Nous nous reverrons ...

 

Auteur inconnu.

Repost 0
19 décembre 2015 6 19 /12 /décembre /2015 09:12
ESNAZU. Repas de NOEL. 17 décembre 2015.

Nous devions faire une randonnée apéritive de quelques kilomètres tout autour d'Esnazu avant de nous retrouver au restaurant pour célébrer la fin de l'année mais une branche traîtresse venue fouetter le nez délicat d'une randonneuse a brutalement interrompu notre élan ...

Anita, notre guide avisée, a préféré jouer la sécurité.

Rien ne sert de courir … Qui va piano va sano … etc …

ESNAZU. Repas de NOEL. 17 décembre 2015.
ESNAZU. Repas de NOEL. 17 décembre 2015.

Tant pis, pas de longue randonnée, juste une promenade de 45 mn et de 50 m de dénivelé ( une fois n'est pas coutume ) autour de l'église.

ESNAZU. Repas de NOEL. 17 décembre 2015.
ESNAZU. Repas de NOEL. 17 décembre 2015.
ESNAZU. Repas de NOEL. 17 décembre 2015.
ESNAZU. Repas de NOEL. 17 décembre 2015.

A propos de l'église, sous le porche, nous attendait un apéritif concocté par Dédé et les deux Annie(s) avec canapés aux rillettes, saucisses avec gelée au piment d'Espelette, jambon, le tout arrosé de kir royal et de vin blanc.

ESNAZU. Repas de NOEL. 17 décembre 2015.

A midi 30 pétantes, les vingt-quatre participants entraient dans le petit restaurant affichant "cuisine familiale". Une vénérable dame coiffée d'un chignon à l'ancienne nous servit la soupe au chou, le lapin rôti accompagné de frites et de salade, et pour dessert une crème renversée.

Ambiance chaleureuse et festive, distribution de petits cadeaux, dégustation de chocolats... nous reprenons le chemin de Bayonne, pas le plus rapide, plutôt celui des écoliers.

Tout d'abord un premier arrêt à Belaun, aux Aldudes, cette coopérative créée par les exploitants agricoles de la vallée qui a pour objectif d'élaborer et valoriser leurs produits.

Deuxième étape à la pisciculture de Banka. Là nous avons acheté truites et truitelles.

Et pour finir, les douceurs : arrêt à la chocolaterie Laia de Saint Étienne de Baïgorry où nous avons fait une véritable razzia.

Nous voila fin prêts pour envisager sereinement les fêtes de fin d'année avec de bons produits locaux dans l'esprit de la Cop 21.

De fil en aiguille, en dépit d'une randonnée des plus succinctes, nous n'étions pas rentrés plus tôt que d'habitude à la maison après une belle journée de convivialité, de gourmandise et de douceur automnale.

ESNAZU. Repas de NOEL. 17 décembre 2015.

Bonnes fêtes de fin d'année à toutes et à tous et à très vite dans nos belles montagnes.

 

 

ESNAZU. Repas de NOEL. 17 décembre 2015.

P.S. Pour ceux qui s'inquièteraient : Grâce aux soins prodigués par une Nadine particulièrement attentionnée, le nez d'Annie B. ne conservera aucune séquelle.

Claudine A.

Le p'tit mot d'Anita.

 

Aujourd'hui, dernière sortie de l'année 2015.
Mini rando mais beaucoup de bonheur, de convivialité, de plaisir à se retrouver, tous détendus autour de 2 belles tables décorées, sous le soleil brillant et entourés des belles couleurs de ce village de montagne.

MERCI à tous ceux qui ont participé à la réussite de ce jour de fête.

UN GRAND MERCI à TOUS les randonneurs du jeudi pour votre reconnaissance et votre grande générosité.

ESNAZU. Repas de NOEL. 17 décembre 2015.

Les photos :

Claudine A.

Claudine B.

Repost 0
17 décembre 2015 4 17 /12 /décembre /2015 07:57

Faut-il aujourd'hui faire une rubrique sportive ou une rubrique gastronomique?

Malgré les 14 km ( ? ) parcourus et les 600m de dénivelé avalés en un temps record, ce qui a marqué cette belle journée d'automne, c'est plus la convivialité que le sport. ( et aussi une bonne dose d'émotion).

A l'initiative de Monique et avec le concours de tous, nous avons partagé un véritable festin sur le flanc ensoleillé du Jara avec à nos pieds le village d'Irouléguy.

 Repas de Noël et encierro sur le Jara. Lundi 14 décembre 2015.
 Repas de Noël et encierro sur le Jara. Lundi 14 décembre 2015.
 Repas de Noël et encierro sur le Jara. Lundi 14 décembre 2015.

Partis d'Ascarat nous avons cheminé essentiellement sur de larges pistes après avoir laissé les vignobles qui serpentent harmonieusement sur les premières courbes de la montagne.

 Repas de Noël et encierro sur le Jara. Lundi 14 décembre 2015.
 Repas de Noël et encierro sur le Jara. Lundi 14 décembre 2015.

Plus haut, au coeur du massif, dans les vertes prairies d'une belle ferme, les agneaux nouveaux-nés nous ont attendris.

 Repas de Noël et encierro sur le Jara. Lundi 14 décembre 2015.
 Repas de Noël et encierro sur le Jara. Lundi 14 décembre 2015.

Nous avons marché d'un bon pas, enlevant et remettant nos polaires au gré des rafales .

Après deux heures de montée, nous étions déjà arrivés au "restaurant d'altitude" mais il a fallu au gros de la troupe rajouter un détour de quelques hectomètres pour permettre à nos organisatrices de préparer la fête comme il se doit.

 Repas de Noël et encierro sur le Jara. Lundi 14 décembre 2015.
 Repas de Noël et encierro sur le Jara. Lundi 14 décembre 2015.
 Repas de Noël et encierro sur le Jara. Lundi 14 décembre 2015.

Quand nous sommes arrivés, la table était dressée, décorée (grâce à la créativité de Claudine B.), l'apéritif prêt.

 Repas de Noël et encierro sur le Jara. Lundi 14 décembre 2015.

Nous avons trinqué avec d'excellents punchs, de la sangria...puis s'enchaînèrent des quiches, madeleines salées, chichons de canard, filets mignons, salade verte et composée, plateau de fromage, le tout arrosé de moultes bonnes bouteilles.

 Repas de Noël et encierro sur le Jara. Lundi 14 décembre 2015.

Après le tirage au sort traditionnel des petits cadeaux, nous avons dégusté des gâteaux au chocolat, des financiers etc..

Puis le café et les papillotes.

Un déjeuner presque parfait !

 Repas de Noël et encierro sur le Jara. Lundi 14 décembre 2015.

En face de nous, le cirque d'Irouléguy et Saint-Jean-Pied-de-Port, le Munhoa, le Béorléguy, l'Autza, Iparla, notre terrain de jeu en somme.

 Repas de Noël et encierro sur le Jara. Lundi 14 décembre 2015.
 Repas de Noël et encierro sur le Jara. Lundi 14 décembre 2015.
 Repas de Noël et encierro sur le Jara. Lundi 14 décembre 2015.

Après avoir posé pour la postérité du blog nous avons pris le chemin du retour, paisiblement, du moins jusqu'à la ferme des agneaux du matin.

 

 Repas de Noël et encierro sur le Jara. Lundi 14 décembre 2015.
 Repas de Noël et encierro sur le Jara. Lundi 14 décembre 2015.

Alors que le groupe s'était engagé sur un étroit chemin bordé de deux murs de pierres sèches surmontés d'un barbelé, deux vaches échappées d'un pâturage ont semé la panique. Les pauvres bêtes, elles-même affolées par ce groupe inhabituel de marcheurs, ont voulu rebrousser chemin. La première y est parvenue facilement. Quant à la seconde, elle a chargé

( pas vraiment, elle revenait vers moi car le groupe lui barrait plus ou moins le chemin ... )

à plusieurs reprises Mado, partie en tête, qui essayait de la faire repartir vers la route …

( La blonde bête, pas si bête pourtant :) a finalement compris qu 'elle avait devant elle une bretonne plus têtue qu'elle, qu'il n'y avait pas d'issue de ce côté … )

Elle s'est mise à redescendre en direction de la colonne de marcheurs qui s'était plaquée contre le mur...Elle avançait, s'arrêtait, hésitait, donnant des coups de tête en notre direction. Il fallait nous voir, ne faisant qu'un avec le muret opposé, espérant qu'elle ne porte pas son choix sur l'un d'entre nous.

Nous aurions bien voulu sauter par-dessus mais il était trop haut et le fil de fer barbelé ajoutait une difficulté supplémentaire.

L'une d'entre nous y a accroché son pantalon..La plus leste certainement, Marie, s'est retrouvée de l'autre côté. Comment ? La peur donne des ailes.

Finalement, de plus en plus énervée, la pauvre vache a entrepris de franchir le mur opposé ; dans son élan, elle a fait s'ébouler une partie des pierres. Ouf, nous étions sauvés.

Hélas, dans la panique générale aucun photographe n'a eu la présence d'esprit de fixer sur la pellicule cette scène des plus cocasses.

( c'est ce que l'on dit APRÈS).

( Quelques explications avec une photo. )

 

 

 Repas de Noël et encierro sur le Jara. Lundi 14 décembre 2015.

Nous avons terminé notre descente sans encombres et étions aux voitures vers 16h30, je crois, avec pour projet de renouveler ces festivités à Pâques, pourquoi pas.

Joyeuses fêtes à tous et rendez-vous en Janvier pour de nouvelles aventures.

Claudine A.

 

En italique : Madosita.

 

Photos :

Claudine A.

Claudine B.

Mado.

 

L'an dernier : lien

Repost 0
11 décembre 2015 5 11 /12 /décembre /2015 16:27

PREVU par Anita:

« Le groupe des randonneurs du jeudi, avec sac à dos habituel, empruntera le train touristique BAYONNE - ST JEAN PIED DE PORT, cette ligne réaménagée récemment.
Au programme, la visite de cette ville fortifiée, LA CITADELLE, le chemin de ronde, le pont et les allées au bord de la Nive, la rue piétonnière d'Espagne et ses commerces réputés puis un circuit en boucle autour des vestiges de la redoute de KURUTXAMENDI ( point militaire stratégique) . »

MAIS ....

Ce jeudi, de bon matin, arrivés devant la Gare de Bayonne pour ce petit groupe de 8 volontaires randonneuses, une mauvaise nouvelle :

" le train pour ST-JEAN-PIED-DE-PORT est annulé "

Un bus nous est proposé, mais aucun intérêt pour nous de prendre ce bus !!!!

Une randonneuse propose une autre destination : LES CRETES DES PENAS D'ICHUSI par le Col de MEHATXE.

Mireille et moi-même, nous nous empressons d'aller chercher nos voitures et direction ITXASSOU ... accompagnés de magnifiques couleurs rouges du

lever du soleil.

AU COL DE MEHATXE.

AU COL DE MEHATXE.

Quelques difficultés pour monter au Col des Vaux par le Pas de Roland, cause travaux de chaussée, un grand détour par ITXASSOU, mais

nous parvenons à attendre le Col MEHATXE, toutes ravies de profiter

encore de belles couleurs d'automne.

Le vent est frais mais 2 très bons gâteaux faits maison par notre chère

pâtissière nous réchauffent rapidement.

Mehatxe-Ichusi. Entre chèvres et vautours dans la montagne escarpée.10 décembre 2015.
Mehatxe-Ichusi. Entre chèvres et vautours dans la montagne escarpée.10 décembre 2015.

D'un bon pas, nous suivons ces longues pistes, le long des Bornes

80,81,82,83... jusqu'aux extrémités de ces PENAS ..... décor

magnifique .....

Mehatxe-Ichusi. Entre chèvres et vautours dans la montagne escarpée.10 décembre 2015.
Mehatxe-Ichusi. Entre chèvres et vautours dans la montagne escarpée.10 décembre 2015.

Puis c'est le moment de flaner, de contempler, d'admirer la vie de ces colonies de vautours .....

Mehatxe-Ichusi. Entre chèvres et vautours dans la montagne escarpée.10 décembre 2015.
Mehatxe-Ichusi. Entre chèvres et vautours dans la montagne escarpée.10 décembre 2015.
Mehatxe-Ichusi. Entre chèvres et vautours dans la montagne escarpée.10 décembre 2015.

Un très joli coin, près d'une bergerie, sur un éperon rocheux, au-dessus d'une cascade et face aux Crêtes d'IPARLA, de la pyramide sombre de IRUBELAKASKO et entouré d'un troupeau important de chèvres noires, blanches, grises, nous attend pour profiter, assis sur des rochers et face au soleil dorant, d'un moment de bonheur, un apéro copieux, à

l'occasion de l'anniversaire de nos fidèles amies randonneuses : NADINE

et MIREILLE .

Mehatxe-Ichusi. Entre chèvres et vautours dans la montagne escarpée.10 décembre 2015.
Mehatxe-Ichusi. Entre chèvres et vautours dans la montagne escarpée.10 décembre 2015.

Nous avons du mal à préserver nos sacs et nos piques-niques de ces chèvres gourmandes. Il nous faudra utiliser nos bâtons pour les éloigner.

Mehatxe-Ichusi. Entre chèvres et vautours dans la montagne escarpée.10 décembre 2015.

Une bonne sieste pour certaines, un bon moment de détente pour toutes, mais l'heure avance et il faut penser au retour.

 

Un retour grimpant, toujours dans un décor coloré, longeant le mont

IGUZKIMENDI, et nous atteignons allégrement nos voitures ou un réconfortant nous est encore servi, à l'heure du goûter .

 

Finalement, notre train manquant, nous a permis de profiter et d'apprécier un autre coin magique du Pays Basque intérieur !!!

Encore une bonne journée !!!!!!

 

Distance = 8km. Dénivelé = 380m.

Anita.

 

Photos : Claudine B.

Repost 0
10 décembre 2015 4 10 /12 /décembre /2015 09:06
 La Petite Rhune depuis le col de Lizuniaga. Lundi 07 décembre 2015.
 La Petite Rhune depuis le col de Lizuniaga. Lundi 07 décembre 2015.

Le dicton du jour: " A la Saint Ambroise, avec ton bouchon ne dégoise!"

 

Deux des participants l'ont appris à leurs dépens. L'une, Claudine B. dont la bouteille d'eau s'est renversée dans le coffre de notre co-voitureur arrosant généreusement les sacs des autres co-voiturés et qui a dû faire appel à la solidarité pour se désaltérer, et l'autre, dont je ne citerai pas le nom, dont la bouteille de vin s'est répandue dans son sac à dos, colorant par la même occasion son clair pantalon de randonnée.

Ce n'était pas pour lui la "journée des liquides" car il avait aussi oublié sa bouteille d'eau et a dû, tout comme C. B., compter sur la compassion d'une randonneuse.

 

Malgré ces quelques ratés, ce fut une magnifique journée.

 

 La Petite Rhune depuis le col de Lizuniaga. Lundi 07 décembre 2015.

Partis du restaurant situé au col de Lizuniaga, nous avons gravi le versant sud de la Rhune avec pour objectif final la Petite Rhune .

 La Petite Rhune depuis le col de Lizuniaga. Lundi 07 décembre 2015.
 La Petite Rhune depuis le col de Lizuniaga. Lundi 07 décembre 2015.
 La Petite Rhune depuis le col de Lizuniaga. Lundi 07 décembre 2015.

Jusqu'à la " Venta Negra" nous parcourons le domaine des chasseurs de Véra avec ses postes disposés sur la frontière.

Jean-Louis, notre fan des bornes frontières, en répertorie quelques-unes de plus, dont la 32.

 

Quant à Jean-René ce sont les cairns qu'il affectionne. Jamais il ne résiste au plaisir d'ajouter sa pierre à l'édifice.

 La Petite Rhune depuis le col de Lizuniaga. Lundi 07 décembre 2015.
 La Petite Rhune depuis le col de Lizuniaga. Lundi 07 décembre 2015.
 La Petite Rhune depuis le col de Lizuniaga. Lundi 07 décembre 2015.

Nous suivons un sentier qui monte régulièrement en direction de La Rhune ; sa barre rocheuse imposante et ses constructions sommitales nous défient ... Certains rêvent d'aller boire un verre là-haut ; ce n'est pas au programme.

Nous progressons d'un bon pas mais sommes bientôt rattrapés et dépassés par un groupe de jeunes espagnols qui vont certainement le réaliser, ce rêve. Ils l'auront bien mérité, la dernière partie de la grimpette s'avérant des plus abruptes.

 La Petite Rhune depuis le col de Lizuniaga. Lundi 07 décembre 2015.
 La Petite Rhune depuis le col de Lizuniaga. Lundi 07 décembre 2015.
 La Petite Rhune depuis le col de Lizuniaga. Lundi 07 décembre 2015.
 La Petite Rhune depuis le col de Lizuniaga. Lundi 07 décembre 2015.

Quant à nous, nous continuons vers le col ( Zizkuitz. 702 m ) ; la Côte Basque se déroule sous nos yeux, des Landes au Jaizkibel : Anglet, Biarritz, Bidart, Guétary, Saint-Jean-de-Luz, Hendaye, Fontarrabie... et puis lorsqu'on se retourne , le Xoldokogaina, les Trois Couronnes, l'Ibantelli, La Rhune.

 La Petite Rhune depuis le col de Lizuniaga. Lundi 07 décembre 2015.
 La Petite Rhune depuis le col de Lizuniaga. Lundi 07 décembre 2015.
 La Petite Rhune depuis le col de Lizuniaga. Lundi 07 décembre 2015.

L'endroit est idéal pour le déjeuner mais le vent nous emporte presque. Il faut se mettre à l'abri. Une cavité fera l'affaire.

Malgré le Moscatel, le Bourgogne aligoté, le rouge, les diverses sucreries censés nous revigorer et la vue merveilleuse qui nous est offerte, nous repartons sans tarder en luttant contre des rafales de plus en plus violentes.

 La Petite Rhune depuis le col de Lizuniaga. Lundi 07 décembre 2015.

Heureusement, il nous suffit de redescendre quelques dizaines de mètres pour retrouver la douceur de cet automne exceptionnel.

 

Nous empruntons tout d'abord la piste carrossable qui permet d'approvisionner les ventas depuis l'Espagne. Elle manque un peu de charme.

 La Petite Rhune depuis le col de Lizuniaga. Lundi 07 décembre 2015.
 La Petite Rhune depuis le col de Lizuniaga. Lundi 07 décembre 2015.
 La Petite Rhune depuis le col de Lizuniaga. Lundi 07 décembre 2015.
 La Petite Rhune depuis le col de Lizuniaga. Lundi 07 décembre 2015.

Mais bientôt nous retrouvons un beau chemin en sous-bois jonché de feuilles sèches et bordé de chênes séculaires. Cette fois-ci, ce sont les fans d'arbres qui se régalent.

 La Petite Rhune depuis le col de Lizuniaga. Lundi 07 décembre 2015.
 La Petite Rhune depuis le col de Lizuniaga. Lundi 07 décembre 2015.
 La Petite Rhune depuis le col de Lizuniaga. Lundi 07 décembre 2015.

Quelques poulies sur pylônes émergent au-dessus de cette rousse végétation et nous intriguent …

Elles nous racontent un bout d'histoire de la Rhune …

 

Finalement, il y en a pour tous les goûts dans nos randonnées.

 

A 15h30, nous sommes de retour aux voitures. Nous avons parcouru 15 km en cinq heures . Dénivelé 650 m.

Un grand merci à Jacques, notre guide, pour cet excellent choix.

Claudine A.

 

Les photos :

Claudine A.

Claudine B.

Mado.

Repost 0
5 décembre 2015 6 05 /12 /décembre /2015 10:28
  Beartzun – Zarkindegui - Beartzun, sous le soleil. Jeudi 03 décembre 2015.

Il fait froid ce matin de décembre. Réputés pour les salaisons, les Navarrais n'ont pas manqué de traiter la route d'Otxondo. De bon matin, la canitie a soudain frappé les riches prairies dans lesquelles le Baztan musarde en fumant. Sans le croisement hasardeux d'une bétaillère non loin de Beartzun, les trois voitures transportant un total de quatorze randonneurs du jeudi seraient arrivées un peu plus tôt sur le mini parking réservé à la collecte des détritus, près de barbelés,

  Beartzun – Zarkindegui - Beartzun, sous le soleil. Jeudi 03 décembre 2015.

au bord du ruisseau qu'enjambe un pont de béton.

Il est 9 h 50 quand tout le monde est en ordre de marche.

Quelques fermes à droite ou à gauche, un tracteur qui vaque et dispose un barrage d'énormes bottes de foin sur notre passage.

  Beartzun – Zarkindegui - Beartzun, sous le soleil. Jeudi 03 décembre 2015.
  Beartzun – Zarkindegui - Beartzun, sous le soleil. Jeudi 03 décembre 2015.
  Beartzun – Zarkindegui - Beartzun, sous le soleil. Jeudi 03 décembre 2015.
  Beartzun – Zarkindegui - Beartzun, sous le soleil. Jeudi 03 décembre 2015.

Sortant du goudron on entre bientôt dans des chemins creux ou sur des pistes dans la grande forêt de hêtres. Fraîcheur, humidité, éclairages surprenants, couleurs et senteurs délicates. Cascades, torrents, vent léger qui fredonne dans les rameaux plus ou moins dévêtus. Des chiens de chasse sonorisés s'ébrouent dans les feuilles ou dans les fougères. Pour nous distraire ?

Beaux aperçus sur la vallée quand on se retourne.

  Beartzun – Zarkindegui - Beartzun, sous le soleil. Jeudi 03 décembre 2015.
  Beartzun – Zarkindegui - Beartzun, sous le soleil. Jeudi 03 décembre 2015.
  Beartzun – Zarkindegui - Beartzun, sous le soleil. Jeudi 03 décembre 2015.

On marche à bonne allure, presque toujours en vue du premier col de la journée, le Belaun (759 m). Peu après la banane, cet endroit plaisant est atteint sans effort, dans le soleil mais aussi dans le vent.

Les Aldudes apparaissent dans un paysage lumineux. Un parc à bestiaux et une guimbarde rouillée n'arrangent pourtant pas l'environnement immédiat de la mystérieuse BF 123.

  Beartzun – Zarkindegui - Beartzun, sous le soleil. Jeudi 03 décembre 2015.
  Beartzun – Zarkindegui - Beartzun, sous le soleil. Jeudi 03 décembre 2015.

Nous suivons la ligne des bornes vers le nord-est, dans le bois, puis à découvert. Vers 832 m, c'est la 121 bis, majestueuse. Un peu plus haut on rencontre la vraie 122 qui fait la sieste depuis des années sur un monticule.

  Beartzun – Zarkindegui - Beartzun, sous le soleil. Jeudi 03 décembre 2015.

Encore quelques pas. Nous voilà déjà au sommet de notre promenade du jour, à savoir le redoutable pic Zarkindegui fort de ses 860 m. Un coup d’œil circulaire à donner le tournis ou le torticolis. Une véritable leçon de géographie et d'histoire, avec tous les sommets gravis ou encore à gravir…

  Beartzun – Zarkindegui - Beartzun, sous le soleil. Jeudi 03 décembre 2015.

C'est avec un entrain renouvelé que le groupe, toujours au complet, dévale vers la borne 121, maçonnée et ferraillée. Elle protège sa fille en pierre, petit menhir encore fragile, portant le même dossard.

  Beartzun – Zarkindegui - Beartzun, sous le soleil. Jeudi 03 décembre 2015.

Et ça continue en descente, encore et encore, jusqu'à la 119, située dans un endroit de grand passage, juchée au bord d'un dispositif de défense de l'ancien temps dont il n'est plus que traces.

  Beartzun – Zarkindegui - Beartzun, sous le soleil. Jeudi 03 décembre 2015.
  Beartzun – Zarkindegui - Beartzun, sous le soleil. Jeudi 03 décembre 2015.

A l'orée d'un bois, sur pente ergonomique, herbeuse, moussue et feuillue, le bivouac est promptement installé.

Pendant la dégustation, une théorie de randonneurs passe en silence, à cinquante mètres derrière nous.

Le soleil joue à cache-cache avec les dos. Il faut se découvrir ou se vêtir à la hâte, suivant le bon vouloir de ce capricieux. L'appétit est bon, car l'air est grand qui l'a ouvert.

  Beartzun – Zarkindegui - Beartzun, sous le soleil. Jeudi 03 décembre 2015.
  Beartzun – Zarkindegui - Beartzun, sous le soleil. Jeudi 03 décembre 2015.

Après une dispersion involontaire de biscuits dans les feuilles, arrive un nouveau groupe de randonneurs à l'odorat développé, copains comme cochons. Un trio de pourceaux. Sujets espagnols ou citoyens français ? Migrants transfrontaliers, gaillards, ils s'invitent sans vergogne pour le dessert. Toujours des glands, c'est bon pour la culture du jambon, mais ça fatigue l'estomac !

Comme nous quittons nos nouveaux amis, se pointent deux nouveaux êtres vivants. Un basque à bâton et bottes qu'accompagne un chien ; ce dernier peu rassuré par le piercing nasal des trois loustics roses et noirs qui finissent biscuits et épluchures de pommes en reniflant de contentement, les oreilles au vent.

  Beartzun – Zarkindegui - Beartzun, sous le soleil. Jeudi 03 décembre 2015.

Cheminant vivement au côté de l’autochtone, notre guide se lance dans le recueil d'informations sur le devenir de la forêt du Baztan et sur les unions maritales inter-vallées, cela jusqu'au col de Berdaritz où nos accompagnateurs nous quittent. Regroupement général à la borne 117 (685 m) visitée il y a juste 2 semaines, toujours à la même place.

  Beartzun – Zarkindegui - Beartzun, sous le soleil. Jeudi 03 décembre 2015.

Passage à Urruskako borda (640 m) où le jeu consiste, pour certains, à repérer l'emplacement de la webcam qui filme en continu vers le sud. Mission accomplie. Direction le col de Basabar (686 m) qui foisonne de mégalithes dont nous ne verrons que les photos sur une alléchante pancarte. La meilleure partie de ce replat est occupée par Basagarko borda enchâssée dans son enclos.

 

  Beartzun – Zarkindegui - Beartzun, sous le soleil. Jeudi 03 décembre 2015.
  Beartzun – Zarkindegui - Beartzun, sous le soleil. Jeudi 03 décembre 2015.

Toujours de belles couleurs dorées sur vert tendre. Le reste de l'espace est dévasté par les forestiers.

  Beartzun – Zarkindegui - Beartzun, sous le soleil. Jeudi 03 décembre 2015.
  Beartzun – Zarkindegui - Beartzun, sous le soleil. Jeudi 03 décembre 2015.

Descente dans les ajoncs, sur sentier glissant, puis en coupant les lacets de la route. Sur la droite du chemin, l'antiguo cartel d'Alka (480 m), grosse bâtisse en ruine dont personne ne sait que faire, est dévoré par le lierre.

Nous voilà aux voitures.

Retour peinard vers la France. Arrêt à Dancharia pour le plein de divers liquides, puis Marouette et son parking trois étoiles, toujours gratuit, atteint à la nuit tombante.

Merci à Anita pour la parfaite organisation de la journée, à Nadine pour ses crêpes de nuit, d'autant plus délicieuses et au temps qui a su rester beau.

Distance : 12 km. Dénivelé : 730 m.

Jean-Louis L.

 

Les photos :

Claudine A.

Jean Michel.

Mado.

 

Repost 0
2 décembre 2015 3 02 /12 /décembre /2015 09:22
Ibantelli le 30 novembre 2015.

Il faisait beau.

Ibantelli le 30 novembre 2015.

Ils étaient beaux.

Ils s'en sont allés

Vers l' Ibantelli randonner …

Ibantelli le 30 novembre 2015.

Jacques ne m'a pas dit

D'où ils sont partis …

Voici ce qu'il avait prédit :

« Il fera grand beau lundi 30 : soleil, température douce et peu (ou pas) de vent !
C'est parfait pour aller s'aérer du côté du col de Lizarieta en passant par l'Ibantelli...
On prévoit une balade de 12/13 kms et un dénivelé de 600m environ. «

 

Les photos :

Claudine A.

Olivier.

et ... empruntés à une autre sortie ...

Repost 0
24 novembre 2015 2 24 /11 /novembre /2015 11:06
ARISKUN ( 275m ). ITZULEGI LEPOA ( 700m ).Vallée du Bastan. 23 novembre 2015.
ARISKUN ( 275m ). ITZULEGI LEPOA ( 700m ).Vallée du Bastan. 23 novembre 2015.
ARISKUN ( 275m ). ITZULEGI LEPOA ( 700m ).Vallée du Bastan. 23 novembre 2015.
ARISKUN ( 275m ). ITZULEGI LEPOA ( 700m ).Vallée du Bastan. 23 novembre 2015.

Ariskun. Nous nous sommes garés près du Bastan, avons traversé le pont pour nous diriger vers le Gorramendi, sous un ciel gris, en empruntant une route bétonnée. Des chiens perchés ont chanté à notre passage.

ARISKUN ( 275m ). ITZULEGI LEPOA ( 700m ).Vallée du Bastan. 23 novembre 2015.
ARISKUN ( 275m ). ITZULEGI LEPOA ( 700m ).Vallée du Bastan. 23 novembre 2015.

Arrêt près de la chapelle San Miguel. Stalacmite à la fontaine ...

ARISKUN ( 275m ). ITZULEGI LEPOA ( 700m ).Vallée du Bastan. 23 novembre 2015.
ARISKUN ( 275m ). ITZULEGI LEPOA ( 700m ).Vallée du Bastan. 23 novembre 2015.

Sommets à têtes blanches. Echarpes de brouillard. Gelée blanche.

Bonnet, gants, doudounes sont de sortie !

ARISKUN ( 275m ). ITZULEGI LEPOA ( 700m ).Vallée du Bastan. 23 novembre 2015.
ARISKUN ( 275m ). ITZULEGI LEPOA ( 700m ).Vallée du Bastan. 23 novembre 2015.
ARISKUN ( 275m ). ITZULEGI LEPOA ( 700m ).Vallée du Bastan. 23 novembre 2015.

Montée jusqu'au col de Itzulegi, au pied du Gorramendi, sous quelques petits flocons. Une surprise nous y attend : une bergerie toute neuve avec tables et bancs. Et c'est justement l'heure du picnic, vite sorti. Dégustation de vin, de biscuits, de chocolat, café et, du délicieux gâteau au chocolat de Jacques C.

Pas de chauffage … Pas de sieste … donc vite repartis aussi … Le ciel laisse encore tomber ses légers petits flocons …

 

ARISKUN ( 275m ). ITZULEGI LEPOA ( 700m ).Vallée du Bastan. 23 novembre 2015.
ARISKUN ( 275m ). ITZULEGI LEPOA ( 700m ).Vallée du Bastan. 23 novembre 2015.
ARISKUN ( 275m ). ITZULEGI LEPOA ( 700m ).Vallée du Bastan. 23 novembre 2015.
ARISKUN ( 275m ). ITZULEGI LEPOA ( 700m ).Vallée du Bastan. 23 novembre 2015.

Après un peu de route, c'est un petit sentier que nous empruntons pour redescendre. Court arrêt sous un petit bois de gros arbres près d'une étable avec quelques vaches. L'odeur n'incite pas à s'y attarder !

ARISKUN ( 275m ). ITZULEGI LEPOA ( 700m ).Vallée du Bastan. 23 novembre 2015.
ARISKUN ( 275m ). ITZULEGI LEPOA ( 700m ).Vallée du Bastan. 23 novembre 2015.
ARISKUN ( 275m ). ITZULEGI LEPOA ( 700m ).Vallée du Bastan. 23 novembre 2015.

Arrivée à Amaiur. Visite du « gaztelu « ( château ).

ARISKUN ( 275m ). ITZULEGI LEPOA ( 700m ).Vallée du Bastan. 23 novembre 2015.
ARISKUN ( 275m ). ITZULEGI LEPOA ( 700m ).Vallée du Bastan. 23 novembre 2015.

Retour à Ariskun par un joli petit chemin

caillouteux,

boueux,

feuillu,

mouillu,

glissu

le long d'un petit ru ...

ARISKUN ( 275m ). ITZULEGI LEPOA ( 700m ).Vallée du Bastan. 23 novembre 2015.

Arrivés aux voitures,

Il y a de la pluie dans l'air ...

Mais Danièle V. fête son anniversaire

Le banc tout proche est vite couvert

par  gâteau, cidre, serviettes, verres

Merci à Jacques qui nous a fait connaître ce très agréable parcours.

A refaire au printemps et sous un beau soleil de préférence.

Nous avons parcouru 15,5 km pour un dénivelé de 580 m en 4 h 50 mn.

Madosita.

 

Les photos :

Mado.

Repost 0
21 novembre 2015 6 21 /11 /novembre /2015 16:49

Dans la vallée de Baïgorry, la route se faufile dangereusement entre les maisons d'Hôtes réputées pour leur tranquillité et les piscicultures où abondent les truites élevées au naturel. On passe dans le village de Banca d'où serait originaire la femme d'un célèbre chef gaulois, appelée Bonemine pour cette raison.

 Les Aldudes vers Urruska ou Urrichka. Jeudi 19 novembre 2015.

Enfin, on arrive dans la bourgade Les Aldudes, sur la place de l'église qui sert à jouer à la pelote les jours de liesse (370 m). Les autres jours, à parquer les voitures et à enfiler les grosses chaussures, assis sur des murets bien pratiques.

Nous sommes 15 dont 2 nouveaux. Signalons le forfait de C. victime d'une trop brusque extraction de voiture dès Bassussary.

Il fait doux et beau. Quelques nuages naviguent au loin.

La route aux abords de la culée rive droite du pont est réparée. M. le Maire se promène incognito, contrôlant les travaux de taille de la glycine d'un considérable jardin dans lequel se morfond un pottok esseulé. Tout est calme dans cet endroit de rêve.

 Les Aldudes vers Urruska ou Urrichka. Jeudi 19 novembre 2015.
 Les Aldudes vers Urruska ou Urrichka. Jeudi 19 novembre 2015.
 Les Aldudes vers Urruska ou Urrichka. Jeudi 19 novembre 2015.

En avant sur une petite route qui longe la Nive vers l'aval. On avale la ferme Miguelenea et on commence à monter sur de beaux chemins jusqu'au col de Berdaritz (685 m).

 Les Aldudes vers Urruska ou Urrichka. Jeudi 19 novembre 2015.

Nous y admirons le paysage et surtout la borne 117. Il est l'heure de la banane. Moto, voitures, remorque à chiens.

 Les Aldudes vers Urruska ou Urrichka. Jeudi 19 novembre 2015.
 Les Aldudes vers Urruska ou Urrichka. Jeudi 19 novembre 2015.
 Les Aldudes vers Urruska ou Urrichka. Jeudi 19 novembre 2015.
 Les Aldudes vers Urruska ou Urrichka. Jeudi 19 novembre 2015.

Il suffit de tourner à droite pour accéder en un moment à la borne 116, faite de parpaings, puis au sommet Urruska (990 m) où trônent la mugarri 115

 

 

 Les Aldudes vers Urruska ou Urrichka. Jeudi 19 novembre 2015.

et un cairn, ce dernier inscrit au patrimoine mondial par l'Unesco…

Au cours de cette montée, le regard est resté en équilibre entre le Baztan et la vallée des Aldudes, deux mondes si différents et pourtant si semblables. Il nous faut rester prudents pour éviter quelques branches basses de hêtres, plantés comme piquets d'un slalom géant parmi les fougères et l'herbage. Des replats restes de redoutes ?

 Les Aldudes vers Urruska ou Urrichka. Jeudi 19 novembre 2015.
 Les Aldudes vers Urruska ou Urrichka. Jeudi 19 novembre 2015.
 Les Aldudes vers Urruska ou Urrichka. Jeudi 19 novembre 2015.

Quelques gouttes viennent saluer notre arrivée en ce lieu magique. La bruine ne dure pas et le coin repas est vite installé à côté de la kitchenette d'où parviennent des bruits de découpe et de bouchon qu'on fait discrètement sauter.

Le mobilier de la salle à manger est sommaire mais confortable. La carte au goût de chacun. Il y a de la kilocalorie au dessert. Joyeux anniversaire N. ! Nos vœux les plus sincères N. ! Et que tu ne chutes pas une deuxième fois !

 Les Aldudes vers Urruska ou Urrichka. Jeudi 19 novembre 2015.
 Les Aldudes vers Urruska ou Urrichka. Jeudi 19 novembre 2015.
 Les Aldudes vers Urruska ou Urrichka. Jeudi 19 novembre 2015.
 Les Aldudes vers Urruska ou Urrichka. Jeudi 19 novembre 2015.

Pas de sieste car la nuit tombe vite. Direction le col de Pago Zelhay (888 m). La descente permet d'observer de curieux blocs de terre rouge, friable ; et aussi la ruine intéressante d'un énigmatique fourgon qui revient à son état d'équilibre d'oxyde.

Retour sur nos pas, à travers bois, sur un sentier légèrement descendant qui prend la direction de Berdaritz.

 Les Aldudes vers Urruska ou Urrichka. Jeudi 19 novembre 2015.

Au grand dam de M., un petit crochet vers Urruskako borda. Une famille y tient plus ou moins gîte et couvert.

L'AIEULE N'EST PAS SUR LA PHOTO ......

L'AIEULE N'EST PAS SUR LA PHOTO ......

L'aïeule, charmante, fait partie du Front de Libération des Brebis. Elle reçoit dans sa lutte le concours de 2 chiens futés aux yeux bleus. Son homme manie un tracteur contorsionniste comme personne, disposant le fumier exactement où il le désire, entre 2 blancs de poireaux, sans abîmer les parties vertes. Toujours ce soupçon de quiétude indéfinissable puisque le vol du temps est suspendu.

 Les Aldudes vers Urruska ou Urrichka. Jeudi 19 novembre 2015.
 Les Aldudes vers Urruska ou Urrichka. Jeudi 19 novembre 2015.

Nous repassons à Berdaritz pour prendre une piste qui conduit en direct à la place de l'église. A la sortie de la forêt, dans chaque lacet, contemplation de la vallée et des hameaux, ensoleillés. Au début du goudron, à la barrière de barbelés, nous rencontrons 2 savoureux personnages. Le motard du matin qui a du mal à reconnaître notre guide et un ennemi déclaré des ajoncs dans les prés. Le béret basque se perd au profit du casque et du bonnet de coton . C'est pitié, mais c'est comme ça !

Retour à Bayonne. Tout le monde connaît ce temps mort propice aux bâillements.

 

Merci à Anita pour le beau parcours émaillé de rencontres minérales, végétales, animales et humaines.

Une nouvelle fois, voilà comment on passe le temps à BA, dans l'effort et la bonne humeur.

12,5 km : + 800 m.

Jean-Louis L.

 

Photos :

Jean-Michel.

Mado.

Repost 0