Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 mars 2018 6 17 /03 /mars /2018 10:00

11 filles aujourd’hui.
C’est Carmen qui nous mène.

HALZAGERRI - GOROSPIL - ERIKOBORDA. Jeudi 15 mars 2018.
HALZAGERRI - GOROSPIL - ERIKOBORDA. Jeudi 15 mars 2018.

Des cabanes de Lapitxuri, nous sommes partis.

Longeant le ruisseau bouillonnant, nous montons tranquillement le large chemin serpentant dans la forêt encore dénudée.

HALZAGERRI - GOROSPIL - ERIKOBORDA. Jeudi 15 mars 2018.
HALZAGERRI - GOROSPIL - ERIKOBORDA. Jeudi 15 mars 2018.

Les crêtes de l’Halzamendi, nous les avons gravies accrochées à nos bâtons pour résister au vent violent qui nous bousculait, nous faisait zigzaguer.

HALZAGERRI - GOROSPIL - ERIKOBORDA. Jeudi 15 mars 2018.

Pour la banane, le petit abri d’un buisson dégarni.

Pas de sommets. Trop risqué.

HALZAGERRI - GOROSPIL - ERIKOBORDA. Jeudi 15 mars 2018.

Au col du grand arbre brûlé, Carmen a décidé de prendre l’étroit sentier sur le flanc du Bizkayluze côté ouest si je ne m’abuse …

Arrivé au bout, pas de Zuharreteakolepoa pour nous, mais descente par une pistouille, ouille, un peu de boue, bordée de houx.

HALZAGERRI - GOROSPIL - ERIKOBORDA. Jeudi 15 mars 2018.

Eriko borda … Piqueniquer, lézarder 1 heure, au soleil … Le bonheur !

Descente : chemin large en face de Gaïneko borda.

HALZAGERRI - GOROSPIL - ERIKOBORDA. Jeudi 15 mars 2018.
HALZAGERRI - GOROSPIL - ERIKOBORDA. Jeudi 15 mars 2018.
HALZAGERRI - GOROSPIL - ERIKOBORDA. Jeudi 15 mars 2018.

Une randonneuse, notes de musique a brusquement décidé d’ embrasser la terre mère et s’est retrouvée par terre. Attroupement, pansement et … en avant prudemment !

Sentier herbeux, moussu, étroit, bordé d’arbustes, des érythrones, des cailloux, anémones hépathiques, scilles printanières …

 

Arrivée à la clairière ...

15 km et 825 m.

 

 

ANEMONE HEPATHIQUE

Agréable randonnée en compagnie

De 10 jeunes amies

Heureuses d’enfin se retrouver

Pour bien papoter et ….

randonner.

Madosita.

 

Photos Mado.

CLIQUEZ sur la photo pour plus de renseignements sur l'anémone hépathique.

Partager cet article
Repost0
8 mars 2018 4 08 /03 /mars /2018 09:07

Le temps mitigé  ne décourage pas les 12 randonneurs bien motivés pour effectuer l'ascension du Jara.
Nous avons de fait un temps agréable entre soleil et vent au sommet.

JARA, 812 m, depuis Irouleguy.  Lundi 05 mars 2018.

Notre montons par la face sud, mieux exposée et moins raide, au départ d'Irouleguy.
Ça  grimpe tout de même assez fort par un chemin ne présentant pas de difficulté particulière, nous passons devant quelques fermes en leur environnement odorant, et des vignes comme il se doit.

JARA, 812 m, depuis Irouleguy.  Lundi 05 mars 2018.

Pause pour notre petit en-cas et souffler un peu avant de continuer par un agréable sentier à flan de montagne, puis opérer un contournement avant de reprendre une courte montée herbeuse vers la crête et le sommet hérissé d'antennes.

JARA, 812 m, depuis Irouleguy.  Lundi 05 mars 2018.
JARA, 812 m, depuis Irouleguy.  Lundi 05 mars 2018.
JARA, 812 m, depuis Irouleguy.  Lundi 05 mars 2018.

La vue est époustouflante au propre et au figuré à 360 degrés sur la plaine et montagnes comme le Goramakil, l'Artzamendi....et même  le Toutoulia et l'Ursuya...Au loin la neige est encore présente.

JARA, 812 m, depuis Irouleguy.  Lundi 05 mars 2018.

Nous amorçons la descente vers des zones moins exposées et l'abri de la cabane de chasseurs où  nous pouvons nous installer sous une véranda.

JARA, 812 m, depuis Irouleguy.  Lundi 05 mars 2018.
JARA, 812 m, depuis Irouleguy.  Lundi 05 mars 2018.

Nous déballons victuailles et boissons pour un repas convivial agrémenté d'un superbe panorama.

JARA, 812 m, depuis Irouleguy.  Lundi 05 mars 2018.
JARA, 812 m, depuis Irouleguy.  Lundi 05 mars 2018.

Il faut bien repartir par une piste sans difficulté qui nous permet de profiter du soleil et de la vue sur St Jean Pied de Port et son écrin de montagnes.
Retour aux voitures après 11 km et 620 m de dénivelé.
Excellente journée et merci à Jacques.
Marie-Claude M.

Les photos :
Jean-Louis.
Mado.

Partager cet article
Repost0
2 mars 2018 5 02 /03 /mars /2018 10:08
Crête HALZAGERRI - BIZKAYLUZE  depuis la cabane de chasseurs de Lapitxuri. Lundi 26 février 2018.

Départ du petit pont qui enjambe le ruisseau Lapitxuri ( Dantxaria ) en arrivant de Ainhoa.

Nous attaquons la montée vers la ferme Patzikoenborda en limite de la forêt.

Crête HALZAGERRI - BIZKAYLUZE  depuis la cabane de chasseurs de Lapitxuri. Lundi 26 février 2018.

Après cette montée assez raide, nous opérons plusieurs séances déshabillage, la météo nous ayant annoncé un grand froid, d'ailleurs bien ressenti avant de démarrer.

Crête HALZAGERRI - BIZKAYLUZE  depuis la cabane de chasseurs de Lapitxuri. Lundi 26 février 2018.

Pause banane histoire de patienter jusqu'au déjeuner.

Crête HALZAGERRI - BIZKAYLUZE  depuis la cabane de chasseurs de Lapitxuri. Lundi 26 février 2018.

On continue en terrain découvert sur la crête de l'Halzagerri en contournant le Gorospil et arrivons au col du Gorospil.

Crête HALZAGERRI - BIZKAYLUZE  depuis la cabane de chasseurs de Lapitxuri. Lundi 26 février 2018.

De là, vue imprenable sur le col des Veaux, l'Artzamendi, les Penas de Ichusi, ainsi que quelques monts emblématiques, au loin la Rhune, plus proche le Mondarrain etc ...

Crête HALZAGERRI - BIZKAYLUZE  depuis la cabane de chasseurs de Lapitxuri. Lundi 26 février 2018.
Crête HALZAGERRI - BIZKAYLUZE  depuis la cabane de chasseurs de Lapitxuri. Lundi 26 février 2018.
Crête HALZAGERRI - BIZKAYLUZE  depuis la cabane de chasseurs de Lapitxuri. Lundi 26 février 2018.

Longue marche sur les pelouses du Mont Bizkayluze en passant par le point culminant de 762m et descente vers la cabane des chasseurs près de Gainekoborda.

Crête HALZAGERRI - BIZKAYLUZE  depuis la cabane de chasseurs de Lapitxuri. Lundi 26 février 2018.

Pause repas au soleil, nous ne boudons pas notre plaisir.

Crête HALZAGERRI - BIZKAYLUZE  depuis la cabane de chasseurs de Lapitxuri. Lundi 26 février 2018.
Crête HALZAGERRI - BIZKAYLUZE  depuis la cabane de chasseurs de Lapitxuri. Lundi 26 février 2018.

Ensuite, descente directe par l'arête du Xara Handia à travers la forêt et quelques cailloux.

Au total, parcours de 13 kms et 660 m de dénivelé.

Nous terminons cette Journée, très attendue par les 11 participants après ces longues journées d'intempéries, en pleine forme et dans la bonne humeur générale.

Merci à Jacques.

Marie-Claude M.

Photos Mado.

Partager cet article
Repost0
1 mars 2018 4 01 /03 /mars /2018 09:11

 

ODE A LA MONTAGNE.

 

Souvent pour randonner des amies de mon âge

 

Prennent un sac à dos plein de petits trésors

 

Et marchent allègrement admirant au passage

 

Les fleurs de la montagne sublimant le décor

 

 

                    Au détour d'un sentier émergeant de la brume

Voilà le Mondarrain montagne d'Itxassou

Qui du haut de ses sept cent vingt mètres et des plumes ?

Veille sur le village et la Nive en dessous

 


 

Après les victuailles englouties sans attendre

Il est temps de descendre le sac bien plus léger

Le soleil a percé quelle joie de descendre

Vers le Pas de Roland il faut se diriger


 


 

Dernièr' pose au soleil en rond pour la photo

Des marcheurs inspirés et déjà requinqués

Auraient pu esquisser des pas de mutxiko

Avant de savourer un repos mérité.

 

Maïté M.

Les photos :

Alain R.

Mado.

Partager cet article
Repost0
2 février 2018 5 02 /02 /février /2018 16:45

Beaucoup de chance ce lundi car la météo a tenu ses promesses de grand beau temps, après la dissipation du brouillard.

BAIGURA ( 897 m ) – ERREGELU ( 865 m ) depuis la base de loisirs d’Hélette. Lundi 29 janvier 2018.
BAIGURA ( 897 m ) – ERREGELU ( 865 m ) depuis la base de loisirs d’Hélette. Lundi 29 janvier 2018.
BAIGURA ( 897 m ) – ERREGELU ( 865 m ) depuis la base de loisirs d’Hélette. Lundi 29 janvier 2018.
BAIGURA ( 897 m ) – ERREGELU ( 865 m ) depuis la base de loisirs d’Hélette. Lundi 29 janvier 2018.

Bien couverts malgré tout, les 11 randonneurs accompagnés et soutenus par Carmen, s'élancent à l'assaut du Baïgura, 897m, depuis la base de loisirs d'Hélette .

La montée jusqu'au sommet par un sentier à travers champs est raide, nous sommes bientôt obligés d'enlever plusieurs couches et de charger nos sacs en conséquence.

BAIGURA ( 897 m ) – ERREGELU ( 865 m ) depuis la base de loisirs d’Hélette. Lundi 29 janvier 2018.

Petite pause banane et séance d'orientation avec vue sur l'Ursuya, l'Artzamendi et la Rhune.

BAIGURA ( 897 m ) – ERREGELU ( 865 m ) depuis la base de loisirs d’Hélette. Lundi 29 janvier 2018.
BAIGURA ( 897 m ) – ERREGELU ( 865 m ) depuis la base de loisirs d’Hélette. Lundi 29 janvier 2018.
BAIGURA ( 897 m ) – ERREGELU ( 865 m ) depuis la base de loisirs d’Hélette. Lundi 29 janvier 2018.

L'arrivée au sommet et la vue dégagée à 360 degrés sont notre récompense.

Au loin les Pyrénées enneigées avec les pic d'Orhy, d’Anie et du Midi d'Ossau avec sa dent caractéristique.

BAIGURA ( 897 m ) – ERREGELU ( 865 m ) depuis la base de loisirs d’Hélette. Lundi 29 janvier 2018.
BAIGURA ( 897 m ) – ERREGELU ( 865 m ) depuis la base de loisirs d’Hélette. Lundi 29 janvier 2018.
BAIGURA ( 897 m ) – ERREGELU ( 865 m ) depuis la base de loisirs d’Hélette. Lundi 29 janvier 2018.

Nous continuons sur la crête ( Erregelu ) pour atteindre l'endroit idéal, au soleil, pour déjeuner, avec vue sur Helette et plus loin Mendionde.

Bien restaurés, nous reprenons le chemin et amorçons la descente par un sentier caillouteux puis plus doux à flan de la montagne que nous contournons.

Nous traversons une magnifique hêtraie qui nous donne envie de revenir en automne.

Puis, arrivée en douceur aux voitures tout en admirant les parapentistes qui profitent aussi du beau temps et du petit vent qui s'est levé.

Ces 10,5 km et 735 m de dénivelé nous ont donné des couleurs et l'espoir du beau temps pour la semaine prochaine.

Marie Claude M.

 

Les photos :

Mado.

Partager cet article
Repost0
21 janvier 2018 7 21 /01 /janvier /2018 13:14
ARROKAGARAY vu de la bergerie d'Annie B.

ARROKAGARAY vu de la bergerie d'Annie B.

Une très Belle journée s'annonce et notre petit groupe de 7 femmes, dont notre accompagnatrice Carmen, part en douceur depuis le Pas de Roland, quartier Laxia d'Itxassou, en direction du mont Arrokagarray.

Nous commençons par une petite montée sur route le long de la rive gauche de la Nive, qui a bien profité de l'abondance des précipitations.

Pas de Roland – ARROKAGARAY. Jeudi 18 janvier 2018.
Pas de Roland – ARROKAGARAY. Jeudi 18 janvier 2018.
Pas de Roland – ARROKAGARAY. Jeudi 18 janvier 2018.

Les moutons dans la brume au bord de la rivière nous offrent une jolie image de carte postale.

Nous passons sur l'autre rive, déjà bien réchauffées, pour commencer le contournement du mont en question.

Pas de Roland – ARROKAGARAY. Jeudi 18 janvier 2018.

Une piste sur la gauche va nous mener à une croix datée de 1749 et qui nous entraîne dans une discussion " du pourquoi et du comment ".

Retour par le même chemin car nous voulons éviter la boue .

Pas de Roland – ARROKAGARAY. Jeudi 18 janvier 2018.

Une jolie et large piste nous permet d'aller au sommet, tout en profitant de la vue sur Itxassou, son église et l'hôtel des Chênes, où on mange très bien, pour ceux qui ne connaissent pas .

Pas de Roland – ARROKAGARAY. Jeudi 18 janvier 2018.
Pas de Roland – ARROKAGARAY. Jeudi 18 janvier 2018.

La pause déjeuner s'étire au soleil, les discussions littéraires vont bon train, la vue est dégagée sur la côte brumeuse, le Baïgoura, l'Ursuya, le Mondarrain, l'Artzamendi et au loin le pic d'Orhy enneigé.

 

Nous reprenons tranquillement la route du retour avec le chien qui nous accompagne depuis le début et paraîtra désorienté lorsque nous reprendrons les voitures.

Cette fois les brebis rentrent au bercail.

Un petit tour pour admirer le Pas de Roland et nous nous quittons après 400m de dénivelé et 13 km.

Marie-Claude M.

 

Photos :

Danièle D, Marie-Claude M, Carmen.

Partager cet article
Repost0
17 janvier 2018 3 17 /01 /janvier /2018 16:57
 Lizuniako benta – Lizarnako borda. Lundi 15 janvier 2018.

( Photo empruntée à  Petite Rhune ... ).

 

Le col de Lizuniaga est un endroit très agréable pour changer de chaussures et faire ses besoins avant de s'élancer à l'assaut de la Rhune méridionale. Ce matin, l'imposante benta est fermée, les arbres n'ont plus de feuilles et le petit plateau herbeux est gorgé d'eau (227 m), tandis que le même vent du sud qui vient tout à l'heure d'écarter le reste de pluie, rappelle fermement aux 13 randonneurs qu'on est encore en hiver. Quelques plaques de neige survivent sur la Rhune.

 Lizuniako benta – Lizarnako borda. Lundi 15 janvier 2018.
 Lizuniako benta – Lizarnako borda. Lundi 15 janvier 2018.
 Lizuniako benta – Lizarnako borda. Lundi 15 janvier 2018.

Parcours calqué sur la frontière ou peu s'en faut, jusqu'aux ruines de la benta Negra (315 m). Belle vue sur le bassin de Sare et sur nombre de monts sombres ou blancs.

 Lizuniako benta – Lizarnako borda. Lundi 15 janvier 2018.
 Lizuniako benta – Lizarnako borda. Lundi 15 janvier 2018.

Le mur rocheux et épineux qui se dresse devant nous est évité habilement quand nous enquillons une large piste vers l'ouest, entrecoupée de torrents tumultueux qui descendent en hâte vers la Bidassoa.

 

 Lizuniako benta – Lizarnako borda. Lundi 15 janvier 2018.
 Lizuniako benta – Lizarnako borda. Lundi 15 janvier 2018.

Après, c'est un lacis de pistes et de chemins, d’embranchements, qui n'ont pour destination qu'un abri sûr pour notre repas. C'est ainsi que cheminant maintenant au soleil, nous pouvons passer en revue tous les lieux bien connus où chacun se rappelle plus ou moins clairement qu'ici il a mangé une banane, une omelette au cèpes, bu un café par temps de pluie, ou que par là, on arrive à telle mémorable venta. Mais oui, tu sais bien, en bas c'est Insola, en haut c'est Yasola. Regarde, derrière cet arbre, c'est Ziburu mendi. Et la petite Rhune sur ta droite. Ah, ça me dit quelque chose : ça monte pas mal de ce côté, alors que de l'autre c'est plutôt boueux !

Bon, nous sommes finalement sur la voie expresse appelée Arizmendi bidea.

 Lizuniako benta – Lizarnako borda. Lundi 15 janvier 2018.

Et au bout de ce chemin apparaît la cabane chasse-pêche-nature de Lizarnako lepoa (290 m). Elle est entourée de son parc planté d'arbustes en devenir et d'essences rares. Des tours de guet sont installées à proximité pour surveiller ce qui sera peut-être un jour l'équivalent de Central Park, quand Saint-Sébastien et Bayonne compteront ensemble 10 millions d'habitants, tous basques à béret, que Vera sera devenue un simple quartier équipé d'une station de métro, quand palombières et pantières seront installées en haut des gratte-ciel, quand la Rhune aura été rasée pour implanter des centres commerciaux monumentaux alimentés par une centrale nucléaire…

Le repas est préféré à l'intérieur, la porte et un des sabords ouvert.

Vins, gâteau. Chansons.Tout est bon à cette altitude, quand le manque d'oxygène exacerbe le goût.

Corvée de propreté. Tout est refermé scrupuleusement. Ne pas se fâcher avec les chasseurs qui sont gens placides par définition.

 Lizuniako benta – Lizarnako borda. Lundi 15 janvier 2018.
 Lizuniako benta – Lizarnako borda. Lundi 15 janvier 2018.

Il ne reste plus qu'à revenir à benta Negra en suivant nos petits cailloux GPS et en devisant de choses et d'autres ou de Cipango.

A partir de ce lieu, Jacques entend innover. Nous partons donc, à l'horizontale, sur une piste encombrée de branches abattues par les récentes tempêtes. Prudence, car nous finissons par foncer vers un talweg, voire un ravin, protégé par des clôtures anti-chute de bétail. Bien avisés, par un sentier qui vibrionne dans la pente boisée, en évitant soigneusement chaque pied-de-mouton farci au césium 137, nous rejoignons à travers les ronciers, plus bas, l'excellent Konderdiako bidea qui nous reconduit aux voitures, non sans que notre sens olfactif soit saturé par une odeur de chèvres et de cochon et que notre sens de l’ouïe soit agressé par une meute de clébards déjantés qui hurlent devant quelques chevaux blanchâtres et désœuvrés qui en chauvissent de plaisir.

Merci à Jacques pour la parfaite organisation. Journée pépère. Beaucoup de vœux. Promenade d'un pas alerte dans un air vif (ou le contraire).

Distance : 15 km. Dénivelé : 540 m.

Jean-Louis L.

 

Les photos :

Mado.

Partager cet article
Repost0
14 janvier 2018 7 14 /01 /janvier /2018 16:02

Nous étions 9 en partant...

Et, rassurez-vous ... neuf aussi à l'arrivée. D'autant plus que le chef nous avait annoncé une surprise à l'arrivée aux voitures !

Nous voilà donc partis d'un petit quartier de Vera de Bidasoa vers Lesaka par la montagne ...

 

 

 

 

 

 

Et il n'y aurait pas que la surprise du chef dans cette journée qui s'annonçait très belle, comme le laissait prévoir ce fin brouillard qui nous enveloppait dans nos premiers pas.

 

LEZAKA depuis Vera. 08 janvier 2018.

Très rapidement nous allions constater que le paysage était charmant malgré sa froideur. Et là, je vous parle de la neige qui couvrait si joliment les montagnes (la Rhune entre autres) et qui nous amenait ce petit air d'hiver.

 

LEZAKA depuis Vera. 08 janvier 2018.

Et imaginez vous que l'avant veille de notre arrivée il avait beaucoup neigé et que les ajoncs, qui avaient supporté ce poids, se pliaient maintenant vers nous, nous faisant une haie d'honneur un peu trop chaleureuse par moments. Mais avec le courage des montagnards, nous réussîmes à laisser derrière nous cette première épreuve et arrivâmes à un joli sentier.

LEZAKA depuis Vera. 08 janvier 2018.

Nous nous émerveillâmes de ces jolis yeux qui nous semblaient être sortis dans la nuit pour nous voir passer...

LEZAKA depuis Vera. 08 janvier 2018.

Et puis de cette créature étrange qui semblait habiter dans cet arbre...

LEZAKA depuis Vera. 08 janvier 2018.
LEZAKA depuis Vera. 08 janvier 2018.
LEZAKA depuis Vera. 08 janvier 2018.

Abandonnant nos rêveries, et suivant le chef, nous atteignîmes l'entrée d'une ferme, à côté de laquelle se trouvaient des tables en bois, qui, sans aucun doute, avait été placées là pour nous permettre de passer un agréable moment à ce moment de la pause de midi

LEZAKA depuis Vera. 08 janvier 2018.

Et c'est sous la tutelle de "Peňas de Haya" (les Trois Couronnes) que nous allions vivre ce premier repas rando de la nouvelle année. Vin et friandises (macarons, chocolats) étaient arrivés dans les sacs des randonneurs, des jolis récits à partager dans leurs bouches... Et pour clore la fête, une séance de pétards (arrivés par hasard dans les chocolats) qui nous amena un instant à notre enfance.

Le tout accompagné de l'orchestre des animaux de la ferme que nous réveillâmes sans aucun doute de leur sieste ou de leur sommeil hivernal.

LEZAKA depuis Vera. 08 janvier 2018.
LEZAKA depuis Vera. 08 janvier 2018.

Encore quelques photos souvenirs et nous quittâmes ce beau domaine pour revenir sur nos pas et prendre un peu plus loin le sentier de descente vers la ville de Lesaka.08.2

Après une descente un peu raide et boueuse, nous arrivâmes à la ville navarraise de Lesaka ( 2779 habitants, jumelée avec Ascain) d'abord longeant une grande usine d'Arcelormittal. ( Plus tard nous saurions par des habitants qu'elle est passée de 3000 à 300 personnes employés en ce moment.)

LEZAKA depuis Vera. 08 janvier 2018.
LEZAKA depuis Vera. 08 janvier 2018.

Nous continuâmes et rentrâmes dans le coeur de la ville : la mairie, le cours du ruisseau canalisé, les belles bâtisses.

LEZAKA depuis Vera. 08 janvier 2018.

Enfin, et c'est ce que l'on croyait, nous empruntâmes un petit sentier qui était censé nous amener, par la montagne, à notre point de départ. Mais cette tentative échoua quelques mètres plus haut face à un arbre déraciné nous bloquant le passage et nous obligeant à redescendre à la ville... pour emprunter (car notre guide Jacques a plus d'un "chemin" dans son sac !) la "Vía Verde". Cette voie, qui anciennement, était une voie ferrée, est maintenant une voie cyclable et pédestre très agréable à parcourir, malgré la proximité de la route de Pamplona.

Et arrivés aux voitures, comme promis, Jacques nous dévoila son secret : nous allions fêter son anniversaire. C'est ainsi que nous avons fini cette journée d'aventures en dégustant de bien savoureuses galettes accompagnées de bon cidre ...

Un grand merci à Jacques pour cette belle journée et encore bon anniversaire !

Parcours de 19 km et 500 m de dénivelée.

CARMEN.

Les photos de Carmen.

Partager cet article
Repost0
23 décembre 2017 6 23 /12 /décembre /2017 18:45

 

NOEL à la bergerie d'ANNIE B. 21 décembre 2017.
NOEL à la bergerie d'ANNIE B. 21 décembre 2017.

Pas d’âne, pas de bœuf, pas de Joseph ni de Marie

Dans cette superbe bergerie

Mais deux accueillantes Annie

Dédée, Anita et, si agréable compagnie …

NOEL à la bergerie d'ANNIE B. 21 décembre 2017.
NOEL à la bergerie d'ANNIE B. 21 décembre 2017.
NOEL à la bergerie d'ANNIE B. 21 décembre 2017.

Une bergerie bien décorée.

Un peu de marche pour la mériter.

Et pour bien déguster

Ces mets si bien préparés !

NOEL à la bergerie d'ANNIE B. 21 décembre 2017.

Boissons à volonté

Chansons pour terminer

Cette belle journée

Dans l’amitié.

 

 

Il y a toujours une fleur cachée

Sur un talus, dans les fourrés

Petite lumière

Même en hiver ...

 

Madosita.

 

 

«  Nos épines peuvent rebuter

Nos pétales peuvent cacher

Un coeur à découvrir

Dans un sourire

Un coeur qui sait aimer …

En toute amitié … « 

MGS.

 

Les photos :

Françoise M.

Jean-Michel.

 

 

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2017 6 16 /12 /décembre /2017 10:05

 

LE DECOR.

Ce lundi, jour de nos agapes de fin d'année, un très mauvais temps est au rendez--vous, la rando est annulée, mais pas le repas.

Nous voilà donc en route, les voitures chargées des 23 banquetteurs et des victuailles indispensables.

La cabane " réchauffée" et la table décorée par notre avant-garde nous accueillent dans une ambiance déjà festive.

Itzulegi.Repas de NOËL. 11 décembre 2017.

Nous nous installons rapidement pour savourer les mets et vins du moment.

 

MENU DU JOUR.

 

Entrées et plats de résistance confondus.

Itzulegi.Repas de NOËL. 11 décembre 2017.

 

Petits cadeaux en guise de trou normand

Plateau de fromages

Farandole de desserts :

Gâteau à l'anis

Fondant au chocolat

Clafoutis aux pommes

Mandarines pour se rafraîchir

Mention spéciale pour la tourte niçoise aux feuilles de blettes

 

Café et pousse- café avec un génépi des Alpes.

 

N'oublions pas les excellents vins rouges ou blancs.

Bordeaux dont un Grave blanc, Jurançon, Pacherenc et Côte de Bourg.

Que ceux que j'ai oubliés me pardonnent.

Conclusion digne de cette de cette année amicale et chaleureuse. 😚

À l'année prochaine.

Marie-Claude M.

 

Les quelques photos de

Maïté, Olivier, Mado.

 

Partager cet article
Repost0