Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 décembre 2019 5 13 /12 /décembre /2019 10:04
Repas de NOEL à Bidarray. Jeudi 12 décembre 2019.

 

 

Kir pour se mettre dans l’ambiance.


Et dehors, il tombe de l’eau !
On est bien au chaud !

Repas de NOEL à Bidarray. Jeudi 12 décembre 2019.
Repas de NOEL à Bidarray. Jeudi 12 décembre 2019.
Repas de NOEL à Bidarray. Jeudi 12 décembre 2019.

Repas de Noël, bon, copieux, apprécié des 36 convives, dans la grande salle du restaurant BARBERAENEA  à Bidarray.

Repas de NOEL à Bidarray. Jeudi 12 décembre 2019.
Repas de NOEL à Bidarray. Jeudi 12 décembre 2019.
Repas de NOEL à Bidarray. Jeudi 12 décembre 2019.

 

 

 

 

 

Chansons, rires … Distribution des cadeaux …
Et dehors, il tombe de l’eau !
On est bien au chaud !


 

 

 

Le Père Noël est passé avec sa bouteille de Patxaran …

Dans les yeux, un peu plus d’étoiles !


Et dehors, il tombe de l’eau !
On est bien au chaud !

Repas de NOEL à Bidarray. Jeudi 12 décembre 2019.

Et pendant ce temps là …

La pluie arrose l’Iparla !

 

 

Excellent choix d’Anita, une fois de plus !

Grâce lui soit rendue !

 

Et ce vendredi encore,

Le ciel veut battre son record.


Dehors, il tombe de l’eau !
On est bien au chaud !

Mais jeudi, il va faire beau !

On retrouvera Anita ...

 Madosita.

 

Commentaires :

" A l’extérieur pluie et grisaille avec un vent peu engageant. A l’intérieur plaisir et chaleur, et le souffle du vent remplacé par les chœurs des chanteurs ..." Alain R.

*****************************************************************************

Nous étions plus nombreux autour de cette table que la plupart du temps au départ des marches d'Anita !!!! Les participants étaient en meilleure forme et plus bavards à la fin de ce repas par rapport à l'arrivée des marches. Mais c'est peut être qu'une impression. !!!!!
Un grand merci à Anita pour son implication dans ce groupe.
Bonnes fêtes à tous.
Amicalement. Henry D B.

 

 

 

Les photos :

Alain R.

Jean Yves

lire le texte entre ses photos.

Olga

Mado.

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2019 1 09 /12 /décembre /2019 10:14

Bonjour aux amis randonneurs du vallonné du jeudi.
Nous étions tous (sauf 2) au RDV de ce jeudi 5 décembre à Marouette, dans l'attente de découvrir la nouvelle voiture d'Anita et de, faire ou refaire, pour certains la marche à partir du Cabo HIGER.

Pointe Biosnar depuis le Cap Figuier. Jeudi 05 décembre 2019.
Pointe Biosnar depuis le Cap Figuier. Jeudi 05 décembre 2019.

En arrivant au parking du phare nous avons réveillé un dormeur dans sa voiture qui est sorti très mécontent de notre arrivée dans son environnement. Après réflexion je comprends son agacement d'être réveillé quand on dort dans le doux confort d'une voiture sur un parking.!!!!!!!!!
Nous l'avons laissé râler contre des intrus sans scrupules qui l'avaient réveillé.!!!!!!!

 

Pointe Biosnar depuis le Cap Figuier. Jeudi 05 décembre 2019.
Pointe Biosnar depuis le Cap Figuier. Jeudi 05 décembre 2019.

Nous sommes partis sur le GR longeant tout d'abord un camping  et en suivant le parcours balisé qui suit le bord de mer accompagné par un soleil d'hiver.

Pointe Biosnar depuis le Cap Figuier. Jeudi 05 décembre 2019.
Pointe Biosnar depuis le Cap Figuier. Jeudi 05 décembre 2019.

Pose matinale assis sur les rochers de la crique PLANTAINXIKI face à l'océan.
Nous sommes arrivés à la crique appelée ARTZU, puis continué sur le sentier en corniche pour atteindre la pointe MARIA ( MARIA MUTURRA)

Pointe Biosnar depuis le Cap Figuier. Jeudi 05 décembre 2019.
Pointe Biosnar depuis le Cap Figuier. Jeudi 05 décembre 2019.

Nous avons pris notre pique nique de midi à la crique LAONDO sur les rochers en pente face à la pointe BIOZNAR. An cours de cette pause, Charlotte renversa le gobelet de son thermos qui roula sur le rocher en pente et disparut dans l'eau malgré le réflexe et les efforts de Gilbert.

Pointe Biosnar depuis le Cap Figuier. Jeudi 05 décembre 2019.
Pointe Biosnar depuis le Cap Figuier. Jeudi 05 décembre 2019.

Retour par le même chemin toujours accompagné par le soleil d'hiver.
Marche très agréable soit 12,5 km et dénivelé 530 m.
A notre retour au parking, le dormeur de la voiture qui était maintenant parfaitement réveillé et de meilleure humeur, nous a parlé longuement. Personnellement je n'ai pas bien compris tout ce qu'il disait. !!!! Enfin.
Nous avons pris un pot de réconfort au petit bistrot du phare. Une immense crèche de Noël était en cours d'installation à l'intérieur.
Nous sommes revenus à Bayonne, trop tard pour participer aux manifestations.
Amicalement à tous.
Henry D B.

Les photos :
Marie France.
Jean Yves.

 

Même parcours en octobre 2015.

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2019 6 07 /12 /décembre /2019 10:00

 La randonnée initialement prévue à l'Alkurruntz, au départ du col d'Oxondo, est tombée à l'eau au propre et au figuré.
Notre vaillant groupe de 8 randonneuses  accompagnées de Jacques, ne s'est pas laissé décourager pour autant et un parcours de remplacement a vite été proposé.
Direction Saint Pée sur Nivelle où nous risquons moins de subir les intempéries et de nous perdre dans le brouillard.
Nous laissons les voitures à  environ 1km du lac et commençons à monter doucement par un sentier à travers bois et prés, qui va nous mener jusqu'à la crête.

Du côté de St Pée. Lundi 02 décembre 2019.
Du côté de St Pée. Lundi 02 décembre 2019.
Du côté de St Pée. Lundi 02 décembre 2019.
Du côté de St Pée. Lundi 02 décembre 2019.

Le parcours est agréable, quoique boueux, les couleurs d'automne magnifiques, l'ambiance "solognote" ne manque pas de charme.
La vue, plutôt bouchée nous permet malgré tout de distinguer Saint Pée, le lac, ainsi qu'un barrage sur la Nivelle.

Du côté de St Pée. Lundi 02 décembre 2019.

Quelques postes de chasse, non occupés mais bien équipés parfois, jalonnent notre parcours.

Du côté de St Pée. Lundi 02 décembre 2019.

Plusieurs sites appelés " Redoutes de la Convention", construites pour se protéger d'éventuelles invasions de nos voisins opposés à la révolution, sont signalés.

Du côté de St Pée. Lundi 02 décembre 2019.

Après un petit parcours routier, nous rejoignons le carrefour où se situe l' "aérodrome" de Saint Pée pour reprendre le sentier initial.
Nous songeons sérieusement à nous restaurer, s'il ne pleut pas l'atmosphère est humide et commence à nous refroidir.
Nous trouvons refuge sous le porche de " l'aérogare " sans nous attarder plus que nécessaire.
Retour aux voitures après environ 12 km et 300 de dénivelé.
Une boisson chaude au café de Saint Pée est la bienvenue.
Merci à Jacques pour cette joyeuse randonnée de remplacement.
Marie Claude M.

Les photos de Martine et Marie Claude.

 

« Les photos de l’album google sont dans le désordre mais ceux qui ont participé à la randonnée s’y retrouveront … «

Partager cet article
Repost0
1 décembre 2019 7 01 /12 /décembre /2019 08:58

Notre destination du jour est les Penas de Hayas au dessus de Irun.
Le temps est clément et le groupe, de 9 personnes, est heureux de découvrir cette nouvelle randonnée, concoctée par Jacques.

Entre Ermitage San Martial et Penas de Hayas. Lundi 25 novembre 2019.
Entre Ermitage San Martial et Penas de Hayas. Lundi 25 novembre 2019.

Nous commençons par l'Ermitage de San Martial, qui doit son nom au saint du 30 juin, date à laquelle en 1522 les Irunais remportèrent une victoire sur les français. Une plaque la commémore, ainsi qu'une 2ème victoire en 1813.
Une cantina  accueille les touristes, randonneurs .... en fin de semaine.

 

Entre Ermitage San Martial et Penas de Hayas. Lundi 25 novembre 2019.
Entre Ermitage San Martial et Penas de Hayas. Lundi 25 novembre 2019.

La vue est magnifique sur la Bidassoa, le Jaiskibel, Hondarribia, Hendaye, Irun.
Nous sommes dans une zone de chasse et longeons de nombreuses palombières fréquentées à cette période de l'année. Nous nous saluons poliment.

Entre Ermitage San Martial et Penas de Hayas. Lundi 25 novembre 2019.
Entre Ermitage San Martial et Penas de Hayas. Lundi 25 novembre 2019.

Nous entamons une descente dans la forêt automnale pour arriver dans un vallon où se situe une ferme protégée des intempéries, comme en attestent les plantations, au milieu desquelles trône un magnifique Olentzero.

Entre Ermitage San Martial et Penas de Hayas. Lundi 25 novembre 2019.
Entre Ermitage San Martial et Penas de Hayas. Lundi 25 novembre 2019.
Entre Ermitage San Martial et Penas de Hayas. Lundi 25 novembre 2019.
Entre Ermitage San Martial et Penas de Hayas. Lundi 25 novembre 2019.

Nous remontons à travers le forêt de châtaigniers, chênes et mélèzes, un joli sentier en balcon nous conduit à un col où nous faisons notre 1ère pause, en compagnie d'un petit cheval très intéressé par le contenu de nos sacs.
Sur la droite nous avons les 3 couronnes et sur la gauche la Rhune.

Entre Ermitage San Martial et Penas de Hayas. Lundi 25 novembre 2019.
Entre Ermitage San Martial et Penas de Hayas. Lundi 25 novembre 2019.

Nous repartons dans la forêt qui nous offre ses belles couleurs, le trajet est vallonné et ne présente pas de difficultés particulières.

 Sur le chemin du retour nous avons la surprise de devoir passer par 5 tunnels, dont nous n' avons pas pu déterminer l' origine ou l' utilité.
Entre 2 tunnels nous voyons une puissante cascade qui dévale dans le vallon, sous la surveillance d'un rapace imperturbable sur un rocher.

Entre Ermitage San Martial et Penas de Hayas. Lundi 25 novembre 2019.

Un tapis de mousse sous une belle frondaison nous attend pour que nous puissions déjeuner  confortablement et "refaire le monde" tout à loisir.
Nous rejoignons le sentier initial au niveau de la ferme et, après une dernière petite côte, nos voitures, après 14 km et 400 m de dénivelé.
Merci à Jacques pour cette superbe randonnée.
Marie-Claude M.

Les photos :
Mado.

 

Autres photos :
31 janvier 2013.

Vous reconnaîtrez certains passages.
 

10 avril 2014.

Vous y trouverez des photos de fours dans lesquels étaient traités les minerais extraits des mines.

«  Depuis l’époque romaine les minerais d’Aiako Harria ont été exploités par l’homme. C’est au début du XXème siècle que la plus grande activité minière s’est développée dans les monts d’Irun. Le carbonate de fer était extrait des galeries de Meazuri, Meagorri, Aitzondo et Basakaitz acheminé par le chemin de fer minier passant par les grottes et calciné dans les fours d’Irugurutzeta afin de le transformer en oxyde et augmenter ainsi sa teneur métallique. »

Partager cet article
Repost0
23 novembre 2019 6 23 /11 /novembre /2019 09:29

 

 La météo se montre  enfin clémente depuis bientôt trois semaines, voilà de quoi remotiver les troupes !! Nous nous retrouvons à quatorze bons pieds bon œil ce jeudi matin décidés à chausser les raquettes sur les hauteurs d’Arneguy enneigées grâce justement à ce mauvais temps que nous venons de subir.

LINDUS ( 1221 m ).  Jeudi 21 novembre 2019.

Une petite halte à Saint Jean de Pied de Port au magasin  de sport afin d’ y retirer les quelques raquettes louées a cette occasion et ensuite direction Arneguy , Valcarlos et nous voici arrivés au col Ibanieta ( alt.1055m).

LINDUS ( 1221 m ).  Jeudi 21 novembre 2019.

Quel vent sur le parking !! Chaussures, doudounes, gants et bonnets sont vite enfilés pour aller nous abriter du vent en traversant la route vers le chemin face à la chapelle afin d’y chausser les raquettes, non sans avoir bataillé  quelque temps pour y arriver…….

LINDUS ( 1221 m ).  Jeudi 21 novembre 2019.
LINDUS ( 1221 m ).  Jeudi 21 novembre 2019.
LINDUS ( 1221 m ).  Jeudi 21 novembre 2019.

Nous sommes sur les flancs du Lindus , ainsi commence notre progression. Au fur et à mesure le manteau neigeux s’épaissit et surtout nous sommes abrités du vent en laissant sur notre droite les tours en échafaudage destinées à la chasse aux palombes .

LINDUS ( 1221 m ).  Jeudi 21 novembre 2019.

Après une montée relativement douce nous arrivons à un petit replat que nous mettons vite à profit pour y pratiquer la traditionnelle pause banane et certains enlèvent les gants pour tirer deux trois photos.  D’ici nous voyons le sommet du Lindus et nous reprenons le cheminement en descendant d’abord  vers une petite cuvette puis la remontée est plus significative.

LINDUS ( 1221 m ).  Jeudi 21 novembre 2019.

Nous arrivons enfin au sommet du Lindus  ( alt.1221m) accueillis par un vent fort et glacial. C’est décidé nous n’y ferons pas la pause déjeuner. Nous prenons tout de même le temps de découvrir du haut de cette redoute  quelques connaissances telles le Sorogain, le col de Loepodere, la vallée d’Urepel et même la Rhune. Nous déjeunons ensuite un peu plus bas à l’abri du vent mais debout. Mais qu’importe, cette pause quoi que amputée de la sieste reste tout autant un bon moment de convivialité.

LINDUS ( 1221 m ).  Jeudi 21 novembre 2019.
LINDUS ( 1221 m ).  Jeudi 21 novembre 2019.
LINDUS ( 1221 m ).  Jeudi 21 novembre 2019.

 Le retour est assez paisible mais nous sommes à nouveau accueillis à l’arrivée à Ibanieta par de fortes rafales de vent froid ce qui nous a inspiré un débriefing avec un chocolat chaud dans une venta à Arneguy.

LINDUS ( 1221 m ).  Jeudi 21 novembre 2019.

Notre périple du jour 8 km et 330 m de dénivelé.  Grand merci une fois de plus à Anita pour cette judicieuse et très agréable journée passée dans nos montagnes !  
Jean Yves.


Les photos :
Jean Yves.
Marie France.

Partager cet article
Repost0
17 novembre 2019 7 17 /11 /novembre /2019 17:00

5 novembre.

Journée d'approche longue et pluvieuse
mais sans impact sur le moral des " athlètes "

  C'est finalement vers 9h30 que fut donné le départ de Marouette vers l'Aragon pour 19 randonneurs bravant les conditions météo peu enthousiasmantes à priori.

JACA du 05 au 07 novembre 2019.
JACA du 05 au 07 novembre 2019.

Nos cinq véhicules ont pris tranquillement la route vers Bidache, Sauveterre, Oloron, la vallée d'Aspe, le col du Somport, le tunnel (8,5 km) où nous nous regrouperons pour atteindre la ville de Jaca située 22 km plus loin.

JACA du 05 au 07 novembre 2019.
JACA du 05 au 07 novembre 2019.

Après un bon repas dans un restaurant de la ville suivi de l'installation à l'hôtel nous devons abandonner le projet initial d'une petite randonnée l'après-midi, la météo n'est pas avec nous !

En revanche, tout se présente bien pour le lendemain. Les plus courageux visiteront Jaca, les autres s'installeront calmement.

JACA du 05 au 07 novembre 2019.

Apéritif et dîner à l'hôtel dans une bonne ambiance collective sont de bon augure pour préparer la journée qui nous attend...

 

**********************************************************************************

 

6 novembre.

Massif de l'Oturia et les Cuevas de Santa Orosia, sous un beau soleil.
JACA du 05 au 07 novembre 2019.

 Le beau temps se confirme et nous quittons Jaca vers 9h00 en direction de Yebra de Basa à moins d'une heure de route.

La silhouette massive de l'Oturia aux sommets enneigés et culminant à plus de 2000 mètres nous offre un paradis pour randonneurs en pleine forme !

JACA du 05 au 07 novembre 2019.
JACA du 05 au 07 novembre 2019.
JACA du 05 au 07 novembre 2019.
JACA du 05 au 07 novembre 2019.

Nous attaquons les "choses sérieuses" à 850m d'altitude, dans un décor somptueux, fait de falaises abruptes et de végétation aux couleurs automnales. Douce fraîcheur ensoleillée !

 

JACA du 05 au 07 novembre 2019.
JACA du 05 au 07 novembre 2019.
JACA du 05 au 07 novembre 2019.
JACA du 05 au 07 novembre 2019.

Nous sommes sur un itinéraire jalonné d'ermitages rupestres nichés dans la falaise. Le premier d'entre-eux, l'ermitage de San Cornelio (1340m) donne le ton ! Un escalier taillé dans la roche nous permet d'atteindre le second, la Cueva de Santa Orosia, en passant sous une magnifique cascade qui jaillit du plateau pour se précipiter plusieurs dizaines de mètres plus bas.

 Ce lieu chargé d'histoire (11e siècle) est un des plus prestigieux ensembles érémitiques ( propre aux ermites ) de l'Aragon : Orosia, fille du roi de Bohème promise à un roi espagnol se retrouva prisonnière des sarrasins alors qu'elle rejoignait son futur mari. Refusant de se convertir à l'islam et d'épouser le chef maure, elle subit un atroce martyre...

Son reliquaire conservé à Yebra est monté en procession jusqu'à la chapelle de l'Altiplano lors du pélerinage annuel , le 25 juin

JACA du 05 au 07 novembre 2019.

C'est aujourd'hui devenu une fête haute en couleur, avec les "danzantes", au son du chifto (flute) et du chicoten (harpe) dont nous avons aperçu une représentation "métallique" en début d'itinéraire.

 Depuis ce site le panorama est splendide.

JACA du 05 au 07 novembre 2019.
JACA du 05 au 07 novembre 2019.

 Nous en profiterons pour un rapide casse-croûte à l'issue duquel le groupe se scindera en deux. Les uns entameront la descente avec Pantxoa.

JACA du 05 au 07 novembre 2019.
JACA du 05 au 07 novembre 2019.

Anita guidera les autres vers les ermitages de San Blas et Santa Barbara pour atteindre en final le plateau enneigé (1550m).

JACA du 05 au 07 novembre 2019.
JACA du 05 au 07 novembre 2019.
JACA du 05 au 07 novembre 2019.

Là se trouve la chapelle de l'Altiplano, destination des pélerins qui peuvent d'ailleurs accéder ici en 4x4 par une piste que nous apercevons sur les flancs des collines voisines.

JACA du 05 au 07 novembre 2019.

Après une descente prudente, nous nous retrouvons tous pour nous rafraîchir au coeur du village où nous avions laissé les voitures, avant le retour à Jaca.

Quelle journée ! Quelle rando !

12,5  km et 700 m de dénivelée.


( 15 km et 680 m pour les uns.
18,5 km et 980 m pour les autres.  Anita. )

Nous avons eu raison de bien en profiter, car les prévisions météo pour demain ne sont pas bonnes...

JACA du 05 au 07 novembre 2019.

Une nouvelle soirée animée (repas surtout ! ) clôturera cette journée dont chacun gardera un excellent souvenir.
( repas animé « grâce » à une initiative de Gilbert ! yes Mado. )

 

****************************************************************************

7 novembre.

  Retour touristique et culturel.
 

 Nous quittons Jaca sous la pluie, comme promis !

JACA du 05 au 07 novembre 2019.

Avant de quitter l'Aragon, nous nous offrons un petit passage touristique à Canfranc. La gare internationale de Canfranc (Pau - Canfranc - Saragosse) se situe à 1195m d'altitude. C'est la plus grande gare fantôme du monde, avec ses faux airs de Saint Lazare ! (Dixit Le monde du 21 juillet 2017). Inaugurée en 1928, elle n'a pas vu passer un train depuis 1970, date d'un déraillement fatal ... Ce "Titanic des montagnes" (240m de long, 365 fenêtres et 156 portes) abritait buffet, hôtel de luxe, bureau de change.

 En grands travaux depuis très longtemps, il est malheureusement impossible de la visiter librement aujourd'hui.

Quelques courses dans le village clôtureront ces derniers instants en Espagne, avant la traversée du  tunnel du Somport et le retour vers Bayonne, avec un bref arrêt pour déjeuner.

 Malgré une météo capricieuse, l'essentiel a été préservé : une magnifique journée en montagne et une ambiance festive pendant tout le séjour.

 Merci à Anita et à Pantxoa resté vigilant et disponible pendant toute la randonnée.


Gilbert C.

 

Les photos :

Marie-France.

Olga.

Mado.

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2019 1 14 /10 /octobre /2019 08:48

Hé oui !!!! il fait encore presque nuit maintenant sur Marouette à 7h 45 du matin, c’est donc dans la pénombre et la bonne humeur que nous nous regroupons ce jeudi pour partir vers une nouvelle aventure que nous a concoctée Anita.
Top départ ! nos 15 randonneurs s’engagent sur l’autoroute direction Biriatou puis Pampelona pour sortir de la nationale à Santesteban petite ville à l’architecture typique que nous traversons et nous y découvrons à la sortie une petite station thermale aux eaux paraît-il les plus salées  d’Europe !

MENDAUR ( 1131 m ) depuis Aurtitz. Jeudi 10 octobre 2019.

 Quelques kilomètres plus loin nous arrivons déjà à Aurtitz  et nous nous équipons pour gravir le Mendaur sous le regard bienveillant de la petite chapelle de ce joli petit village rural encore sous la brume matinale.

MENDAUR ( 1131 m ) depuis Aurtitz. Jeudi 10 octobre 2019.
MENDAUR ( 1131 m ) depuis Aurtitz. Jeudi 10 octobre 2019.
MENDAUR ( 1131 m ) depuis Aurtitz. Jeudi 10 octobre 2019.

 Un petit coup d’œil sur le tableau panoramique et nous voici sur le sentier pentu, rocailleux, ombragé et même parsemé de quelques rares girolles, qui nous amène en quasiment deux heures à  notre premier objectif : le lac de Mendaur alt.710m. Nous soufflons tous après ce bel effort fourni : 520 mètres de dénivelé !

 

La montagne nous récompense en nous offrant ce merveilleux paysage du lac et de l’imposant Mendaur où trône la petite chapelle que nous apercevons enfin. Notre second objectif en vue, voilà notre sympathique équipe qui se remet en route vers les sommets du Mendaur en laissant deux de nos randonneurs près du lac pour qui cette ascension est suffisante mais aussi peut-être dans l’espoir d’y récolter quelques champignons !!

MENDAUR ( 1131 m ) depuis Aurtitz. Jeudi 10 octobre 2019.
MENDAUR ( 1131 m ) depuis Aurtitz. Jeudi 10 octobre 2019.
MENDAUR ( 1131 m ) depuis Aurtitz. Jeudi 10 octobre 2019.
MENDAUR ( 1131 m ) depuis Aurtitz. Jeudi 10 octobre 2019.
MENDAUR ( 1131 m ) depuis Aurtitz. Jeudi 10 octobre 2019.

Cette fois les pentes sont raides, allez courage ! la vue de cette petite chapelle blanche stimule nos efforts. Encore quelques pas prudents sur la piste rendue glissante par les pluies de la veille et nous voici arrivés à la phase finale accueillis par des escaliers de pierre rouge entre deux massifs rocheux qui sont l’œuvre des habitants de la vallée lors de la restauration du site en 1963.

MENDAUR ( 1131 m ) depuis Aurtitz. Jeudi 10 octobre 2019.
MENDAUR ( 1131 m ) depuis Aurtitz. Jeudi 10 octobre 2019.

Nous y sommes !! Quelle satisfaction, quel panorama … superbe ce petit lieu de culte perché à 1131 mètres depuis l’an 1692 !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aujourd’hui pas de sieste après le repas pris au sommet, nous redescendons très vite vers le lac où nous attendent nos deux compères impatients tout comme nous d’échanger nos dernières aventures.

 

Retour au village à l’heure où de joyeux bambins sortent de l’école pour les uns ou semblent attendre leurs parents en tapant quelques  balles sur le mur de l’école. Je terminerai  par » BRAVO à tous les sportifs de Bayonne Accueille, vous avez été tous très volontaires «  Ce sont les mots d’Anita me décrivant cette très belle journée, je précise !   
17 km et 1100 m de dénivelée.
Jean Yves.


Les photos :
Jean-Yves.
Mado.

 

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2019 6 12 /10 /octobre /2019 09:50

Nous sommes 7 au départ de Bayonne dont un seul homme, notre guide.

 

 

Nous stationnons un peu au-dessus de Vera pour commencer une montée à travers bois et arriver sur un chemin de crête.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LEZAKA depuis Vera. Lundi 07 octobre 2019.
LEZAKA depuis Vera. Lundi 07 octobre 2019.

Les nuages bas nous cachent le fond de la vallée où se situe Vera, le sommet de la Rhune est nimbé d'un léger brouillard.
Le soleil prend le dessus et nous pouvons admirer la succession de crêtes et de sommets au loin, dont les fameuses 3 couronnes qui nous semblent très près, mais inaccessibles.
Nous cheminons à travers bois et pâturages pour arriver à une ferme digne d'un conte pour enfants. Le passage est libre et nous pouvons admirer.

 

 

 

 

Les fleurs biens alignées de chaque côté du chemin, un potager magnifique, des oies dans leur enclos qui nous réservent un bruyant accueil et enfin, une basse-cour et ses fiers volatiles.

 

 

 

 


Nous poursuivons un moment puis faisons demi-tour pour déjeuner, installés sur quelques bûches, à l'abri de l'humidité, au voisinage d'énormes courgettes plantées au hasard au bord du sentier.
Nous continuons pour rejoindre le croisement et prendre le sentier qui va nous mener à Lesaka par l'autre versant. Nous traversons à nouveau de magnifiques forêts, longeons de non moins magnifiques potagers et descendons longuement dans un très beau chemin creux, pour atteindre Lesaka et ses  belles maisons caractéristiques de la vallée de la Bisassoa.

 

 

 

 

La ville traversée, qui dit descente, dit remontée, que nous entamons  dans un chemin pavé en partie, celui qui lors d'une randonnée précédente avait été obstrué par une coulée de boue et avait obligé le groupe à faire un grand détour.
Après cette « épreuve « , nous atteignons à nouveau une forêt riche de différentes espèces, hêtres, chênes, châtaigniers....
Nous faisons des provisions pour les longues soirées d'hiver, malheureusement nos poches, sacs et autres ne nous  permettent pas d'emporter tout ce dont nous avions envie. Quelques rares champignons nous signalent que l'automne arrive.

Nous aurons fait 18 km 500 et 500m de dénivelé.
Merci à  Jacques  pour cette randonnée 'en pays de cocagne' .

Marie-Claude M.

Les photos sont de Martine.

Partager cet article
Repost0
8 octobre 2019 2 08 /10 /octobre /2019 10:32

Une météo exceptionnelle en ce jeudi d'octobre au coeur d'une semaine pluvieuse … tout pour réussir une belle randonnée fraîche mais ensoleillée ...
Quelques absents regrettés mais un précieux renfort de cinq nouvelles randonneuses (ex "" vallonné "" ), et nous nous retrouvons 17 ( 2 hommes !) pour redécouvrir Baïgorry la vallée des Aldudes, Urepel et le grand plateau de Sorogain, lieu de prédilection pour tous les éleveurs de la vallée de Baigorry et de Erro, côté espagnol.

SOROGAIN depuis Urepel. Jeudi 03 octobre 2019.
SOROGAIN depuis Urepel. Jeudi 03 octobre 2019.
SOROGAIN depuis Urepel. Jeudi 03 octobre 2019.
SOROGAIN depuis Urepel. Jeudi 03 octobre 2019.

Nous démarrons sous le soleil ( 12 degrés), par une belle piste jusqu'au col Arbilleta ( 1070 m) pour suivre ensuite la ligne de crête face au Mendiaundi ( 1215 m ), en direction du col Beraskuain.
L'automne n'a visiblement pas encore intimidé la forêt toujours bien verte. Les rares champignons n'échappent pas à la cueillette des amateurs.
Quelques éleveurs rassemblés autour d'un beau troupeau de brebis laissent à penser que le retour général dans la vallée est peut-être pour bientôt…

SOROGAIN depuis Urepel. Jeudi 03 octobre 2019.
SOROGAIN depuis Urepel. Jeudi 03 octobre 2019.

Une dernière montée au Beodegi ( 1149m) pour redescendre au col Aztakarri, et l'heure est venue de nous restaurer, au coeur du parc de pâturage de Sorogain, dans un décor somptueux, sous étroite surveillance des vautours toujours aussi intéressés ...

Un tableau rare nous est offert : une jument est allongée sur le sol, le ventre gonflé, visiblement sur le point de vêler ... A quelques mètres d'elle, l'heureux " futur papa" observe la scène, pétrifié, démuni comme tous les "mâles" face à l'évènement qui va se dérouler devant lui ! Notre patience ne suffira pas pour connaître la fin de l'histoire...


Les nombreux troupeaux ( vaches, chevaux, brebis et chèvres ) profitent des accords particuliers encore en vigueur en Pays de Quint concernant les droits de pâturage de part et d'autre de la frontière franco-espagnole.

Un peu plus loin, un blockhaus encore en bon état et dominant toute la vallée nous rappelle que cette zone frontalière était étroitement surveillée il n'y a pas si longtemps...

Les postes de tir situés dans tous les cols visités sont prêts, mais nos chères palombes ne sont pas encore décidées à prendre le moindre risque pour rejoindre les paradis ensoleillés du sud !

SOROGAIN depuis Urepel. Jeudi 03 octobre 2019.
SOROGAIN depuis Urepel. Jeudi 03 octobre 2019.

Il est temps de redescendre vers notre point de départ ( 4 km ).

SOROGAIN depuis Urepel. Jeudi 03 octobre 2019.

 

Au passage, nous découvrons un cromlech près duquel une plaque situe l'édification de ce type de site funéraire entre 800 ans avant JC et 300 ans de notre ère.
Encore une superbe journée dans une ambiance chaleureuse, bienvenue pour tous y compris les " nouvelles recrues" !

14 km et 720 m de dénivelée.

 


Merci Anita.


Gilbert C.

 

 

 

 

Photos : Jean Yves S

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2019 7 29 /09 /septembre /2019 10:12

En introduction j’aimerais vous faire part d’un ressenti qui me gagne à chaque retour de randonnée, un simple mot…MAGNIFIQUE !!! et cela a encore été le cas à Iraty ce jeudi 26 septembre...pas vous ? Donc, ce matin le Baigura du côté de Louhossoa et le Béhorleguy après St Jean le vieux ont pu voir du haut de leur sommet passer notre cortège de trois voitures en route pour les chalets d’Iraty !

 

Iraty. Crêtes vers le pic d’Orhy. Jeudi 26 septembre 2019.
Iraty. Crêtes vers le pic d’Orhy. Jeudi 26 septembre 2019.
Iraty. Crêtes vers le pic d’Orhy. Jeudi 26 septembre 2019.

Le parking au col de Bagargui 1327 m semblait bien vide à notre arrivée, ( quel contraste avec Marouette) mais la bonne humeur de nos 13 randonneurs du jour a eu vite fait de mettre de l’animation sur ce site au panorama exceptionnel.

Iraty. Crêtes vers le pic d’Orhy. Jeudi 26 septembre 2019.
Iraty. Crêtes vers le pic d’Orhy. Jeudi 26 septembre 2019.
Iraty. Crêtes vers le pic d’Orhy. Jeudi 26 septembre 2019.

Nous voilà partis par une petite grimpette à travers les chalets qui nous amène à une petite crête où après avoir longé quelques curieux petits hêtres tortueux  deux relais de téléphonie nous accueillent. Nous en profitons pour admirer le Pic d’Orhy qui n’a d’ailleurs cessé de nous narguer au long  de cette journée du haut de ses 2017 mètres.

Iraty. Crêtes vers le pic d’Orhy. Jeudi 26 septembre 2019.
Iraty. Crêtes vers le pic d’Orhy. Jeudi 26 septembre 2019.

Nous continuons notre progression à l’ouest par le col Mehatzé puis visons en contrebas la cabane des chasseurs pour y faire devinez quoi la pause banane ! le pic d’Orhy nous regarde !

Iraty. Crêtes vers le pic d’Orhy. Jeudi 26 septembre 2019.
Iraty. Crêtes vers le pic d’Orhy. Jeudi 26 septembre 2019.
Iraty. Crêtes vers le pic d’Orhy. Jeudi 26 septembre 2019.

Maintenant nous descendons assez abruptement vers un très joli bois ou traversons  un talweg  au faible débit,

Iraty. Crêtes vers le pic d’Orhy. Jeudi 26 septembre 2019.
Iraty. Crêtes vers le pic d’Orhy. Jeudi 26 septembre 2019.
Iraty. Crêtes vers le pic d’Orhy. Jeudi 26 septembre 2019.
Iraty. Crêtes vers le pic d’Orhy. Jeudi 26 septembre 2019.
Iraty. Crêtes vers le pic d’Orhy. Jeudi 26 septembre 2019.

nous remontons tout aussi abruptement pour nous retrouver à la pointe Thartapunta 1520m où nous avons décidé de poser sacs à dos et bâtons de marche pour y déjeuner. Le Pic d’Orhy nous regarde de si près cette fois qu’il aurait pu chuchoter à l’oreille de Freddy de bien faire attention à son sac car celui-ci a bien failli finir sa course au bas du ravin. Merci Gilbert de l’avoir remonté.

Iraty. Crêtes vers le pic d’Orhy. Jeudi 26 septembre 2019.
Iraty. Crêtes vers le pic d’Orhy. Jeudi 26 septembre 2019.
Iraty. Crêtes vers le pic d’Orhy. Jeudi 26 septembre 2019.
Iraty. Crêtes vers le pic d’Orhy. Jeudi 26 septembre 2019.
Iraty. Crêtes vers le pic d’Orhy. Jeudi 26 septembre 2019.
Iraty. Crêtes vers le pic d’Orhy. Jeudi 26 septembre 2019.
Iraty. Crêtes vers le pic d’Orhy. Jeudi 26 septembre 2019.
Iraty. Crêtes vers le pic d’Orhy. Jeudi 26 septembre 2019.
Iraty. Crêtes vers le pic d’Orhy. Jeudi 26 septembre 2019.

  Après un repos bien mérité face à un panorama magnifique cette fois nous tournons  le dos au Pic d’Orhy et filons par le sentier des chèvres vers le col de Markulla en passant devant une petite cabane de bois en surplomb blottie le long des rochers qui a été baptisée à l’unanimité ce jour « la Cabane au Fond du Jardin » allez savoir pourquoi !! Nous arrivons au col pour un retour par les flancs de Pellusegagne.

Iraty. Crêtes vers le pic d’Orhy. Jeudi 26 septembre 2019.
Iraty. Crêtes vers le pic d’Orhy. Jeudi 26 septembre 2019.

Arrivés à notre point de départ une chèvre justement nous joue des tours sur le parking où après l’avoir chassée du sac à Mado il a fallu la sortir de la voiture de Chantal.
Avant le retour un petit rafraîchissement sur la terrasse du bar d’où le Pic d’Orhy nous tire sa révérence derrière un  nuage. 14 km et 620 m. Merci Anita. Merci à vous tous .
Jean Yves.


Les photos dans le texte : Jean-Yves, Freddy, Mado.
Plus de photos :
Jean Yves.
Mado.

Partager cet article
Repost0