Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 novembre 2013 2 12 /11 /novembre /2013 16:08

Un groupe d' amis, composé de 9 amies, de 2 de leurs amies : DANY et DANIELE et de 2 " pauvres hères " submergés, est parti  d ' OSTABAT, à contre courant du chemin de COMPOSTELLE ;

 Les amies limaçonnant en babillant sur  un chemin encaissé, pierreux, très agréable.

Chapelle Haranbeltz.

Chapelle Haranbeltz.

Une heure plus tard, nous arrivions à la chapelle d' HARANBELTZ, située sur le chemin ;

 propriété indivise des quatre maisons du hameau depuis l'origine : celles ci ayant dû, à la révolution, racheter à l'état leurs biens préalablement confisqués !

Une association, comprenant une partie des indivis et des membres extérieurs en a entrepris la restauration, il y a quelques années.

Des touristes aux  CHAPELLES  d ' HARANBELTZ et de SOYARCE. Stèle de GIBRALTAR. 7 novembre 2013.

Elle est dédiée à ST NICOLAS qui était né à PATARA ( aujourd'hui en TURQUIE ) !

Une adorable " tête de TURC " qui, dans le NORD et l' EST de la FRANCE, nous apportait, avec l'aide de son âne, les cadeaux de fin d'année.

Il devait être supplanté ensuite par le PERE NOEL ( beaucoup plus rapide avec ses rennes...: progrès de la vitesse et, surtout, du marketing de Coca Cola ! )

 

Cette magnifique chapelle est toute en bois : même les panneaux en " marbre ", le chandelier .....

Elle a gardé ses couleurs d'origine car elle n'a pas été repeinte mais nettoyée au coton tige !

 

Des touristes aux  CHAPELLES  d ' HARANBELTZ et de SOYARCE. Stèle de GIBRALTAR. 7 novembre 2013.
Des touristes aux  CHAPELLES  d ' HARANBELTZ et de SOYARCE. Stèle de GIBRALTAR. 7 novembre 2013.

A part  ST NICOLAS, représenté notamment ressuscitant les 3 enfants du saloir, ST JACQUES, bien sûr, ST PIERRE, ST PAUL, ST JEAN, ST LUC .... mais pas ST JEAN LUC  qui , ce jour, aurait mérité une prière d'action de grâces !

....sans doute est-il  dans le tableau de la VIERGE à l' ENFANT, avec un petit air malicieux, semblant écarter et plonger dans le corsage de sa maman !

 

Pas de  Saintes  JO, ANNIE , TXITA, MICHELE … à moins qu'elles ne soient représentées par le PELICAN ( symbole d'éternité ) ; par les chérubines sortant du saloir ....

 

Pas de STE GISELE, non plus ; mais, nous l'avons reconnue dans la COLOMBE : trait d'union entre ST NICOLAS et le CHRIST en croix ( évocation du ST ESPRIT ) : ce jour :  trait d'union avec JEAN PIERRE BRISSET, membre de l'association qui nous a passionnés pendant 1 h 15

 

Des touristes aux  CHAPELLES  d ' HARANBELTZ et de SOYARCE. Stèle de GIBRALTAR. 7 novembre 2013.
Des touristes aux  CHAPELLES  d ' HARANBELTZ et de SOYARCE. Stèle de GIBRALTAR. 7 novembre 2013.

 

Après 50 minutes de marche, nous arrivions à la chapelle de SOYARCE pour un déjeuner sur l'herbe, au soleil, avec une vue magnifique .

Après un petit coucou téléphonique à ANITA pour la féliciter, une descente raide ( qu'il allait falloir remonter ) pour atteindre la stèle de GIBRALTAR, toute en symboles : point de rencontre des voies de TOURS, de VEZELAY et du PUY du Chemin de COMPOSTELLE .

Des touristes aux  CHAPELLES  d ' HARANBELTZ et de SOYARCE. Stèle de GIBRALTAR. 7 novembre 2013.

Au retour, à la chapelle de SOYARCE, voulant immortaliser cette journée, nous avons demandé à un monsieur, assis devant la chapelle de nous prendre en photo : MATTIN  ERREKART, que notre COLOMBE connaissait, par son mari ! , avec une verve inépuisable, beaucoup d'érudition et d'humour, nous a conté l'histoire :

- du lieu depuis les Romains

- de l'original de la statue, vendue à l'évêque pour 20 messes ! ;

- de l'ERMITAGE qui existait à SOYARCE, de ses ermites probablement visités, le soir à la chandelle, par  de jolies pèlerines ...

Ils faisaient sonner les cloches pour éloigner la tempête ...

 ( il faut remarquer que le ciel était devenu menaçant et qu'il s'est ensuite remis "au beau " ! 

effet de membres de notre groupe ???   );

- d'une source miraculeuse, un peu plus haut, qui guérissait les maladies de peau … mais, malheureusement, pas les genoux, les épaules … Dommage pour certaines  !

 

Tout comme avec J P BRISSET , nous aurions volontiers prolongé ce moment ...

 

Ce fut donc un belle journée très agréable et instructive.

 

RENDEZ VOUS IMPORTANT :

 

JEUDI, les ANNIE du groupe ont prévu de nous REGALER !

Suffisamment pour que nous les canonisions ???

Paul D.

 

Les photos de Jean-Luc : lien

Partager cet article
Repost0
27 octobre 2013 7 27 /10 /octobre /2013 11:06

Visite des tulou dans le Fujian (face à Taiwan)

 

  

La Fourmi à Fujian. Octobre 2013.

Le Fujian est une province connue pour avoir alimenté toute la diaspora chinoise qui s’est installée en Malaisie,Taiwan, Singapour, Philippines voir beaucoup plus loin encore ( Jamaique, Australie) pour sa grande ville portuaire Xiamen (porte d’en dessous) mais aussi pour ses montagnes de l’arrière-pays  qui abrite ces fameuses constructions en terre en pays Hakka : les tulou.

Les Hakkas sont une minorité venant du nord-ouest de la Chine  ayant fui les invasions des barbares d’Asie mineure  sous la dynastie des Song du sud (1127-1279) et qui se sont installés dans le Fujian .

La Fourmi à Fujian. Octobre 2013.

Ils ont joué un rôle dans la révolte des Taiping (1850-1864) dont la plupart des chefs étaient des Hakkas.

Les tulou sont d’énormes constructions communautaires en terre. Au départ, véritables forteresses, elles sont uniques en Chine et certaines sont classées par l’Unesco. La plupart sont rondes mais on trouve des carrées, des rectangulaires et quelques rares ovales, voir hémisphériques. On peut les voir comme des ancêtres de HLM puisque plus de 200 familles y vivent, la plus grosse que j’ai visitée abritait jadis  environ 1000 personnes.

Il reste environ  30 .000constructions de ce type, certaines en très mauvais état, un peu délaissées par les jeunes aujourd’hui, certaines profitent du tourisme pour louer quelques chambres ( il faut aimer le rustique et l’ultra- basique !!! ) et la visite décoiffe parfois !. Les plus vieux visités datent de 700 ans.

La Fourmi à Fujian. Octobre 2013.

Comment ça marche ?

On y rentre par une porte carrée. Au rez-de chaussée, on trouve les cuisines, chaque famille y possède un local exigu souvent avec un puits, parfois on cuisine dans la cour. Au 1° étage, on a les entrepôts, grenier à riz ou légumes secs, les chambres sont au dernier étage. Chaque famille ou clan possède une chambre.

Dans la cour centrale, on peut trouver le temple dédié au culte des ancêtres, une salle de réunion, une école, une salle des fêtes selon les différents tulou .

Les volailles en liberté partout font partie de la visite, parfois assurent le spectacle improvisé. Les gens sont très accueillants et nature. C’est souvent, il faut le dire, un capharnaüm indescriptible, une hygiène inconnue, les antennes paraboliques trônent entre les citrouilles abandonnées et les lessives mais le spectacle est toujours bon enfant. C’est la Chine profonde, celle qui nous étonne, celle qui nous enchante, celle qui nous apprend le plus sur elle-même.

 

La Fourmi à Fujian. Octobre 2013.

De quoi vivent- ils ?

Le riz y est omniprésent, les Hakkas sont un peuple travailleur, ils ont édifié beaucoup de rizières en terrasses, on y cultive aussi le thé, notamment le Oolong et les fruits tels les kakis ( qu’ils vendent frais ou qu’ils font sécher dans des fours ), les pomelos, les ananas et à présent le tourisme qui représente un atout financier non négligeable. Les entrées aux tulous sont payantes .

Comme partout en Chine des infrastructures hôtelières sont en train de voir le jour pour accueillir le tourisme de masse. Il en sera bientôt fini de la campagne encore paisible. Profitons vite !!!

Les kakis du Fujian.
On pèle les kakis, séchés au soleil, puis au four, re-soleil, aplatis, re-fou
r.

 

 

Séchage des kakis.

Séchage des kakis.

Françoise M.

Plus de photos : lien

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 17:46

Dans le même sillage que Xidi, à quelques kms à l'ouest, on trouve un petit village tout aussi typique . Dans un enchevêtrement de ruelles, j'y découvre de riches maisons blanchies à la chaux, anciennes résidences de marchands des clans Cheng, Zong et Ye.

La FOURMI à NANPING

Ce village est devenu célèbre depuis que Zhang yimou y a tourné son film Ju Dou avec la très belle Gong Li dont on peut admirer quelques photos souvenirs dans la maison commune (équivalent mairie).

 Zhang yimou.

Zhang yimou.

On raconte dans le village que lorsque Zhang yimou est venu repérer les lieux, les villageois méfiants qui n'ont connu rien d'autre que leur village, l'ont pris pour un voleur et l'ont emmené de force à la police. Depuis, les étrangers sont mieux accueillis !
 

Des bois sculptés magnifiques, des cours et des décors qui méritent ce petit détour .

Des bois sculptés magnifiques, des cours et des décors qui méritent ce petit détour .

La FOURMI à NANPING

On y accède par un vieux pont de pierre en forme de serrure (chinoise) un détail auspicieux là encore pour symboliser la richesse.

Photos : lien

Partager cet article
Repost0
23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 17:35

Dans un décor de montagnes, le Huangshan est tout proche, ( une des 5 montagnes sacrées de Chine) et de vallées verdoyantes où les forêts de bambous et les plantations de thé se disputent le territoire cette province de l’Anhui ne manque pas de charme.

On y trouve des villages ravissants ( échappés miraculeusement aux destructions de la révolution culturelle ) dont beaucoup sont classés au patrimoine UNESCO, Xidi en est un bel exemple. L’Anhui était une région de marchands (principalement sous les dynasties Ming et Qing) faisant commerce du bois, du sel et du thé et même prêteurs sur gage quand la fortune leur souriait.

La FOURMI à XIDI. Septembre 2013.

Ces marchands restaient très attachés à leur village et au clan dont ils étaient issus ; faisant fortune, ils y faisaient alors construire de belles maisons d’une architecture bien spécifique. C’est ainsi qu’ici le village appartenait au clan des Hu, descendants du fils ainé du dernier empereur Tang qui s’y établit. ...Hu jing tao ?? en est il un ?

 

  

La FOURMI à XIDI. Septembre 2013.

Murs blancs surmontés par des toits de tuiles grises, pignons en forme de tête de cheval qui servaient de pare-feu, la maison possède une ouverture en son toit générant un puits de lumière sur une cour intérieure tout en assurant une meilleure sécurité pour d’éventuels voleurs .Les différentes pièces sur deux niveaux richement ornées de panneaux de bois sculptés s’articulent autour de cette cour.

A l’extérieur les entrées sont décorées par des linteaux sculptés .Les portes sont flanquées de décorations auspicieuses : tambours de pierre, miroirs de pierre, sculptures et miroirs pour détourner les mauvais esprits.

La FOURMI à XIDI. Septembre 2013.

Le village constitué de 200 maisons environ est formé d’un dédale de ruelles quasi labyrinthique où serpente un petit cours d’eau ( bien utile pour le quotidien…salle de bain, lavoir, terrain de jeu des canards ).A l’entrée du village trône un portique gigantesque ou paifang qui fut érigé sur volonté de l’empereur accordant prestige à des individus méritants du village.

Ces villages merveilleux de l’Anhui ont servi de décor pour les films de Zhang Yimou ou d’Ang Lee ( tigre et dragons ) et de nombreux étudiants et artistes en devenir couchent sur le papier ces précieux témoignages d’une Chine intacte, encore à l’abri des bulldozers…mais pour combien de temps ?

Loin du tumulte des villes grouillantes, j’ai particulièrement goûté cette évasion, j’ai dormi dans une vieille auberge vieille de 400 ans au doux nom du » paradis des cochons « . Je craignais un peu la rusticité locale et l’étymologie ….mais l’expérience valait bien quelques frissons !

C'était chouette !

La FOURMI à XIDI. Septembre 2013.

Les photos :

lien

Partager cet article
Repost0
22 septembre 2013 7 22 /09 /septembre /2013 10:07

ANHUI .

La campagne à 4H de route au sud de Nanjing. Escale à Xidi

  6h du matin, le coq a déjà sonné le réveil  depuis longtemps et les cochons réclament leur petit déjeuner à grands cris, déjà le village s’est animé depuis la pointe du jour dans une brume environnante, promesse d’une belle journée.

00-lessive-matin.jpg

Les femmes sont à la lessive dans le ruisseau qui traverse le village et les hommes partent au champ.

01-etalage-coton-petit-matin.jpg

Une villageoise visiblement surprise par ma présence étale au soleil sa maigre récolte de coton et une poignée de haricots ; une autre, palanche sur l’épaule portant deux seaux remplis d’un liquide brun, longue canne ( terminée d’un récipient en bambou ) à la main s’avance vers son jardin.

02.engrais-humain.jpg

 

 

 

Je l’observe intriguée arroser ses légumes puis, à l’odeur pestilentielle, je comprends que les techniques de fertilisation ancestrales ont encore cours.,Ici, les légumes sont bio de chez bio, l’engrais est humain et naturel !  De  toute façon je n’ai pas vu d’égouts…


 

 

 

 

 

04-hommes-actifs.jpg

 

 

 

 

 

C’est la fin de l’été, le ciel est bleu, les paysans  s’activent à la récolte du riz, les antiques machines à battre rythment le travail tel les battements de cœur ; le champ est l’organe essentiel  ici. Les tiges seront assemblées en bottes et serviront pour allumer le feu.

 

 

 

 

03-etalage-riz-cour.jpg

 

Partout les moindres surfaces planes : cour de maison, cour d’école, portion de route même sont dédiées au séchage du riz, qu’un râteau en bois vient étaler et retourner de temps en temps.

 

 

 

 

Françoise M.

Autres photos : link

Partager cet article
Repost0
20 mai 2013 1 20 /05 /mai /2013 13:33

TONGLI.

00.village-eau

A presque 3h de route de Nankin, dans les environs de Suzhou ( la Venise chinoise) dans le bassin du Yangzi, on trouve un entrelacs de canaux  et des villages ravissants. Maisons aux façades blanchies à la chaux, toits de  tuiles grises, barques glissant au fil de l’eau dans une atmosphère paisible, loin des trépidations des villes nouvelles .

01.barque-arche

Ces villages conservent, une architecture traditionnelle, des ponts en dos d’âne  permettent d’enjamber les canaux, ceux-ci, ombragés par des saules gigantesques, sont particulièrement esthétiques et participent au charme incontestable du lieu .

02.pains-vapeur

Les ruelles sont bordées d’échoppes, de popotes de rue plus ou moins engageantes.

03.linge-seche.jpg

Le linge sèche en plein air, les gens font la lessive ou la vaisselle dans les canaux : rien d’excitant me direz-vous et pourtant c’est  cette Chine que j’aime voir, au plus près des gens, cette Chine qui disparaît avec son charme si particulier dans les mégalopoles d’aujourd’hui.

Aujourd’hui il reste une trentaine de ponts dos d’âne sur les cinquante existants.

Françoise M.

Plus de photos : link

 

 

Partager cet article
Repost0
14 mai 2013 2 14 /05 /mai /2013 18:26

03.princesse.jpg

La vie à Nankin se dessine peu à peu. Les premiers jours furent assez pénibles, se sentir parachuté dans une terre inconnue sans aucune aide n'est pas très agréable . Autant on s'adapte vite à Pékin car on trouve tout dans son quartier, autant ici c'est la galère .
Rien en anglais et le mandarin de la capitale a parfois des notes exotiques. En plus, si c'est baragouiné par un diable d'étranger .
Nankin est une ville peu touristique et les étrangers sont source d'étonnement mais les gens sont plutôt gentils .
Il faut dire que nous habitons une zone nouvelle près du stade olympique ( les jeux de la jeunesse asiatique  prévus en août 2014) en pleine construction. Les grues barrent l'horizon et on plante des forêts  à chaque coin de rue ( véritable prouesse pour ce qu'un pépiniériste français aurait trouvé impossible ) du jour au lendemain.


04.lac-sur-colline.jpg Si la France se meurt dans son immobilisme, ici le rouleau compresseur est en marche  et les chamboulements énormes éloignent de plus en plus l'idée qu' on se faisait de la ville chinoise : ses ruelles, ses petites boutiques, les petites échoppes, les popotes de rue, les marchés de quartier ... Bref, cette Chine  au charme que j'adore . Il va falloir gratter de plus en plus  pour accéder à cette image  car si  c'est pour n'avoir que supermarchés  et galeries marchandes de luxe à la gloire de Rollex, Cartier  et toutes  ces enseignes mondiales ( zara, HM  Mc Donald qui nous assaillent où que nous soyons, le voyage n'aura plus d'intérêt et le rêve fera pschitt .


05.lac-Xuanwu.jpg Nankin est cependant  une ville agréable et verte. Une pluie fine et un ciel gris pendant quelques jours ne m'a guère remonté le moral  et l'envie de repartir à Pékin illico est vite née, d'autant plus que Pierre de son côté devait faire face lui aussi à toutes sortes de tracasseries en plus de son installation provisoire des bureaux avec pour seul personnel  sa secrétaire, heureusement dynamique et efficace. Bonjour l'ambiance ! ! !
Tout est difficulté : toujours pas de voiture, pas de professeur de chinois... Il faut du temps alors qu'on n'a qu'une envie : s'installer au plus vite pour en profiter. On s'initie au Tai chi dans le jardin avec un groupe de chinois et un jeune prof,  ce qui nous vaut qq fous rires tant nos enchaînements pourtant lents font pitié.
Il semble fortement évident que les sorties et dérivatifs vont être vite limités et qu'il faudra rapidement explorer les environs d'où l'importance d'avoir un véhicule.
J'ai enfin pu entrer en contact avec qq expatriés. La communauté est très réduite et dispersée mais le peu de contact que j'ai eu a donné un coup de fouet au moral. J'ai intégré un petit groupe (franco sino allemand !! ) de joueuses de mahjong, rencontré une peintre Chinoise qui a exposé en France et que je dois revoir assez vite.
Les grosses chaleurs arrivent. Déjà 33° au programme aujourd'hui, hier 32°. On dégouline et il faut avoir recours à la clim au moins la nuit pour bien dormir.

Je reprends la plume ... après qq découvertes intéressantes et qq pistes prometteuses, du coup la machine est relancée .
Je viens de réserver mon billet retour pays basque pour cet été : arrivée le 26 juin jusqu'au 2 sept. Déjà il faut programmer les visites, les r.v santé .
Voilà les nouvelles, un peu en vrac, c'est vrai. Inutile de vous dire qu'on aimerait bien vous lire aussi. Je vais reprendre mes reportages bientôt.
Françoise M.
Partager cet article
Repost0
1 mai 2013 3 01 /05 /mai /2013 17:59

Nanjing fin avril 2013.

 

Déjà l'été !

 
Nous prenons doucement nos marques à Nankin .Notre déménagement est arrivé avec nous et nous nous sommes vite installés. L'appartement est grand , mieux orienté  et j'ai hâte d'aller acheter des plantes vertes pour mettre de la couleur et de la vie.
Nous habitons un équivalent de "la défense", grand chantier de tours  près du stade olympique. Comparé à, c'est un peu désert . Côté ,on a fait un bond : le thermomètre tourne autour de 30 degrés.00.nanjing1
Ces deux derniers jours, on a pris quelques repères au centre ville et dans le vieux quartier autour du temple de Confucius :ce dernier nous a enchanté malgré l'affluence du grand week-end  du 1° mai .De grands platanes, datant de l'époque coloniale, procurent une promenade ombragée et une  verdure  bien agréable. C'est une autre Chine qui s'offre à nous ,les Lao Wai (,étrangers,) focalisent les regards  et les menus ne sont souvent écrits  qu'en chinois :,on n'est plus dans la capitale !!Il va falloir travailler dur ....même pour se nourrir !!01.nanjing2.jpg
Autant la ville nouvelle nous a laissé indifférents autant la vieille ville avec ses étals et les popotes des rues  ses micro-boutiques, nous ramène à la Chine qu'on aime. On est bien loin des trépidations de la capitale. Le métro est désert et les places assises ne manquent pas ...l'impensable à Pékin.


02.nanjing3.jpg Nos premières impressions sont plutôt positives bien que j'anticipe un peu la limitation de mon l'horizon, côté sorties et centres d'intérêt .... mais il faut prendre le temps, reconstruire une autre vie  et des contacts nouveaux ... On sait faire mais ce n'est jamais immédiat.

 

Les photos de Françoise M. : link

Partager cet article
Repost0
6 avril 2013 6 06 /04 /avril /2013 15:56

 

Dali.

Dali était autrefois la capitale du royaume de Nanzhao : un royaume Tibéto Birman qui a échappé longtemps à l’empire Chinois mais envahi au 13° siècle par les Mongols.

La minorité ethnique la plus importante est celle des Bai, l’architecture de leurs maisons est caractéristique.00.lac-pagode

Son climat agréable et son cadre magnifique ( lac Erhai, les monts Cangshan ) en font une destination prisée.

Dali est célèbre aussi pour ses marbres blancs et noirs dont le polissage évoque le yin et le yang ou les pics noirs s’élevant dans la brume si bien rendus dans la peinture à l’encre.

 

 

 

 

 

 

Les trois pagodes, la plus grande du 9° siècle atteint 70m de haut et possède 16 étages.

01.pagodes

02.jeunefillebai

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

               Jeune fille Bai.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Immense temple Bouddhique sur fond de montagnes.

03.templeboudhique

                                                     Et le lac Erhai.

04.lac-erhai


 

La pêche au Cormoran.

 

La pêche au cormoran est une technique longtemps utilisée au Japon depuis plus de mille 05.peche-cormoranans et aussi en Chine. N’étant pas très rentable, elle est devenue une attraction touristique notamment sur le fleuve Li vers Guilin mais aussi sur le lac Erhai aux environs de Dali.

06.cormoran

 

 

 

 

 

 

 

 

Les cormorans sont dressés pour cette pêche en eau douce et un lien ligature le cou pour les empêcher d’avaler les gros poissons. Dès que l’un d’eux remonte un poisson le pêcheur muni d’une canne en bambou ou de l’épuisette oblige l’oiseau à se percher et à rendre son butin, puis « délicatement » !! il l’attrape par le cou pour le positionner sur sa barque et le récompense.

07.bateau-peche

 

Admirez la délicatesse du geste !!!  Et vas-y que je l’attrape par le cou !


08.cormoran-poisson

 

Deux cormorans ont saisi le même poisson (par les ouïes, intéressant non ? ), aucun ne lâchera sa prise

 

Ils ne veulent pas donner leur prise.09.pecheur-cormoran

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

10.plongeoncormoran

 

                                            On voit la ligature sur le cou.

 

11.madame-rame

Oui, c’est bien Madame qui rame et Monsieur qui boit après l’effort !

Les cormorans sèchent leur plumage.

 

Françoise, la fourmi.

Pour mieux voir les photos : link

Partager cet article
Repost0
10 mars 2013 7 10 /03 /mars /2013 17:06

  Les rizières du Yuanyang.

 

Depuis des générations, les Hani ont taillé dans le relief montagneux du Yunnan des rizières en terrasses .L’hiver, celles-ci sont mises en eau et constituent un paysage extraordinaire : un des plus beaux de Chine .

09.riziere2

On les appelle les rizières « miroir du ciel « car les nuages se reflètent dans l’eau, et si on a la chance d’avoir un crépuscule rougeoyant les rizières se parent de rouge.

08.riziere1

Le matin, celles-ci émergent lentement du brouillard et des nuages blancs, disparaissent à nouveau pour revenir avec plus d’éclat : un spectacle fascinant.

  Plus de photos de rizières à la fin de l'album : link

 

Chez les Hani.

 

06.autrecostume.jpg

 

04.habithani.jpgLes Hani ou Akha (chez les Thaï) sont une minorité d’origine Tibéto-Birmane, ils sont apparentés aux Yi. Ils sont réputés pour leurs rizières en terrasses, cultivent aussi le pavot.

 

 

 

01.vendeuse.jpg

 

 

Le costume traditionnel varie beaucoup selon les groupes ou les villages. Cependant ils sont tous très travaillés : ornés de perles, sequins, broderies et pièces de monnaie en argent dont les pièces françaises de l’ex Indochine

 


00.pieces

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On a visité un village un jour de marché, l’arrivée se fait dans un fleuve de boue … et c’est le plongeon dans un autre siècle. On est abasourdis par le spectacle, la pauvreté, le manque d’hygiène.02.boue.jpg

 

 

 

 

 

03.dentiste.jpg

 

 

 

 

 

 

Le dentiste officie dans la rue au milieu des stands : dans la rue sur un banc le papi se fait arracher quelques dents sans anesthésie, les enfants amusés regardent le spectacle .05.enfants.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

  Une bonne heure après le patient est toujours là, il crache du sang pendant qu'on lui sculpte un nouveau dentier.

 

 

 

07.cordonniere.jpg

 

 

 

 

 

Les magasins sont peu achalandés, la moindre dépense est bien étudiée : les chaussures ( beaucoup de pataugas ) sont recousues, rapiécées, la volaille est bien tâtée avant l’achat.

Les costumes des femmes sont très beaux et colorés ce qui contraste avec ceux des hommes très négligés.

 

 

 

 

 

 

 

Devant l’abord peu engageant des cuisines de trottoir, nous avons choisi le jeûne … On a quand même acheté une part de gâteau et quelques bananes pour un encas de fortune.

  Françoise M.

 

Les photos : link

 

 

Partager cet article
Repost0