Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 décembre 2018 1 31 /12 /décembre /2018 08:55

Repas NOEL

  Anniversaire jumelles.

 C'est à l'extrémité de la corne du Pays Basque, au fond d'une de ses plus belles vallées, en pays Kintoa, que notre guide Anita nous a emmenés fêter l'arrivée de Noël .
Partis de Bayonne avec un temps incertain nous avons vu avec plaisir le ciel se dégager et un ciel d'un bleu intense nous accueillir à Esnazu. Nous dépassons le petit hameau, ses quelques maisons, sa chapelle et son fronton et roulons en direction du col d'Urkiaga. De l'autre côté se trouve la vallée du Baztan, en Hegoalde.

EZNAZU. Jeudi  20 décembre 2018.
EZNAZU. Jeudi  20 décembre 2018.

Nous ne parlerons pas de randonnée aujourd'hui, soyons honnêtes, mais plutôt d'une promenade apéritive, courte et ventée.
La grimpette raide (mais rapide cette fois-ci) en vaut la peine comme toujours.  Sommets atteignant les 1000 m et lignes de crêtes dessinent un cirque harmonieux dont le regard ne se lasse pas. Tout en bas, le village aux maisons blanches niché dans son écrin de verdure, puis les vallonnements sépia soulignés ici et là par des bois plus sombres. Pour compléter le tableau, de légers nuages blancs zèbrent le ciel bleu.
Le temps de" s'en mettre  plein les mirettes" et nous voilà repartis car un évènement d'une grande importance nous attend plus bas.

 

EZNAZU. Jeudi  20 décembre 2018.
EZNAZU. Jeudi  20 décembre 2018.

Nos "fausses" jumelles, Gisèle et Annie, ont tenu, comme chaque année, à célébrer leur anniversaire, plus remarquable qu'à l'habitude car il s'agit d'un chiffre rond...


Bulles, tortillas, quiches, charcuterie, rien ne manque. Aurons-nous encore faim pour le déjeuner à la ferme-auberge ? Un beau moment de convivialité dans la douceur du foehn qui s'est maintenant levé. Plein sud, contre les pierres ocres du fronton, en face de la petite chapelle, l'endroit est idéalement choisi pour les 21 festayres.

La journée se poursuit par un repas campagnard à l'auberge du village où soupe paysanne, boudin et tarte aux pommes accompagnée de sa boule de glace vanille seront partagés dans la bonne humeur...sans oublier les cadeaux traditionnels distribués par un Père Noël aux yeux bandés faute de main innocente.

Le retour au bercail se fera directement pour les uns, plus dans le mode "école buissonnière" pour les autres, la vallée des Aldudes ne manquant pas d'attraits gastronomiques, que ce soit le porc Kintoa, le fromage Ossau Iraty , la truite de Banca ou le chocolat de Baïgorry. De quoi bien agrémenter son menu de Noël.

 

EZNAZU. Jeudi  20 décembre 2018.

Merci à Anita et aux jumelles pour cette organisation sans faille et belles fêtes de fin d'année à toutes et à tous.
Claudine A.


Photos :
Claudine A.

Partager cet article
Repost0
22 décembre 2018 6 22 /12 /décembre /2018 10:28

Boucle de 9 km et 400 m de dénivelé.

JARA ( 812 m. ) depuis Irouleguy. Jeudi 20 décembre 2018.

Départ : Parking au-dessus d’IROULEGUY.

JARA ( 812 m. ) depuis Irouleguy. Jeudi 20 décembre 2018.
JARA ( 812 m. ) depuis Irouleguy. Jeudi 20 décembre 2018.
JARA ( 812 m. ) depuis Irouleguy. Jeudi 20 décembre 2018.
JARA ( 812 m. ) depuis Irouleguy. Jeudi 20 décembre 2018.
JARA ( 812 m. ) depuis Irouleguy. Jeudi 20 décembre 2018.
JARA ( 812 m. ) depuis Irouleguy. Jeudi 20 décembre 2018.
JARA ( 812 m. ) depuis Irouleguy. Jeudi 20 décembre 2018.

Montée en zig-zag jusqu’aux antennes du Jara, magnifiques panoramas.

JARA ( 812 m. ) depuis Irouleguy. Jeudi 20 décembre 2018.
JARA ( 812 m. ) depuis Irouleguy. Jeudi 20 décembre 2018.

Picnic au balcon. Descente sans goudron.

Belle journée ensoleillée.


Randonneurs enchantés.
Grand MERCI
 à SYLVIE.

Madosita.
Les photos :
Marie-France.
Mado.

Partager cet article
Repost0
22 décembre 2018 6 22 /12 /décembre /2018 08:35

 

 

 

 

 

C'était déjà Noël

à Itzulegi !

Pour les randonneurs de Bayonne Accueille, les repas de fin d'année sont devenus un rituel immuable. Bis-tri-quadri-etcis-repetita donc en ce lundi 17 décembre avec un déjeuner prévu à Itzulegi Lepoa dans une cabane en dur, meublée d'une table immense apte à accueillir notre petite trentaine de randonneurs.

Jacques, notre maître – que dis-je, notre guide ! – à toutes et à tous, avait laissé entendre par mail que la météo serait clémente. Vu le temps qu'il faisait à Bayonne le week-end précédent, il fallait être sacrément optimiste pour le croire et plus d'une, plus d'un, pensait en son for intérieur que le rendez-vous aurait lieu tout là-haut vers midi après un co-voiturage sous la pluie et non pas à Marouette à 8h15 sous le soleil.

Randonneurs-euses de peu de foi ! En toutes circonstances, Jacques tu écouteras ! Le ciel au-dessus de Marouette était d'un bleu immaculé et la température incroyablement douce pour une mi-décembre. Nous partîmes donc à treize puis très vite à seize, une fois Pierrette, Maïté et Carmen embarquées sur le parking du golf de Bassussary (Carmen un peu moins rapidement que les deux sus-nommées, toutefois).

ITZULEGI depuis Arizkun. Lundi 17 décembre 2018.
ITZULEGI depuis Arizkun. Lundi 17 décembre 2018.

Après le passage de la frontière à Dancharia, la colonne de voitures s'arrêta à Arizkun, point de départ de la randonnée.

ITZULEGI depuis Arizkun. Lundi 17 décembre 2018.

La montée vers Itzulegi se fit d'un pas tranquille, ponctuée de divers arrêts techniques et pauses aquatiques et bananiques.

ITZULEGI depuis Arizkun. Lundi 17 décembre 2018.
ITZULEGI depuis Arizkun. Lundi 17 décembre 2018.

Arrivés à la cabane, quelle ne fut pas notre surprise de découvrir une table magnifiquement dressée et décorée par Monique. Les seize de départ étaient maintenant une bonne trentaine, prêts à faire sauter les bouchons et à piocher dans les plats préparés par les convives. Le repas se déroula dans une ambiance amicale et festive, égayée par de bonnes histoires et se terminant, comme il se doit, en chansons avec Carmen pour chef de chœur (de cœur ?). Et puis, ô surprise, les cadeaux descendirent du ciel, chacune, chacun se voyant remettre un présent par une main innocente.

Toutes les bonnes choses et tous les bons repas ont une fin et, sur le coup de 14h30, les randonneurs-euses qui se sentaient en état reprirent le chemin en pente presque douce., admirant les magnifiques paysages que nous offrent les Pyrénées basques.

ITZULEGI depuis Arizkun. Lundi 17 décembre 2018.
ITZULEGI depuis Arizkun. Lundi 17 décembre 2018.
ITZULEGI depuis Arizkun. Lundi 17 décembre 2018.

Le retour nous permit de traverser le très beau village de Maya de Batzán (son nom espagnol) ou Amaiur (son nom basque) à l'heure de la rentrée des brebis et moutons à la bergerie.

Une randonnée atypique pendant une journée qui ne l'était pas moins avec, à l'arrivée, un parcours de 16 km et un dénivelé de 500 mètres.

Jean-Philippe R.


Photos :


Jean-Philippe et Jean-Michel.
Mado.

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2018 7 09 /12 /décembre /2018 16:38
IPARLA ( 1044 m ) depuis Bassassagar. Jeudi 6 décembre 2018.
IPARLA ( 1044 m ) depuis Bassassagar. Jeudi 6 décembre 2018.

Le ciel était gris mais nous sommes, à 5, partis.
Rude montée à travers pré pour rejoindre le sentier … bétonné.
Ne pas regarder à nos pieds mais tout à côté : la montagne rousse, les rochers avec mousse et tous ces sommets, ces crêtes, ces vallées qu’on ne peut qu’admirer …
L’Irubelakaskoa, une beauté, tout à côté ...
Des pauses pour papoter.

IPARLA ( 1044 m ) depuis Bassassagar. Jeudi 6 décembre 2018.
IPARLA ( 1044 m ) depuis Bassassagar. Jeudi 6 décembre 2018.

Montée herbeuse … caillouteuse … rocailleuse.

IPARLA ( 1044 m ) depuis Bassassagar. Jeudi 6 décembre 2018.

Des bergeries par-ci, par là.

IPARLA ( 1044 m ) depuis Bassassagar. Jeudi 6 décembre 2018.
IPARLA ( 1044 m ) depuis Bassassagar. Jeudi 6 décembre 2018.

Arrêt au col d’Iparla.
Bien à l’abri, comme dans un nid, bien protégé par un muret, nous avons déjeûner.
Le vent peut souffler …

IPARLA ( 1044 m ) depuis Bassassagar. Jeudi 6 décembre 2018.

A 3, nous avons atteint le sommet.

IPARLA ( 1044 m ) depuis Bassassagar. Jeudi 6 décembre 2018.

Descente dans l’herbe après passage des rochers.

Aux bergeries, arrêts pour visiter.
Aux bergeries, arrêts pour visiter.
Aux bergeries, arrêts pour visiter.
Aux bergeries, arrêts pour visiter.
Aux bergeries, arrêts pour visiter.

Aux bergeries, arrêts pour visiter.

Aux bergeries, arrêts pour visiter.

IPARLA ( 1044 m ) depuis Bassassagar. Jeudi 6 décembre 2018.

Pendant tout le trajet, l’Irubelakaskoa nous a poursuivis.

IPARLA ( 1044 m ) depuis Bassassagar. Jeudi 6 décembre 2018.

Ichusi, Artzamendi aussi …

IPARLA ( 1044 m ) depuis Bassassagar. Jeudi 6 décembre 2018.

Sur le retour, un drôle de personnage nous a souri.

IPARLA ( 1044 m ) depuis Bassassagar. Jeudi 6 décembre 2018.

Anita a rempli son contrat.

 Elle avait écrit :
 « Vous aimez gravir raide et atteindre le sommet allègrement !!! « 
C’est fait.
900 m et 12 km.
Avec tous nos remerciements …
Madosita.

Les autres photos.

 

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2018 6 08 /12 /décembre /2018 08:51

Départ de Bidarray vers l'Harriondo que nous contournerons.
Le temps est doux et l'humeur des 9 randonneurs au beau fixe.
Nous prenons le GR à droite du refuge, la promenade est buccolique, nous le quittons bientôt pour prendre à gauche un sentier jaune.
Ça  grimpe bien, régulièrement, les pauses pour admirer le paysage nous permettent de reprendre notre souffle.

HARRIONDO.Lundi 3 décembre 2018.
HARRIONDO.Lundi 3 décembre 2018.
HARRIONDO.Lundi 3 décembre 2018.
HARRIONDO.Lundi 3 décembre 2018.

Jolie vue sur Bidarray puis au fur et à mesure sur, l'Harriondo, les crêtes d'Iparla, l'Irubelakaskoa, les Penas d'Itxusi, l'Artzamendi..

HARRIONDO.Lundi 3 décembre 2018.
HARRIONDO.Lundi 3 décembre 2018.

En contre- bas coule une des Bidassoa et au loin on distingue un village abandonné.
Les couleurs automnales nous enchantent, les enclos de pierres marquent la main de l'homme.
Les vautours fauves tournoient.
Arrêt déjeuner avant les sommets, un peu écourté par les premières gouttes. Nous avons quand même le temps d'apprécier le beaujolais nouveau.
Retour par un autre sentier un peu boueux et empierré, ça glisse, mais arrivés  au parking le soleil nous nargue.

HARRIONDO.Lundi 3 décembre 2018.

Pour nous remettre de ces 11 km et 552m de dénivelé, nous faisons une étape café,  chocolat...
Très belle randonnée. Merci à Jacques.
Marie-Claude M.

Les photos :
Jean-Philippe.

Olivier A.

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2018 1 03 /12 /décembre /2018 09:34
ABOZE depuis Pinodieta. Jeudi 29 novembre 2018.
ABOZE depuis Pinodieta. Jeudi 29 novembre 2018.

12 randonneurs au départ du col de Pinodieta pour en principe aller au Gorospil . Ce programme ambitieux, compte tenu de la distance et du vent, ne sera pas respecté. Ce sera pour une autre fois.
Nous sommes accueillis par un vent violent et froid, alors que nous nous sommes préparés à une douceur presque estivale.
Qu'à celà ne tienne, nous nous lançons énergiquement sur la piste puis à travers les pâturages,  en luttant contre les bourrasques.

ABOZE depuis Pinodieta. Jeudi 29 novembre 2018.
ABOZE depuis Pinodieta. Jeudi 29 novembre 2018.
ABOZE depuis Pinodieta. Jeudi 29 novembre 2018.
ABOZE depuis Pinodieta. Jeudi 29 novembre 2018.

Nous optons pour des contournements en espérant un peu de répit.

ABOZE depuis Pinodieta. Jeudi 29 novembre 2018.

L'Erreby, le col des 3 Croix, l'Atxulegi par un joli chemin à flanc de montagne, avec vue sur la côte , le Mondarrain à notre gauche.
Pause banane au bord du chemin.
Chemin faisant nous arrivons à la Borda Erriko, où nous laissons un petit groupe profiter du soleil.

ABOZE depuis Pinodieta. Jeudi 29 novembre 2018.
ABOZE depuis Pinodieta. Jeudi 29 novembre 2018.
ABOZE depuis Pinodieta. Jeudi 29 novembre 2018.
ABOZE depuis Pinodieta. Jeudi 29 novembre 2018.

Nous continuons vers l’ Aboze et les crêtes par un sentier assez raide et parfois boueux, à travers les broussailles.
Nous sommes récompensés par la vue vers la Rhune et les monts plus lointains en Espagne, d'un camaïeu de gris, de bleu …

ABOZE depuis Pinodieta. Jeudi 29 novembre 2018.
ABOZE depuis Pinodieta. Jeudi 29 novembre 2018.
ABOZE depuis Pinodieta. Jeudi 29 novembre 2018.

Il est temps de descendre rejoindre nos camarades, par la piste cette fois, pour un déjeuner bien mérité,  qui, sur des chaises sorties de la Borda, qui par terre.
Nous avons le temps de la détente avant que le temps légèrement menaçant nous incite à reprendre la piste du retour, avec une petite variante.
Nouvelle montée, puis nous redescendons tranquillement vers les voitures, après, à  la louche, 16 km et 750 m de dénivelé .
Merci à Carmen pour cette belle sortie.
Marie-Claude M.

 

Photos :
Claudine.
Patrick.
Mado.

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2018 6 24 /11 /novembre /2018 09:32

 

 

Et au milieu coule une rivière...

ou plutôt un ruisseau fougueux aux eaux cristallines, l'Aritzacun.( Regata de Aritzacun).
Défections en série … Agapes différées, mais randonnée maintenue, dans la " Valle de Oro" . ( Paraît-il qu'il y avait des mines autrefois).

Après avoir passé le Pont d'Enfer et longé l'étroite route qui s'enfonce peu à peu dans la vallée encaissée dominée par le Zargambide, les Penas de Ichusi et la masse pyramidale de l'Irubelakaskoa, nous laissons les voitures au-dessus de la ferme Bassassagar où des canidés quelque peu agressifs tentent de nous intimider.

ARITZAKUN depuis Bassassagar. Jeudi 22 novembre 2018.
ARITZAKUN depuis Bassassagar. Jeudi 22 novembre 2018.

La piste cimentée plonge brutalement et traverse le cours d'eau au niveau de l'ancienne venta Xumus. Pas de truites en vue depuis le pont...

ARITZAKUN depuis Bassassagar. Jeudi 22 novembre 2018.

Les sommets escarpés nous volent le soleil du matin, un petit vent vif souffle en rafales, bonnets et blousons ne sont pas superflus.

ARITZAKUN depuis Bassassagar. Jeudi 22 novembre 2018.

Nous cheminons d'un bon pas sur cette large piste, en sous-bois le plus souvent avec parfois de magnifiques points de vue sur les Penas, véritables cartes postales où le roux des fougères contraste avec le vert des pâturages, le tout dominé par des falaises abruptes et des cheminées de fées, domaine des vautours fauves.

ARITZAKUN depuis Bassassagar. Jeudi 22 novembre 2018.
ARITZAKUN depuis Bassassagar. Jeudi 22 novembre 2018.

La ferme Berekotxea que l'on peut louer pour un séjour "nature" attire les regards par son authenticité et sa situation exceptionnelle.

Notre piste grimpe en douceur maintenant et le soleil vient nous réchauffer.,

A 11h 30, nous arrivons au "village" d'Aritzacun, trop tôt pour le pique-nique, d'autant que nous avons fait la pause "banane" peu avant.

 

ARITZAKUN depuis Bassassagar. Jeudi 22 novembre 2018.
ARITZAKUN depuis Bassassagar. Jeudi 22 novembre 2018.

Nous rallongeons quelque peu la balade, histoire de ne pas s'attabler à une heure de "retraités".

ARITZAKUN depuis Bassassagar. Jeudi 22 novembre 2018.
ARITZAKUN depuis Bassassagar. Jeudi 22 novembre 2018.

Une toute petite heure plus tard nous voici revenus dans ce hameau qui comportait une trentaine de maisons disséminées dans la montagne et dont l'école a fermé en 1967.

ARITZAKUN depuis Bassassagar. Jeudi 22 novembre 2018.
ARITZAKUN depuis Bassassagar. Jeudi 22 novembre 2018.
ARITZAKUN depuis Bassassagar. Jeudi 22 novembre 2018.
ARITZAKUN depuis Bassassagar. Jeudi 22 novembre 2018.

Un banc de pierres judicieusement construit au bord du cours d'eau, un muret, quelques marches...que peut-on rêver de mieux pour profiter du soleil, se restaurer, et passer un très bon moment ensemble.

Pas de palas ni de pelotes un défi au fronton ; nous repartons sur le même itinéraire après avoir admiré le four à chaux, en très bon état de conservation, et nous être posé quelques questions, pour le moment sans réponses, sur son fonctionnement.

 

Deux petites heures de marche plus tard, nous voici aux voitures, après avoir parcouru douze kilomètres.

 

 

Il est trop tôt pour rentrer ; on se verrait bien partager un verre au bourg de Bidarray, là haut au soleil … mais nous sommes les seuls touristes et tout est fermé. Repli chez Noblia où un autre groupe nous rejoint bientôt ...

Heureusement qu'ils ont les groupes de randonneurs dans les petits villages !

Encore une belle randonnée automnale ; merci à notre binôme de guides Mado et Carmen.
Claudine A.

Pour en savoir plus sur ce village : LIEN.

Les photos :
Claudine
Mado.

 

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2018 3 21 /11 /novembre /2018 16:08

Une très  belle journée s'annonce et nous pouvons enfin faire la randonnée prévue la semaine dernière et … tombée à l'eau au sens propre.
Départ du parking de Herboure, au début de la route du col d'Ibardin, devant la boulangerie installée dans l'ancienne douane.

MANDALE depuis Herboure. Lundi 19 novembre 2018.

Nous commençons par un agréable sous- bois, puis un sentier à flanc de coteau qui nous fait passer devant quelques belles maisons.

MANDALE depuis Herboure. Lundi 19 novembre 2018.
MANDALE depuis Herboure. Lundi 19 novembre 2018.

Nous montons pour arriver au lac d'Ibardin, longé puis traversé sur le barrage.  Quelques carpes effectuent des plongeons et des petits poissons frétillent.

MANDALE depuis Herboure. Lundi 19 novembre 2018.
MANDALE depuis Herboure. Lundi 19 novembre 2018.

Passés sur l'autre rive, nous grimpons à nouveau à  travers bois, il commence à faire chaud, la pause banane à l'ombre est la bien venue.
La montée devient de plus en plus raide, le lac nous fait un petit coucou à travers les  branches,  de magnifiques houx sont couverts de baies rouges.
À l'arrivée au col nous sommes récompensés par la vue sur Vera, la Bidassoa, Fontarabie, St Jean de Luz. ..
La Rhune toujours présente, nous montre  sa face rocheuse.

MANDALE depuis Herboure. Lundi 19 novembre 2018.
MANDALE depuis Herboure. Lundi 19 novembre 2018.
MANDALE depuis Herboure. Lundi 19 novembre 2018.

Le chemin de crêtes nous conduit doucement vers la descente pour trouver notre lieu de pique nique, au soleil, sur l'herbe,  à l'abri d'une ancienne bâtisse en ruine.
Repas et petite sieste pour les amateurs

MANDALE depuis Herboure. Lundi 19 novembre 2018.
MANDALE depuis Herboure. Lundi 19 novembre 2018.

Nous reprenons la crête pour monter tranquillement vers le Mandalé puis redescendons à travers bois et pâturages pour passer au dessus des ventas d'Ibardin.

Nous rejoignons la piste, avec la vue sur l'autre rive du lac, par un sous-bois touffu.

Puis nous descendons tranquillement vers notre point de départ par la forêt. Dans une basse-cour, un coq manifeste bruyamment sa présence.

Arrivés très contents de notre journée après 15,20 km et 615m de dénivelé.

Merci pour cette belle journée.

Marie-Claude M.

Plus de photos.

Partager cet article
Repost0
18 novembre 2018 7 18 /11 /novembre /2018 09:30

En ce beau jeudi de novembre, à défaut de nous emmener « au bout de la terre, au pays des merveilles », Anita nous proposait de retourner sur les hauteurs de Bidarray pour gravir la crête du Zarkambidé.

Zarkambidé et Zelhaiburu : plus dure sera la montée. Jeudi 15 novembre 2018.

Nous partîmes 18 mais par un prompt renfort, nous nous vîmes 21 en arrivant à Olhatia, le départ de la randonnée.

Zarkambidé et Zelhaiburu : plus dure sera la montée. Jeudi 15 novembre 2018.

Les débuts prirent l'allure d'une aimable promenade sur un chemin descendant en pente douce au cœur d'une forêt aux couleurs automnales mais, très vite, passé le ruisseau qui marquait le point le plus bas du parcours (230 m)

Zarkambidé et Zelhaiburu : plus dure sera la montée. Jeudi 15 novembre 2018.
Zarkambidé et Zelhaiburu : plus dure sera la montée. Jeudi 15 novembre 2018.
Zarkambidé et Zelhaiburu : plus dure sera la montée. Jeudi 15 novembre 2018.
Zarkambidé et Zelhaiburu : plus dure sera la montée. Jeudi 15 novembre 2018.
Zarkambidé et Zelhaiburu : plus dure sera la montée. Jeudi 15 novembre 2018.
Zarkambidé et Zelhaiburu : plus dure sera la montée. Jeudi 15 novembre 2018.

 il fallut se rendre à l'évidence que « la montée très raide » promise par Anita était certes « sans danger » mais plus que « très raide ».

Si, comme à son habitude, Mado traçait loin ( suivie de près par l’auteur de ce texte. MS. ) devant pour, soi-disant, prendre des photos d'ensemble mais aussi afficher sa forme resplendissante, la colonne de randonneurs ne tarda pas à s'étirer, quelques-uns ( quelques-unes ?) éprouvant le besoin de s'arrêter plus souvent qu'à leur tour pour, officiellement, admirer un panorama à couper le souffle et, officieusement, retrouver le leur.

Zarkambidé et Zelhaiburu : plus dure sera la montée. Jeudi 15 novembre 2018.
Zarkambidé et Zelhaiburu : plus dure sera la montée. Jeudi 15 novembre 2018.
Zarkambidé et Zelhaiburu : plus dure sera la montée. Jeudi 15 novembre 2018.
Zarkambidé et Zelhaiburu : plus dure sera la montée. Jeudi 15 novembre 2018.
Zarkambidé et Zelhaiburu : plus dure sera la montée. Jeudi 15 novembre 2018.

Dieu des randonneurs merci, toute montée même la plus sévère a une fin et, après les retrouvailles au Zelhaiburu (cote 670) avec un trio ayant préféré un itinéraire plus doux, la joyeuse équipe se retrouva sur le GR 10 qui, à cet endroit, longe la frontière franco-espagnole

Zarkambidé et Zelhaiburu : plus dure sera la montée. Jeudi 15 novembre 2018.
Zarkambidé et Zelhaiburu : plus dure sera la montée. Jeudi 15 novembre 2018.

L'heure de la pause pique-nique était alors venue. Un plateau rocheux, non loin d'une bergerie devant laquelle des pottoks somnolaient, fit l'affaire pour accueillir la troupe.

Zarkambidé et Zelhaiburu : plus dure sera la montée. Jeudi 15 novembre 2018.
Zarkambidé et Zelhaiburu : plus dure sera la montée. Jeudi 15 novembre 2018.

Après avoir mis à profit cet arrêt pour rappeler le séjour « loisirs » qu'organise Bayonne Accueille du 17 au 22 juin prochains à Camaret, dans un village VVF, Anita donna le signal du retour. Il en était fini des montées abruptes et des difficultés. Très vite, le sentier rejoignit un large chemin en terre carrossable survolé par des vautours qui, lui-même, se transforma en route bitumée.

Zarkambidé et Zelhaiburu : plus dure sera la montée. Jeudi 15 novembre 2018.
Zarkambidé et Zelhaiburu : plus dure sera la montée. Jeudi 15 novembre 2018.

Quelques rencontres improbables avec d'autres groupes randonneurs, des ânes et un cochon un peu dissipé et pas du tout sauvage égayèrent la fin du parcours.

Des randonnées automnales comme celle-là avec un si grand soleil et des paysages grandioses, on en redemande !

Dénivelé : 650 m, distance : 12 km.
Jean-Philippe R.


D'autres belles photos en cliquant sur :
Claudine A.
Patrick.
Mado.

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2018 7 11 /11 /novembre /2018 10:27
En quittant Olhatea.

 

Le temps est mitigé mais malgré tout propice aux randonneurs.  Le groupe de 14 démarre du col d'Olathia pour se diriger vert le plateau vert.
Nous commençons par une montée en forêt de chênes, châtaigniers, hêtres, bouleaux … par une petite route puis un sentier.

Plateau vert depuis Olhatea ( 327 m ). Jeudi 8 novembre 2018.

Première halte près d'une grande bergerie et à l'abri du vent où nous faisons une petite pause bananes et autres …

Plateau vert depuis Olhatea ( 327 m ). Jeudi 8 novembre 2018.
Plateau vert depuis Olhatea ( 327 m ). Jeudi 8 novembre 2018.
Plateau vert depuis Olhatea ( 327 m ). Jeudi 8 novembre 2018.

Nous reprenons le sentier pour déboucher sur le plateau vert, ses belles couleurs d'automne, vertes et brunes, et ses à-pics.
La vue se dégage vers les sommets voisins, Artzamendi, Mondarrain, Ursuya, Baïgoura et même au loin les pics d'Orhy et d'Anie enneigés.
De l'autre côté l'océan est aussi visible.
Nous cheminons à flan de montagne où nous rencontrons des pottoks et un chasseur au loin.
Un nombre étonnant de bergeries sont en ruine.

Plateau vert depuis Olhatea ( 327 m ). Jeudi 8 novembre 2018.
Plateau vert depuis Olhatea ( 327 m ). Jeudi 8 novembre 2018.
Plateau vert depuis Olhatea ( 327 m ). Jeudi 8 novembre 2018.

Le vent nous dissuade de tenter la montée au sommet de l'Artzamendi, nous trouvons donc rapidement un abri derrière des rochers pour nous restaurer.

 

Plateau vert depuis Olhatea ( 327 m ). Jeudi 8 novembre 2018.

Pas de sieste pour les amateurs, nous prenons donc  le chemin du retour, avec une petite variante qui nous permet d'admirer un beau canyon et de deviner le sentier pour une prochaine randonnée.
Nous redescendons tranquillement vers les voitures.
Après 550 m de dénivelé et 10,500 km environ, en pleine forme,  nous décidons de faire une sympathique halte boissons au café au pied du village de Bidarray.
Très bonne randonnée automnale, merci à Anita pour ce choix.
Marie-Claude M.

Les autres photos.

Partager cet article
Repost0