Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 octobre 2018 6 27 /10 /octobre /2018 17:13
JARA depuis St Martin d'Arrossa. 25 octobre 2018.
JARA depuis St Martin d'Arrossa. 25 octobre 2018.

Vallées dans les nuages.
Quelques sommets émergeant.
Brouillard sur le flanc à grands virages.
Belle clarté sur l’autre versant.

JARA depuis St Martin d'Arrossa. 25 octobre 2018.
JARA depuis St Martin d'Arrossa. 25 octobre 2018.

Bleu du ciel … Blancheur de la mer de nuages ...
Admiration … Contemplation …
Dans nos têtes graver ces images ...
Le temps s’arrête …
La montagne en habit de fête …

JARA depuis St Martin d'Arrossa. 25 octobre 2018.
JARA depuis St Martin d'Arrossa. 25 octobre 2018.

Orhy, Ansabère … Munhoa …
Adarza, Autza …
Superbe panorama !
RESTER LA !

JARA depuis St Martin d'Arrossa. 25 octobre 2018.
JARA depuis St Martin d'Arrossa. 25 octobre 2018.
JARA depuis St Martin d'Arrossa. 25 octobre 2018.

Touffe sur petit sommet
Suis allée regarder.
Aubépine ébouriffée
Par le vent, à longueur d’année.

 

A 4, nous sommes parties.
Au sommet à midi et demie.

JARA depuis St Martin d'Arrossa. 25 octobre 2018.

Picnic sur des rochers
Face au Munhoa bien éclairé.

JARA depuis St Martin d'Arrossa. 25 octobre 2018.
JARA depuis St Martin d'Arrossa. 25 octobre 2018.
JARA depuis St Martin d'Arrossa. 25 octobre 2018.
JARA depuis St Martin d'Arrossa. 25 octobre 2018.

Visite à la salle de traite mobile
Nous descendons de notre île.


Quelques châtaignes ramassées.

Super magnifique journée ...


16 km. 700 m de dénivelée.

 Madosita.

Photos.

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2018 3 24 /10 /octobre /2018 10:40
TOUTOULIA depuis la Bastide d’Urdos. Lundi 22 octobre 2018.

De retour, dans la voiture d’Olivier, Mado précise que son GPS affiche une distance de 13 km alors que celui de Jacques marquait 11,5 km. En réalité, après avoir interrogé mes jambes, celles de Michel et d’Olivier, elles ont unanimement affirmé un ressenti nettement supérieur. Il faudra bien, un jour, que les GPS fassent la différence comme pour les températures entre le kilométrage réel et le kilométrage ressenti. Il est vrai aussi que pour moi, c’était une reprise.

Journée exceptionnelle pour une fin d’octobre et beau parcours pour les 10 volontaires ( 6 F et 4 H ).

TOUTOULIA depuis la Bastide d’Urdos. Lundi 22 octobre 2018.

Montée sans aucun problème par une piste sèche ou se mélangent l’ocre de la terre et la rouille des feuilles desséchées. Pas l’ombre d’un champignon mais quelques châtaignes …

TOUTOULIA depuis la Bastide d’Urdos. Lundi 22 octobre 2018.
TOUTOULIA depuis la Bastide d’Urdos. Lundi 22 octobre 2018.
TOUTOULIA depuis la Bastide d’Urdos. Lundi 22 octobre 2018.
TOUTOULIA depuis la Bastide d’Urdos. Lundi 22 octobre 2018.

Notre seule rencontre se situera à la Borda de Saroixarreko où 2 magnifiques paons attendent le passage des randonneurs et quelque nourriture. Ils ont si bleus, si chatoyants tous les deux que nous n’avons pas su dire si c’était un couple. En réalité, ce sont 2 mâles …. C’est une règle chez les gallinacés ( et autres ). Les mâles sont toujours plus beaux que les femelles !
Grimpette jusqu’au col d’Harrieta  ( 803 m ) par une piste ardue, ravinée par endroit, mais sur laquelle, les nombreuses racines qui affleurent le sol, constituent de véritables marches d’escalier.

TOUTOULIA depuis la Bastide d’Urdos. Lundi 22 octobre 2018.
TOUTOULIA depuis la Bastide d’Urdos. Lundi 22 octobre 2018.
TOUTOULIA depuis la Bastide d’Urdos. Lundi 22 octobre 2018.

En haut, à l’arrivée sur le col, magnifique vue et vent très marqué nous obligeant à nous mettre à l’abri, alors que, les 3 plus courageux, sous l’impulsion d’une Mado ... , graviront les 200 m supplémentaires pour atteindre le sommet du Toutoulia.

TOUTOULIA depuis la Bastide d’Urdos. Lundi 22 octobre 2018.
TOUTOULIA depuis la Bastide d’Urdos. Lundi 22 octobre 2018.

Repas tranquille pour les autres avec vin de Bergerac ( Jacques ), gâteau aux poires ( Monique ) et chocolat ( Maïté ).
C’est toujours le même refrain : les grammes que l’on perd en montant sont tout de suite récupérés avec ce que l’on mange.

TOUTOULIA depuis la Bastide d’Urdos. Lundi 22 octobre 2018.
TOUTOULIA depuis la Bastide d’Urdos. Lundi 22 octobre 2018.

La descente se fera par le versant du Larrarte.

En conclusion, magnifique journée, beau parcours, belle reprise.
J‘aurai mal aux jambes demain.
12 km. 636 ou 836 m de dénivelé.
Jean-René B.

Photos Mado et Jean-René.

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2018 6 13 /10 /octobre /2018 10:15

2 voitures, 3 randonneurs dans chacune, se sont garées non loin du fronton, parking de départ pour la randonnée du Mondarrain et plus,  éventuellement. Cela dépend du temps.

Carmen nous mène.

 

ESCONDRAY.

Montée habituelle. L’Escondray est à notre droite,

MONDARRAIN.

le Mondarrain devant nous.

Nous passons par les tourbières. De la boue et quelques pierres ...

OURESTI ( 690 m )– MONDARRAIN ( 749 m ). 11 octobre 2018.
OURESTI ( 690 m )– MONDARRAIN ( 749 m ). 11 octobre 2018.

Puis, en face, Grand mur de l’Artzamendi  …

MONDARRAIN.

Col entre Mondarrain

OURESTI.

et Ouresti.

Nous continuons le chemin vers Zuharreteako lepoa à l'extrémité de la crête que l'on voit. Nous bifurquons à gauche pour prendre le passage rocheux qui nous permet d’atteindre le sommet de l’Ouresti, plutôt herbeux. 690 m.
Nous traversons toute sa crête sommitale.

OURESTI ( 690 m )– MONDARRAIN ( 749 m ). 11 octobre 2018.
OURESTI ( 690 m )– MONDARRAIN ( 749 m ). 11 octobre 2018.
OURESTI ( 690 m )– MONDARRAIN ( 749 m ). 11 octobre 2018.
OURESTI ( 690 m )– MONDARRAIN ( 749 m ). 11 octobre 2018.
OURESTI ( 690 m )– MONDARRAIN ( 749 m ). 11 octobre 2018.

Nous redescendons vers le col et rejoignons le groupe de Sylvie bien installé sur une roche plate.
Papotage …

OURESTI ( 690 m )– MONDARRAIN ( 749 m ). 11 octobre 2018.
OURESTI ( 690 m )– MONDARRAIN ( 749 m ). 11 octobre 2018.

Les  16 randonneurs se dirigent vers le sommet du Mondarrain. Montée directe pour certains. Contournement pour quelques-uns.

OURESTI ( 690 m )– MONDARRAIN ( 749 m ). 11 octobre 2018.
OURESTI ( 690 m )– MONDARRAIN ( 749 m ). 11 octobre 2018.

Le vent souffle très fort …..
Quelques photos cependant avant de descendre un peu plus bas  piqueniquer dans les rochers cherchant leur protection pour moins de ventilation.

OURESTI ( 690 m )– MONDARRAIN ( 749 m ). 11 octobre 2018.

Retour. Pluie et orage étant annoncés, nous ne restons pas traîner. Les 2 groupes ne font plus qu’un et reprennent, du retour, le chemin.

Environ 500 m de dénivelée et 8 km.
Madosita.

Les photos :
Alain R.
Mado

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2018 3 10 /10 /octobre /2018 16:09

Le temps n'est pas encourageant, nous sommes 2 au départ et décidons de tenter malgré tout une sortie.
Nous changeons le programme initial pour aller au Mondarrain, moins loin et peut être moins humide.
Départ du Pas de Roland .
Nous commençons la montée sous un soleil timide mais très agréable.

Montée raide et continue en sous-bois de hêtres et de châtaigniers pour arriver au col de Legarre.( 349 m ).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous continuons à  travers

des pâturages pour arriver à

un bois de pins que nous longeons.

 

 

.

 

 

Mondarrain depuis le Pas de Roland. 749 m. Lundi 08 octobre 2018.
Mondarrain depuis le Pas de Roland. 749 m. Lundi 08 octobre 2018.
Mondarrain depuis le Pas de Roland. 749 m. Lundi 08 octobre 2018.

La montée se poursuit dans un bois dense au milieu des rochers pour déboucher enfin sur le sommet bien mérité, dans une atmosphère ouateuse.

Mondarrain depuis le Pas de Roland. 749 m. Lundi 08 octobre 2018.

Nous ne nous attardons pas et retrouvons le soleil et la vue sur l'Artzamendi et l'Escondray ( 550 m ), ainsi que sur la côte au loin.
Retour aux voitures après environ 700 m de dénivelé.
Merci Carmen pour cette bonne grimpette.
Marie-Claude M.

Photos Marie-Claude

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2018 6 06 /10 /octobre /2018 17:31
ARTHANOLATZE 1530 m et PIC DES ESCALIERS  1472 m. Jeudi 4 octobre 2018.

Départ de la rando près d’un petit ruisseau où veillent de petites sorcières de pierres …
Quelques zigzags en forêt de hêtres encore verts, dans la fraîcheur matinale automnale et nous arrivons bien vite à découvert.

ARTHANOLATZE 1530 m et PIC DES ESCALIERS  1472 m. Jeudi 4 octobre 2018.
ARTHANOLATZE 1530 m et PIC DES ESCALIERS  1472 m. Jeudi 4 octobre 2018.
ARTHANOLATZE 1530 m et PIC DES ESCALIERS  1472 m. Jeudi 4 octobre 2018.

Ciel bleu au-dessus de nos têtes.
Ajoncs et bruyères nous font la fête …

ARTHANOLATZE 1530 m et PIC DES ESCALIERS  1472 m. Jeudi 4 octobre 2018.

Derrière la bergerie débute le sentier qui monte vers le sommet de l’Arthanolatze.

ARTHANOLATZE 1530 m et PIC DES ESCALIERS  1472 m. Jeudi 4 octobre 2018.

Petit arrêt au premier palier.

Respirer, admirer ...

Multitude de sommets.

ARTHANOLATZE 1530 m et PIC DES ESCALIERS  1472 m. Jeudi 4 octobre 2018.

Vue Orhy et Bizkarze.

ARTHANOLATZE 1530 m et PIC DES ESCALIERS  1472 m. Jeudi 4 octobre 2018.
ARTHANOLATZE 1530 m et PIC DES ESCALIERS  1472 m. Jeudi 4 octobre 2018.
ARTHANOLATZE 1530 m et PIC DES ESCALIERS  1472 m. Jeudi 4 octobre 2018.
ARTHANOLATZE 1530 m et PIC DES ESCALIERS  1472 m. Jeudi 4 octobre 2018.

Devant nous, le Behorlegi.
Derrière nous, le majestueux ORHY
Occabe pas loin d’ici.

ARTHANOLATZE 1530 m et PIC DES ESCALIERS  1472 m. Jeudi 4 octobre 2018.
ARTHANOLATZE 1530 m et PIC DES ESCALIERS  1472 m. Jeudi 4 octobre 2018.

En route vers le pic des Escaliers.

ARTHANOLATZE 1530 m et PIC DES ESCALIERS  1472 m. Jeudi 4 octobre 2018.
ARTHANOLATZE 1530 m et PIC DES ESCALIERS  1472 m. Jeudi 4 octobre 2018.

Pour le picnic au sommet installés.

ARTHANOLATZE 1530 m et PIC DES ESCALIERS  1472 m. Jeudi 4 octobre 2018.
ARTHANOLATZE 1530 m et PIC DES ESCALIERS  1472 m. Jeudi 4 octobre 2018.
ARTHANOLATZE 1530 m et PIC DES ESCALIERS  1472 m. Jeudi 4 octobre 2018.
ARTHANOLATZE 1530 m et PIC DES ESCALIERS  1472 m. Jeudi 4 octobre 2018.
ARTHANOLATZE 1530 m et PIC DES ESCALIERS  1472 m. Jeudi 4 octobre 2018.

Après un repos bien mérité, c’est la descente vers la vallée.

ARTHANOLATZE 1530 m et PIC DES ESCALIERS  1472 m. Jeudi 4 octobre 2018.
ARTHANOLATZE 1530 m et PIC DES ESCALIERS  1472 m. Jeudi 4 octobre 2018.

Nous retrouvons le petit ruisseau
Que l’on franchit d’un petit saut.

Anita, des randos comme ça, on en redemandera !
GRAND MERCI pour celle-ci !


Madosita.


Photos Mado.

 

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2018 3 03 /10 /octobre /2018 16:52

Aujourd'hui le programme concocté par Jacques nous conduit dans la vallée du  Baztan,   ( Territoire de l'une des sources de la Bidassoa, au pied de l'Autza. La Bidassoa nait à Erratzu de l'union des ruisseaux Izpegi et Iztauz.Claudine A.) ses beaux paysages et ses maisons de pierres imposantes et fleuries.

Nous partons d'Erratzu par un temps mitigé, mais agréable pour randonner.

Cascade de Xorroxin et dolmen d’Iñarbegi depuis Erratxu. Lundi 1er octobre 2018.
Cascade de Xorroxin et dolmen d’Iñarbegi depuis Erratxu. Lundi 1er octobre 2018.

Dès la sortie du village nous empruntons un sentier entre des murets de pierres qui délimitent champs et bois.

Cascade de Xorroxin et dolmen d’Iñarbegi depuis Erratxu. Lundi 1er octobre 2018.
Cascade de Xorroxin et dolmen d’Iñarbegi depuis Erratxu. Lundi 1er octobre 2018.

Nous progressons le long d'un cours d'eau que nous traversons à  plusieurs reprises sur des charmants petits ponts.
Le chemin est parfois pavé d'importantes dalles. Quoique bucolique il grimpe aussi  assez rudement.

Cascade de Xorroxin et dolmen d’Iñarbegi depuis Erratxu. Lundi 1er octobre 2018.
Cascade de Xorroxin et dolmen d’Iñarbegi depuis Erratxu. Lundi 1er octobre 2018.

Nous arrivons sous une frondaison , notre première étape,  pause banane au pied de la jolie cascade de Xorroxin. ( Le nom Xorroxin viendrait de "zorrota" (jet)  et de "osin" (gouffre, puits). Une belle légende est attachée à ce lieu où se trouvaient il y a longtemps des femmes à queue de poisson et aux longs cheveux qui apparaissaient certains jours. D'ailleurs la déesse Mari habitait une grotte près du mont Hautza avec son compagnon le serpent Heresengue, personnages des légendes basques. De ce fait le bassin dans lequel tombe la chute d'eau s'appelle lamiputzu (le gouffre des laminak).
Nous reprenons notre ascension pour arriver sur un terrain plus dégagé, nous pourrons voir le Gorromakil, l'Autza, l'Alkurruntz et deviner le col d'Oxondo.
Nous cheminons jusqu'au col et dolmen d'Inarbegi

( Il a été mis à jour par Juan Maluquer de Motes en février 1949 dans la zone dite Soalar-Autza, à cet endroit appelé col de Lepiñer, dans le quartier Iñarbegi Autzoa de Erratzu.

C’est un dolmen ouvert, de diamètre 12 m, de hauteur 2 m, à l’altitude 605 m. Il n’a pas sa couverture et la partie gauche est renforcée par une autre lauze. On pense que les lauzes qui manquent ont servis à construire la petite borde voisine.

Un autre inventeur, Blas Taracena, a aussi mis à jour à cet endroit divers objets de silex, 6 colliers de perles et un objet métallique en forme de double crochet pour attelage ou sac.)

, un peu chamboulé, supposons -nous par différents séismes.

 

Pique nique bien mérité et joyeux, l'endroit est isolé, seules 2 fermes en contre- bas nous rappellent une présence humaine.

Cascade de Xorroxin et dolmen d’Iñarbegi depuis Erratxu. Lundi 1er octobre 2018.
Cascade de Xorroxin et dolmen d’Iñarbegi depuis Erratxu. Lundi 1er octobre 2018.
Cascade de Xorroxin et dolmen d’Iñarbegi depuis Erratxu. Lundi 1er octobre 2018.

Le vent fraîchit et nous prenons le chemin du retour à travers  champs, bois et haies, les châtaignes nous laissent cette fois indifférents au profit de quelques mûres.

Cascade de Xorroxin et dolmen d’Iñarbegi depuis Erratxu. Lundi 1er octobre 2018.

Nous entrons dans Erratzu par un autre chemin et pouvons admirer le cloître attenant à l'église. ( Eglise San Pedro construite au XVIIIè. Elle fut dévastée en 1913 par une inondation.)
Retour aux voitures après 17 km et 500 " petits mètres " de dénivelé.

Merci à  Jacques et aux 11 marcheurs pour cette belle journée.

Marie-Claude M.

(Je me suis permise d'ajouter quelques commentaires ... Mado. )

Plus de photos :
Mado.

Cascade de Xorroxin et dolmen d’Iñarbegi depuis Erratxu. Lundi 1er octobre 2018.
Partager cet article
Repost0
30 septembre 2018 7 30 /09 /septembre /2018 09:21

Anita avait écrit :
« Nous profiterons de cet anticyclone sur notre pays, cette météo exceptionnelle, pour randonner sur les crêtes de IRATY ..
A partir du Col de BAGARGI  ( alt=1330m ), nous suivrons toute une ligne de crêtes et monterons au Pic de BIZKARZE  ( alt=1657m ), avec devant nous, le PIC  d'ORHY  ( alt=2017m ) point culminant de nos Pyrénées.
Randonnée facile, de toute beauté, 12 à 15 km , d = 500 m environ. »

BIZKARZE ( 1657 m ) depuis le col de Bagargi ( 1330 m ). Jeudi 27 septembre 2018.

Sur la première crête.

BIZKARZE ( 1657 m ) depuis le col de Bagargi ( 1330 m ). Jeudi 27 septembre 2018.

Chemin parcouru.

BIZKARZE ( 1657 m ) depuis le col de Bagargi ( 1330 m ). Jeudi 27 septembre 2018.

Vue Orhy.

BIZKARZE ( 1657 m ) depuis le col de Bagargi ( 1330 m ). Jeudi 27 septembre 2018.

Chemin pour arriver au sommet du Bizkarze.

BIZKARZE ( 1657 m ) depuis le col de Bagargi ( 1330 m ). Jeudi 27 septembre 2018.

Sommet Bizkarze. Gilbert presqu’arrivé.

BIZKARZE ( 1657 m ) depuis le col de Bagargi ( 1330 m ). Jeudi 27 septembre 2018.
BIZKARZE ( 1657 m ) depuis le col de Bagargi ( 1330 m ). Jeudi 27 septembre 2018.

La suite du parcours. Rond : lieu picnic.

BIZKARZE ( 1657 m ) depuis le col de Bagargi ( 1330 m ). Jeudi 27 septembre 2018.

Au sommet.

BIZKARZE ( 1657 m ) depuis le col de Bagargi ( 1330 m ). Jeudi 27 septembre 2018.
BIZKARZE ( 1657 m ) depuis le col de Bagargi ( 1330 m ). Jeudi 27 septembre 2018.

Crête Bizkarze  ( couverte de crottes de brebis ! ) côté Orhy.

BIZKARZE ( 1657 m ) depuis le col de Bagargi ( 1330 m ). Jeudi 27 septembre 2018.

Crête vers sommet Bizkarze.

BIZKARZE ( 1657 m ) depuis le col de Bagargi ( 1330 m ). Jeudi 27 septembre 2018.

Repas-repos.

BIZKARZE ( 1657 m ) depuis le col de Bagargi ( 1330 m ). Jeudi 27 septembre 2018.
BIZKARZE ( 1657 m ) depuis le col de Bagargi ( 1330 m ). Jeudi 27 septembre 2018.

Retour vers Bagargi.

Et nous avons parcouru : 14 km  et grimpé 660 m.

M A G N I F I Q U E  randonnée !

GRAND MERCI à Anita pour ce choix.

Madosita.

Photos Mado

Partager cet article
Repost0
28 septembre 2018 5 28 /09 /septembre /2018 17:17

Temps mitigé,  tant mieux nous n'aurons pas trop chaud.
Départ  de Sare d'un parking fréquenté par d'imposants camping cars.

ATHEKALEUN depuis Sare en contournant l'Altsanga. Lundi 24 septembre 2018.

Notre petit groupe de 10, 3 hommes et 7 femmes, démarre allègrement une montée assez raide et continue, un peu de goudron puis un sentier caillouteux.
Nous commençons en sous- bois, hêtres,  chênes châtaigniers. ...Nous sommes tentés par le ramassage des châtaignes qui jonchent le sol, mais le poids nous fait hésiter.

ATHEKALEUN depuis Sare en contournant l'Altsanga. Lundi 24 septembre 2018.

Arrivés dans les pâturages la vue est dégagée, avec quelques nuages, St Jean de Luz émerge dans un rayon de soleil. Sare est encore visible.
Nous contournons La Rhune par son flanc Nord. Pause banane...avant de reprendre une montée herbeuse.

ATHEKALEUN depuis Sare en contournant l'Altsanga. Lundi 24 septembre 2018.

Nous apercevons le petit train avant de traverser les voies, nous évitons le fastidieux chemin qui les longe, pour piquer directement sur la Brèche

ATHEKALEUN depuis Sare en contournant l'Altsanga. Lundi 24 septembre 2018.

Le sommet de La Rhune n'est pas visible et nous continuons notre contournement pour enfin voir le but de la randonnée, auquel nous accédons au prix d'un effort supplémentaire à nouveau raide et empierré.

ATHEKALEUN depuis Sare en contournant l'Altsanga. Lundi 24 septembre 2018.

Nous nous installons tant bien que mal au creux des rochers, à l'abri du vent, face aux montagnes, pour déguster nos provisions.
Le brouillard fait une petite apparition du côté d'où nous venons, une petite fraîcheur nous incite à ne pas  nous attarder.
Nous continuons notre contournement pour regagner Sare, vue fugitive sur Vera et Zugaramurdi, descente à travers pâturages et forêt.

ATHEKALEUN depuis Sare en contournant l'Altsanga. Lundi 24 septembre 2018.
ATHEKALEUN depuis Sare en contournant l'Altsanga. Lundi 24 septembre 2018.

Nous croisons, comme à l'aller, quelques chevaux et remarquons de très belles maisons qui nous ont laissés rêveurs.
Des châtaignes nous font des appels et certains consacrent un moment au ramassage, tout en discutant de la meilleure manière de les préparer.

Arrivée aux voitures après 14 km et 700 m de dénivelé cumulé, prêts à recommencer.

Marie-Claude M.

Photos :
Jean-Michel.
Mado.

Partager cet article
Repost0
23 septembre 2018 7 23 /09 /septembre /2018 10:25

Demain, c'est l'automne et la saint Matthieu ;  comme chacun le sait : « Si Matthieu pleure au lieu de rire, le vin en vinaigre vire ».  La sagesse populaire dit  aussi :   « Vent au visage rend l'homme sage ». Avec vent du sud, toutes les conditions pour être heureux étaient réunies quand les 12 promeneurs de Bayonne Accueille ont pris pied sur le sol nickel-crottes du col d'Ehunzaroy (975 m), large ouverture cachée par les plus montagnards  des magnifiques hêtres de l'immense forêt d'Hayra à travers laquelle on a tourniqué depuis l'amont de Banca.

Col d'Ehunzaroy-Laurigna. Jeudi 20 septembre 2018.

Adartza, à gauche,  bras dessus bras dessous avec son compère Mendimotcha. En face, la vallée espagnole de Luzaide-Valcarlos, grand centre commercial.

Col d'Ehunzaroy-Laurigna. Jeudi 20 septembre 2018.

Plus loin, au-delà du chemin de Saint-Jacques, toutes les Pyrénées, assez nettement dessinées. A droite, crête nord-sud vers Laurigna , Lindus, Roncevaux.  Derrière, la masse imposante de l'Autza et toutes sortes de pics reconnaissables, comme Adi ou Saioa. Un paysage très puissant qui a probablement inspiré le dicton : « Nulle montagne sans vallée », profond, lourd de sens.

Col d'Ehunzaroy-Laurigna. Jeudi 20 septembre 2018.

Des brebis qui se dispersent lentement, selon la formule : « Quand les brebis vont au champ, la plus sage va devant ». D'autres, compactées dans un enclos riquiqui, patientent encore  près de la camionnette du berger. Juste au col, une barrière canadienne est aboutée à la longue guirlande de fils barbelés qui décore la frontière entre  deux pays amis depuis toujours, au point de s'allier royalement de façon répétée et consanguine (« Dieu fait les gens, le diable les accouple »). Remarquons que la France est sur le point de députer un ancien de ses ministres pour la représenter  dignement en Catalogne.
On en profite pour s'équiper : « Il n'y a mauvaise chaussure qui ne trouve sa pareille ».
Quelques lacets sur piste dans l'orée du bois et voilà une clairière magique dotée d'un réservoir d'eau qui masque la source rare. Lieu idéal pour établir un campement humain.

Col d'Ehunzaroy-Laurigna. Jeudi 20 septembre 2018.
Col d'Ehunzaroy-Laurigna. Jeudi 20 septembre 2018.

Escalade des pentes herbeuses de la montagnette nommée Argarai (1229 m) pour débuter notre revue des bornes frontières, assez laides, mais bien numérotées de 171 à 161. Plus on monte, plus c'est beau et la forêt verte révèle toute son étendue, parvenant presque à lécher les sommets déplumés, même s'il existe quelques mitages de pâturages plus clairs.
Beau soleil et vent. Cheminant de mont en mont, c'est facile de ne pas s'égarer. Il faut cependant déjouer quelques pièges rochers ou terreux, sur des petits degrés pleins de traîtrise.

Col d'Ehunzaroy-Laurigna. Jeudi 20 septembre 2018.
Col d'Ehunzaroy-Laurigna. Jeudi 20 septembre 2018.

« Pas à pas, on va bien loin ». Ben, c'est vrai ça ! Voilà  le pic de Mehatze (1209 m) qui suit le col du même nom. Un cavalier  musarde  sur une pente loin de nous, puis disparaît dans le vide.  Il a le temps de méditer la formule : « Qui veut un cheval sans défaut doit aller à pied ».
Puis des bosses et des creux et des bosses se succèdent, avec la BF massive au moindre changement de direction de la frontière, et le poste de chasse délabré en prime.

Col d'Ehunzaroy-Laurigna. Jeudi 20 septembre 2018.
Col d'Ehunzaroy-Laurigna. Jeudi 20 septembre 2018.

 Sur un flanc sud, une clôture sommaire protège  promeneur et bétail d'une chute dans ce qui pourrait être la sortie d'une ancienne mine. Une terrasse de déchets rocheux s'étale devant la porte énigmatique et close de la galerie.
Le temps semble court tant le cœur est léger dans cette atmosphère idyllique où, chevaux et moutons nous font la fête. Des vaches blanches se prélassent derrière la clôture. On pense aussitôt : «  Viendra le temps où la vache aura besoin de sa queue ». Quelques fleurs, des coteaux peints à la  bruyère. Des oiseaux, grands et petits, qui planent ou qui piquent. De l'herbe tendre  vêt la carcasse de la montagne, manteau où percent les tas de pois  blanchâtres de la pierre.

Col d'Ehunzaroy-Laurigna. Jeudi 20 septembre 2018.
Col d'Ehunzaroy-Laurigna. Jeudi 20 septembre 2018.
Col d'Ehunzaroy-Laurigna. Jeudi 20 septembre 2018.

Comme on dit : « Beau chemin n'est jamais long ». Tout le monde avance bien et le Laurigna (1275 m), notre extrême sud de la journée (extrême nord de la semaine passée),  est atteint à l'heure du repas dévoré sur des rochers épars, après une visite protocolaire à la petite maison au toit rouge installée tout en haut du Laurigna espagnol.

Col d'Ehunzaroy-Laurigna. Jeudi 20 septembre 2018.

Moment agréable de mastication et de parlotte, sans danger puisque : « On ne vieillit pas à table ». Les discussions  sont comme toujours de bonne tenue. C'est un moment privilégié pour un échange d'informations sur Camaret : «  Qui promet mer, monts et montagne, crédit n'aura en toute Bretagne ». Des photos, bien sûr. Et de la bonne humeur.
Le retour s’effectue par le même chemin, sans plus de faits marquants qu'à l'aller, sinon une halte  relaxante à l'entrée du bois pour combattre  la chaleur devenue accablante dans l'après midi.
Merci à Anita pour cette excellente journée de marche et de découverte au sommet.  
Terminons par une formule qui ne s'applique surtout pas au Pays Basque: « Qui bien chante et qui bien danse  fait un métier qui peu avance ».
Toute ressemblance  avec la randonnée réelle du jeudi 20 serait purement fortuite.

Distance : 12,5 km.  Dénivelé :  environ 600 m.
Jean-Louis L.

Photos : Jean-Louis – Mado.

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2018 5 21 /09 /septembre /2018 18:20

Un ciel tout bleu !
Des randonneurs tout joyeux.
Jacques est de retour.
Il a préparé un beau parcours :
«   Nous irons nous balader dans quelques vallons boisés du flanc nord de la Rhune au départ de la chapelle d'Olhette. Circuit sans difficulté de 16 kms environ et de 500m de dénivelé (bien tassés).

Entre RHUNE et IBARDIN. Lundi 17 septembre 2018.

Après avoir longé le ruisseau, première pause près d’un tronc d’arbre couché.

Entre RHUNE et IBARDIN. Lundi 17 septembre 2018.

Puis nous empruntons le chemin qui monte en forêt sur la droite.

Entre RHUNE et IBARDIN. Lundi 17 septembre 2018.
Entre RHUNE et IBARDIN. Lundi 17 septembre 2018.

Nous débouchons dans une sorte de clairière. Joli cadre pour la Rhune.

Entre RHUNE et IBARDIN. Lundi 17 septembre 2018.

Des bornes pour baliser le parcours.

Entre RHUNE et IBARDIN. Lundi 17 septembre 2018.

Le quai des Carriers.

Entre RHUNE et IBARDIN. Lundi 17 septembre 2018.

Nous passons près d’un dolmen, dominons Ibardin et descendons vers la cabane des chasseurs de Vera.

Entre RHUNE et IBARDIN. Lundi 17 septembre 2018.

De grandes feuilles attirent les regards … Paulownia ?

Entre RHUNE et IBARDIN. Lundi 17 septembre 2018.

Des châtaignes jonchent le chemin. Récolte …

Entre RHUNE et IBARDIN. Lundi 17 septembre 2018.

Les uns s’installent dans la cabane pour le picnic.

Entre RHUNE et IBARDIN. Lundi 17 septembre 2018.

D’autres préfèrent le pré parsemé de gentianes et avec vue sur les Trois couronnes ...

Jean-Michel y a admiré ( ? ) d'autres fleurs.

Entre RHUNE et IBARDIN. Lundi 17 septembre 2018.

Hélène était illuminée ...
Une météorite a atterri dans la chaussure de Jean-Michel … qui séchait au soleil ( la chaussure ! ).

Entre RHUNE et IBARDIN. Lundi 17 septembre 2018.

Anne et Maïté sont tombées dans les bras de Morphée …

Jean-Louis a croqué la pomme … du pommier.

Entre RHUNE et IBARDIN. Lundi 17 septembre 2018.

Vaches et veaux rêvassaient dans le pré voisin. les 3 couronnes pointaient ... au loin

Entre RHUNE et IBARDIN. Lundi 17 septembre 2018.
Entre RHUNE et IBARDIN. Lundi 17 septembre 2018.

Remontée vers Yasola,

Entre RHUNE et IBARDIN. Lundi 17 septembre 2018.

Descente vers Descargarhandikolepoa : à l’ombre des mélèzes, repos. Dans la descente, il faisait chaud !

Entre RHUNE et IBARDIN. Lundi 17 septembre 2018.
Entre RHUNE et IBARDIN. Lundi 17 septembre 2018.

La Rhune nous narguait au soleil ...
Des randonneurs perdus ont demandé conseil.
Un peu loin de leur point de départ : les carrières d’Ascain.
Jacques a fait le bon samaritain.
 Un couple nous a suivis et Jacques les a ramenés aux carrières.
Intsola ... Bord du ruisseau, rochers mouillés. La boucle est bouclée en arrivant à l’arbre couché.
Marche rapide vers les voitures …
17 km et entre 500 et 700 m de dénivelé …
Madosita.

Les photos :
Jean-Michel.
Mado.

Partager cet article
Repost0